Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

3 avril, 2009

Avis: ** White Album (14,5/20) **

Classé dans : White Album,[*Animés finis*],[*Evaluations*] — immelman @ 12:29

Avis: ** White Album (14,5/20) ** dans White Album whitealbum1104walbum0703vg5 dans [*Animés finis*]
walbum0704yu5 dans [*Evaluations*]whitealbum1103
whitealbum1102whitealbum0804kd6

Team: Eclipse

Tout d’abord, merci à la team Eclipse qui est la seule équipe à avoir traduit cette série. Il s’agit d’une série sentimentale basé sur une Visual Novel japonaise (jeu vidéo avec dans lesquelles des planches sont associées à un récit, et dans lequel le joueur doit faire certains choix. Kimi Ga Nozomu Eien ou Fate/stay Night par exemple sont tirés aussi de Visual Novels). Face à White Album, il y a 3 types de public. Le premier genre qui a détesté dès le premier épisode, le deuxième qui aime cette série en tant que drame sentimental, et le troisième qui aime White Album parce qu’ils rigolent bien devant. Je me trouve à cheval entre la deuxième et la troisième catégorie. Les personnages sont tellement maladroits qu’ils réagissent de façon très étranges face aux situations, et en particulier le héros atypique Fujii Touya-kun.
Je ne vais pas trop revenir sur l’histoire, mais un point me semble à propos. Fujii sort avec Yuki qui est une future Idol. Ils se voient de moins en moins car elle est occupée par son travail, et son entraînement au chant. Elle est persécutée par ses collègues Idols sauf par Rina Ogata, une des plus célèbres du moment, et soeur du compositeur de Yuki. Touya est partagé entre vouloir revoir Yuki, la laisser s’entrainer sans la déranger, et fricoter avec d’autres filles de son bahut. La manager de Yuki, Yayoi-san est prête à tout pour empecher Touya et Yuki de se voir, quitte à donner de sa personne (le comprendre au premier sens). Au contraire, Rina tente de les rapprocher, par amitié pour Yuki. Voilà grossièrement l’histoire.

Nous voilà partager entre prendre l’histoire de façon sérieuse, et apprécier le couple Fujii/Yuki se déchirer petit à petit, ou alors, se moquer de Fujii qui pourrait être appelé le pire petit ami de toute l’histoire de la japanimation. Il en vient à réellement croire que le meilleur moyen d’aimer Yuki, c’est de ne plus la voir, et de coucher avec sa manager. Il s’est mis dans la tête ce plan complètement foireux et tordu, mais sans aucune méchante arrière pensée. Cela entraîne évidemment les sourires de certains spectateurs, qui eux, se moquent complètement du personnage, et cela entraîne forcément des situations plutôt cocasses.

Je ne vais pas en dire beaucoup plus, vu qu’il ne s’agit que de la moitié de la série, une deuxième saison étant prévue pour septembre.

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 3/4
Bien qu’il y a pléthores de comédies sentimentales, il y a peu de drames sentimentaux au final. C’est toujours avec plaisir que je découvre ces séries, souvent bien calibrées pour frapper quand ça fait mal. De plus, pas de fan service, c’est toujours appréciable. White Album joue sur le répertoire des liaisons à distance, le fait assez bien, et de façon tout de même moins violente que les films de Makoto Shinkai (Réalisateur de « Hoshi No Koe: Voice of the distant Stars » et « 5mm per second »). Pour information, je respecte absolument ces 2 films  de Makoto Shinkai, je trouve juste qu’ils sont vraiment très déprimants dans le sens où ils sont extrêmement tristes. Ils sont très beaux, mais il m’a fallu 3 jours pour me remettre de chacun de ses films.

Musique/Opening/Ending/Doublages: 2/2
La musique reste discrète, mais aimable. J’adore notamment l’Opening, qui est chanté par la doubleuse de Rina Ogata.

Animation/Design/Character Design: 2/3
Je suis partagé sur cette catégorie. D’un coté je trouve le character design assez réussi, somme toute très classique, mais on assiste à des inégalités flagrantes par moment dans leur dessin. Petit plus pour les passages en dessins au pastel.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 4/5
White Album est une série lente et calme, mais sait monter en intensité. J’aime le rythme de la série, et j’aime ses personnages bien qu’étranges.

Personnages: 2,5/3
Tout d’abord, un pouce levé pour le personnage de Rina qui brille dans cette série. Il s’agit tout simplement du seul personnage qui n’a rien à se reprocher et qui agit normalement. J’ai enlevé un demi point pour tous les autres personnages qui sont vraiment tous maladroits et parfois à peine crédibles. Mais c’est en même temps ce qui fait le charme de la série.

Bonus: 1/3
Bonus « Opening »: je ne pensais pas un jour mettre un bonus opening pour un chanson de JPop. Le visuel n’a rien d’extraordinaire, vu qu’on ne voit rien. Mais pas une seule fois je ne l’ai passé.

Laisser un commentaire

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100