Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

31 mars, 2009

Avis: ** Toradora (13/20) **

Classé dans : Toradora,[*Animés finis*],[*Evaluations*] — immelman @ 10:06

Avis: ** Toradora (13/20) ** dans Toradora toradora2504toradora2501 dans [*Animés finis*]
snapshot20090314022146 dans [*Evaluations*]toradora2101
toradora2401toradora2404

Teams:  AniYoshi; Coalgirls; Coalguys

Il y a beaucoup à aimer, et beaucoup à ne pas aimer dans ces 25 épisodes de Toradora. Si j’ai commencé cette série, et ai dû rattraper 20 épisodes de retard, c’est à cause d’un commentaire d’un parfait inconnu sur un autre blog qui disait que Toradora lui faisait penser à Honey & Clover, une de mes séries cultes, et je n’ai pas honte de le dire, m’a fait pleurer. Alors évidemment, j’étais obligé d’essayer de regarder Toradora.

C’est ce que j’ai fait, et j’ai regardé les premiers épisodes. Sur le coup, je n’ai vu quasiment aucune ressemblance entre les deux dites séries. Mais je n’étais pas déçu pour autant. Toradora se révèle être une comédie légère sur ses 15 premiers épisodes, qui fait souvent sourire. J’ai réussi à surmonter le cap de supporter Taïga, qui est une copie de Shana dans « Shakugan no Shana », et de Louise dans « Zero no Tsukaime »; que cela soit au niveau du character design (seule la couleur de cheveux change), qu’au niveau du caractère même, ce sont des « tsundere » (angry bitch en anglais, ou en français, ça pourrait donner peste méprisante), et qui plus est la même doubleuse, qui commence à me taper sur les nerfs. Fort heureusement, le héros masculin, Ryuji, n’est pas du tout le même que dans les deux séries citées au dessus. Il est beaucoup plus intéressant, et fait souvent preuve d’affirmation dans ses décisions. Cela va même jusqu’à s’engueuler avec la fille dont il est amoureux, Kushieda. Parlons en justement. Kushieda est vraiment….. bizarre. C’est une fille toujours enjouée, hyper-hyper dynamique, qui parle tout le temps fort, et fait des blagues bizarres. Pour une fois, le rôle de clown est donné à un personnage féminin, c’est très original dans ce genre de série. Ryuji en est donc amoureux, mais on ne connait pas ses sentiments jusqu’à environ l’épisode 17 ou 18. L’épisode à la plage de la discussion à double sens sur les ovnis et les fantomes (très bonne scène) fait même penser à dire qu’elle n’est pas si intéressée que ça par Ryuji. Mais finalement tout se brise dans le dernier tiers de la série, et son caractère change complètement. Elle devient une fille qui ne sait plus ce qu’elle veut, partagée entre ses sentiments d’amour et d’amitié. Car toute cette série est en fait basée sur ça: comment faut-il réagir lorsqu’on doit choisir entre amour et amitié de longue date? En ce sens, Toradora est beaucoup plus focalisé que Honey and Clover, qui parle plus de la jeunesse en général. Pour en finir avec les personnages, parlon de Kitamura, ami de Ryuji, et objet de tous les désirs de Taïga. C’est sans doute le personnage le moins intéressant du lot, car souvent incompris. Lui aussi tend à être carrément bizarre par moment: il est soit élève studieux, impliqué dans le conseil des élèves, et soit fou capable de faire n’importe quoi. Son amour pour l’ex présidente du conseil est torturé comme lui, les trois épisodes le concernant sont quand même agréables. Et pour finir avec le meilleur personnage, il nous reste Ami Kawashima (comme le professeur). C’est de loin mon personnage préféré, et pourtant c’est le personnage qui est le plus négligé. C’est sûrement parce que j’ai l’impression de me retrouver dans ce personnage: elle est adulte, et ne parle pas pour ne rien dire. Elle est élégante, et intelligente, c’est la fille parfaite, et pourtant elle laissera de marbre cet idiot de Ryuji. Je n’ai pas grand chose à dire sur elle, car finalement, on ne sait pas grand chose non plus. Elle est juste là pour se faire torturer par les sentiments de Ryuji, et finalement souffre en silence.

Voilà qui est fait pour les personnages, voyons maintenant ce qu’il en est du reste. On peut découper la série en deux grandes parties. Les deux premiers tiers, où la situation est bien claire: Ryuji aime Kushieda, et Taïga aime Kitamura, et les deux s’entraident pour pouvoir se coupler (et non pas s’accoupler, pas tout de suite). Cette partie de la série est sympa, mais est coincée entre l’envie de faire rire, et l’envie de développer les situations amoureuses des personnages. Du coup, on a l’impression que rien ne changera, et qu’on va très vite tourner en rond. Cette impression désagréable gache un peu le tableau, et assez vite, ça ne devient plus une impression, mais une réalité. Heureusement, la série décide de finalement prendre partie. Le moment où tout bascule, c’est lorsque la présidente du conseil des élèves décide de quitter l’école pour étudier aux Etats Unis (très grand moment de Toradora), ce qui correspond à peu près au moment où Ami dit LA phrase à Kushieda; « Te sens-tu encore coupable? ». La phrase qu’on ne comprend pas sur le moment, mais qui change la comédie légère qu’était Toradora en drame. On laisse alors tomber tout le coté comédie pour pouvoir se concentrer sur les relations des personnages entre eux, qui sont assez complexes et douloureuses. Tous les personnages en commençant par Kushieda commencent à se renfermer sur eux mêmes. Toradora devient alors de plus en plus intéressant, et on se demande parfois si on regarde la même série. J’appréciais de plus en plus la série jusqu’à  l’avant dernier épisode qui détruit tout d’un seul coup. Toute la crédibilité de la série, ainsi que les développements des personnages, tout devient flou et visqueux. Je ne reviendrai pas là dessus, il suffit de lire mon résumé de l’épisode 24. Et arrive enfin le moment que je craignais, la notation. Au moment où j’écris ces lignes, je ne sais toujours pas quelle note je vais donner. Il y a un gros blanc à coté de mon titre. Je me réserve donc la surprise.

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 2/4
Ce n’est pas une histoire très originale. On peut même dire que Toradora est rempli de clichés. Fort heureusement, certaines scènes possèdent des dialogues intelligents, comme la scène sur la discussion sur les fantomes. Malheureusement, je ne peux pas mettre plus.

Musique/Opening/Ending/Doublages: 1/2
Sans être mauvaise, la musique n’est pas non plus très remarquable. Pareil pour les Openings et les Endings. Juste une petite note positive avec le premier Ending que j’apprécie pas mal. La musique est « catchy » bien qu’étant une simple chanson de JPop; cependant, j’ai adoré les basses complètement folles sur la chanson.

Animation/Design/Character Design: 2,5/3
Décidement, je ne peux pas me décider à mettre moins que cette note pour l’animation et les designs. Toradora est très beau et coloré.C’est d’autant plus beau si on le regarde encodé en h264, mais tout le monde ne peut pas faire tourner ce genre de vidéos sur son pc. J’aurais mis 3 si il n’y avait pas eu Casshern Sins juste avant.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 4/5
Malgré tout le mal que j’en ai dit, j’ai aimé Toradora dans son ensemble, et ce, je le répète, malgré la fin horrible. Je ne peux pas trop pénaliser une série seulement pour 2 ou 3 épisodes. Toradora se détache du lot des comédies romantiques standards, même si elle arrive loin loin derrière Honey & Clover, ou encore Nodame Cantabile, qui sont les deux références du genre.

Personnages: 2,5/3
Au final, tous les personnages sont attachants, intéressants et torturés. Je regrette qu’Ami n’ai pas eu le droit à un traitement plus important, et au contraire, réduire un peu le rôle de Taïga, qui reste quand même le meilleur personnage de la « trilogie shakugan no shana » (on se comprend). J’ai aussi l’impression que Kushieda n’a pas non plus l’importance qu’elle aurait dû avoir. Alors qu’elle est ultra dynamique, elle est complètement passive dans les derniers épisodes.

Bonus: 1/3
Bonus »émotion »: La fin de l’épisode 16 est énorme, avec le combat de la présidente avec Taïga, les adieux larmoyants, et finalement la phrase qui fait basculer la série.

 

 

5 réponses à “Avis: ** Toradora (13/20) **”

  1. Fabien dit :

    Salut,

    Tu es très sévère sur la notation ^^
    Je trouve que tu n’apprécies par Taiga dans ce que tu dis, alors que ce personnage est vraiment charismatique. Je n’aime pas les personnage trop parfait comme Ami, belle, intelligente, parfaite… Je préfère un personnage qui a des défauts comme le petit côté tête en l’air de Taiga mais sans oublié son honnêteté.
    Après chacun évalue une série comme il l’entend ;)

  2. Fabien dit :

    Pour le reste je suis tout à fait d’accord avec toi, mais le scénario mérite un point en plus ^^

  3. Immelman dit :

    Merci pour le commentaire, même si je ne « blogue » plus. Ca fait toujours plaisir de recevoir des commentaires de temps en temps surtout quand les commentateurs sont ouverts d’esprit comme toi.
    Avec plus de recul, j’ai effectivement été trop sévère. Toradora possède une excellente réalisation et des personnages intéressants, et restera sans doute comme l’une des meilleures comédies romantiques en animé de la décennie. (comme valeur étalon, mes séries préférées du genre sont Kimi Ga Nozomu Eien alias Rumbling Hearts, et Clannad after Stories)

  4. Fabien dit :

    Dommage que tu ne continues pas ce blog, il est très intéressant. Je viens tout juste de le découvrir et j’ai lu quelques-unes de tes critiques que j’ai trouve superbes! Je partage souvent le même point de vue de certaines d’entre elles et j’aime les lires..

    Merci, je tâcherais de venir ici plus souvent

  5. shojomangapourfille dit :

    ta le droit de ne pas aimer taiga .. mais moi je trouve que shana dans shakuan no shana ne lui ressemble pas tellement .. bref moi j’aime bien taiga car elle me ressemble et cette série ses ma préféré :) par conte tu parle souvent de Honey & Clover je trouve même si je ne connait pas sa … ta été séver dans les critique mais ses correcte après tout tout le monde a drois a son opignon

Laisser un commentaire

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100