Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

1 septembre, 2009

Rock en Seine 2009

Classé dans : [*Musique*] — immelman @ 1:39

Je reviens de 3 jours de festival parisien. Plutôt fatiguant, mais je reste très satisfait de mon week end. Parmi les fans d’animation japonaise, il y a ceux qui aiment le J-Rock et la J-pop, et il y a ceux qui ont des goûts musicaux normaux. Je fais partie de cette deuxième catégorie heureusement. Je ne cache pas que la musique japonaise est en générale assez mauvaise, mais ça reste juste une tendance. Les Japonais sont des êtres humains, et bien sûr il y en a aussi capables de faire preuve de créativité et de sensibilité musicale (Yoko Kanno par exemple).

Mais ce n’est pas le propos de ce billet. J’écris ce soir pour donner mes quelques impressions sur cette édition de Rock en Seine 2009, un peu en vrac.

Vendredi
Comme à mon habitude, j’arrive en retard au début des premiers concerts. Je loupe donc Just Jack, dont on m’avait dit du bien. Mais c’est un mal pour un bien, car du coup, je peux jeter un coup d’oeil à un jeune groupe de rock français, The Tatianas. Je n’en avais jamais entendu parler, et première bonne petite surprise. Rien de révolutionnaire, mais ils ont le bon goût de sonner comme les Libertines. Je réécouterai à l’occasion. Ensuite, impossible de ne pas aller voir Keane, cet ersatz de Travis, pour la simple raison qu’ils sont le seul groupe à jouer à ce moment là. J’avais bien aimé 2 chansons de leur premier album, mais ça n’est jamais allé plus loin. J’en ai profité pour retrouver mes copains. Le live était limite, le chanteur semblait chanter faux à certains moments. Le concert fini, je décidais d’aller voir Gush, un autre groupe de rock français. Je ne m’en souviens pas bien, mais ils m’ont laissé aussi une bonne impression; moins sérieux que les précédents Tatianas, plus décontractés, plus festifs, avec une touche un peu plus funky, c’est tout ce dont je me rappelle. Décidément, la scène rock française possède encore quelques ressources (pourquoi on se paye les BB Brunes et les Naasts alors?). C’est maintenant l’heure d’un groupe que j’attendais au tournant, Yeah Yeah Yeahs. Grosse déception. Je suis fan de leur premier album Fever to Tell, mais je dois avouer que j’étais passé bien vite sur les deux suivants; c’était sans doute avec raison. Sur scène, Karen O n’a pas de voix, et tous les gémissements fantastiques qu’elle arrivait à faire sur album se transforment en cris rauques. C’est donc finalement sur les chansons calmes qu’elle s’en sort le mieux, là où elle n’a pas besoin de forcer sa voix (Zero, Maps), et je n’ai malheureusement pas le temps de finir de voir le concert, et d’écouter leur dernier morceau, celui que j’attendais, le très bon Date with the Night, car Passion Pit commence. Eux aussi, je les attendais au tournant. Après toutes les bonnes critiques que j’avais lu de leurs lives, les jeunes de Passion Pit devait faire honneur à leur réputation. Peu de personnes sont allés les voir, leur préférant Amy MacDonald. Je ne sais pas si c’était une erreur de leur part, mais en tout cas, Passion Pit a déroulé tout leur album (Manners) avec un entrain et une énergie très agréable. Le public était apparemment déjà converti, connaissant déjà toutes les chansons. Je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter (je recommande les chansons Sleepyhead et The Reeling, les deux singles). J’ai ensuite écouté Madness d’une oreille distraite, puis c’était l’heure de Vampire Weekend. En dehors de Punk-A, leur génialissime single, je connaissais pas trop. Au final, j’ai passé un bon moment, leurs mélodies sont jolies, c’est festif, dommage qu’ils n’aient pas plus de présence sur scène. C’est enfin le tour de Bloc Party, et je ne me faisais pas trop de soucis. Je savais que j’allais voir un spectacle énorme, ce fut le cas. Bloc Party envoie du bois sur scène, et j’ai pu tout donner sur Banquet, une de mes chansons préférées. Au milieu du concert, on nous annonce qu’Oasis est annulé, et Kele Okereke, le chanteur s’en réjouit, car du coup, ils passent tête d’affiche de la soirée. On a tous cru à une blague. Mais j’étais content car ils ont joués 3 ou 4 chansons de plus que prévu et pas des moindres (Like Eating Glass, Helicopter, The Prayer). Le problème, c’est que c’était vraiment le cas, et même si je ne suis pas un fan inconditionnel d’Oasis, j’apprécie quand même leurs chansons, et ça m’aurait plu de voir un grand groupe sur scène. Je n’en aurais apparemment plus l’occasion, car ils se sont engueulés dans les loges juste avant le concert, et semblent définitivement séparés. Ca fout les boules quand même, et encore plus à ceux qui avaient fait le déplacement juste pour les voir (et ceux qui ont payé le billet au marché noir une fortune).

Samedi
J’arrive encore à la bourre, mais à temps pour voir Noisettes. J’ai été charmé, et je pense que je vais acheter l’album; c’était vraiment plein d’énergie et très dansant. Tout comme Asteroids Galaxy Tour, c’était un peu la même chose, en un peu moins bien. Arrive Ebony Bones, et là j’ai pas aimé du tout. La chanteuse avait pourtant un superbe costume, mais j’ai trouvé le tout sans mélodie, et pas dansant. Je vais donc voir Dananananaykroyd. J’ai pas trop aimé non plus. C’est vrai que ressemblait un peu à At the drive inn (comme l’indiquait le prospectus), mais il manquait quelque chose, sûrement des guitares qui étaient un peu fades à matraquer 2 accords en boucle. Et là, enfin, Billy Talent. Je n’ai pas aimé leur troisième album (beaucoup trop emo pour moi), mais heureusement, ils ont joué surtout du deuxième, mon préféré. C’était que du bonheur pour tous leurs fans, mais aussi pour ceux qui ne connaissaient pas (j’ai eu des bons échos). Seul regret, j’ai du avaler 30 litres de poussière venant du sol, dans la fosse. Je pense que j’ai perdu 40% de ma capacité respiratoires depuis ce jour. Ensuite, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, je ne suis pas allé voir The Horrors, ou juste deux chansons. J’ai cédé à la pression de mes compagnons qui voulaient avoir une bonne place pour The Offspring, l’instant nostalgique de la journée. J’avais pas écouté le dernier album, car au vu de leur précédent (Splinter) qui est une catastrophe, je m’étais juré de ne plus écouter Offspring. Au final, c’était bien, le concert était marrant, ils ont joué leurs tubes et quelques chansons du dernier, qui ressemblent vachement plus à leurs anciens albums. Il faudra dire à Dexter Holland qu’il faut qu’il arrête de jouer du piano sur Gone Away, c’était vraiment ridicule. Faith No More arrive ensuite. Je ne les attendais que pour entendre Epic, leur chanson sur Rock Band. Mais au bout de trois chansons, c’était vraiment insupportable. J’ai préféré aller voir School of Seven Bells, qui a un nom sacrément classe. Pas du tout le même registre, c’était plutôt planant, avec deux soeurs jumelles qui chantent. Ca ressemble de façon très lointaine aux Ravonettes, et aussi de façon très lointaine à Cocorosie. Très lointains, je dirais que pour les premiers, ce sont pout les choeurs et l’ambiance électrique, et pour le coté un peu planant pour le second. Agréable. Enfin, ça finit par Birdy Nam Nam. Je les avais déjà vu il y a un an, et c’était comme dans mes souvenirs. Impressionnant mais long à la fois. Voir leur prestation quand on sait et qu’on voit ce qu’ils font, c’est palpitant. Ils mixent tous les quatre en même temps, et arrivent à s’accorder rien qu’avec des platines. Des super DJs en quelque sorte. Mais leurs musiques sont un peu trop longues (sauf ma préférée, Abbesses, un comble) et je me suis lassé. J’imagine que c’est un syndrome qu’on beaucoup de groupes ou DJs électros (sauf Justice et Daft Punk).

Dimanche
Complètement canné, je retourne au casse pipe une journée de plus. Et ce jour là, impossible d’arriver en retard, c’est Metric qui ouvre la journée (une aberration). Le concert est énorme, la chanteuse est sexy dans sa robe très courte, dommage qu’il n’ai duré que 35 minutes. En plus ils n’ont joué qu’une chanson de leur premier album (ok c’était Dead Disco, mais un petit Oh World underground where are you now aurait été là bienvenu). Ensuite, c’est Lily Wood and the Pricks. Pas connu par moi non plus. Ils sont français, et c’était sympa aussi. Et puis, il y avait de la cowbell (je ne peux pas résister à cet instrument). Ambiance bon enfant, je réécouterai. Macy Gray après. Je ne connaissais que de nom. Elle a sûrement le live le plus chaleureux du festival juste devant Billy Talent. Etonnante cette Macy Gray. Elle a une moins belle voix que ses choristes, et ne chante pas tout le temps. Mais elle fait le show (balancer des billets dans la foule, machines à bulles, souffleurs qui montrent les paroles au public), discute beaucoup avec le public, dit que les français sont sexy(e)s. Je n’ai pas été emballé par sa musique, mais par son spectacle si, et la dernière chanson, Oblivion sans doute était excellente. J’ai écouté Sliimy de loin, et apparemment j’ai bien fait, car il parait que c’était nul. Eagles of Death Metal ont envoyé du bon gros vieux rock, sans Josh Homme qui apparaîtra en guest Star pour une chanson. Le chanteur est vraiment marrant, et fait aussi son show à sa manière: I DIG IN! Maintenant roulement de tambour, car l’heure approche pour…. Les Petits Pois, un groupe dont l’identité était secrète, mais dont on nous assurait qu’il était formé par des célébrités musicales. Il y avait eu des fuites, et au final, les Them Crooked Vultures n’étaient presque qu’un secret de polichinel. Il s’agit d’un super groupe formé de Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters) à la batterie, Josh Homme (Queens of the Stone Age, Eagles of Death Metal, et producteur du dernier Arctic Monkeys), et John Paul Jones (Led Zeppelin) à la basse et clavier. Autant dire du gros gros lourd. Au final, ça ressemble beaucoup à du Queens of the Stone Age (Josh Homme doit surement être à l’origine de toutes les chansons), le son était énorme, avec des riffs à la fois bien crasseux et très planant à la fois (du QOTSA quoi); une chanson à surveiller, Gunman, qui m’a bluffé. La suite des groupes énormes se poursuit. MGMT  arrive en forme. J’avais peur qu’ils fassent une mauvaise prestation au vu de leur réputation, mais le groupe s’en tire bien. Malheureusement, j’étais complètement épuisé, je n’ai pas donc pu profiter du concert comme j’aurais voulu. Je me suis satisfait du son seulement, et j’ai trouvé qu’ils sonnaient bien, même si le chanteur éprouve parfois quelques difficultés. Leur lead guitariste s’en est donné à coeur joie en tout cas. Mes amis les ont trouvé pourtant bien triste sur scène, et peu communicatifs. Je n’ai pas pu leur dire le contraire. Ils étaient peut être un peu impressionnés. Enfin les Klaxons. Comme prévu, ils ont joué 3 ou 4 morceaux de leur prochain album, et je ne les ai pas trouvé géniaux, corrects quand même (je parle des derniers morceaux). Ils ont joué tous leur premier album, et c’était excellent. Ils n’ont pas massacré Atlantis to Interzone comme je les avais vu le faire il y a 2 ans, et ont enchainé leurs titres qui sont autant de tubes. En live, ils jouent légèrement plus lentement que sur l’album, mais ça ne change rien au plaisir. Pour finir, Prodigy, puis Patrick Wolf. J’ai commencé Prodigy, mais j’étais vraiment claqué. Pour moi, écouter Prodigy juste pour la musique comme j’aurais pu le faire, ça ne m’enchantais pas. Prodigy, c’est comme la house, ça se danse, ça ne s’écoute pas. J’ai donc décidé d’aller voir Patrick Wolf, un inconnu pour moi. J’arrive pour les 4 dernières chansons, et là, c’est un peu le coup de foudre. Etrange au début, avec son violon très présent, Patrick Wolf fait au départ penser à un très mauvais groupe de Métal symphonique. Ce n’est qu’une fausse impression alimentée par ce violon, qui au final ajoute vraiment une touche personnelle à sa musique rock. En plus de ça, un des frères White (Electric Soft Parade, Brakes) l’accompagnait avec son groupe: magique! Pour ajouter à ce tableau déjà enchanteur, Patrick Wolf a l’air très sympa, et il avait l’air vraiment enthousiaste de venir jouer à Rock en Seine. Il a fait beaucoup d’efforts pour réussir à parler français tout le long, et il en a dit des choses. Forcément, le public a trouvé ça attendrissant et a beaucoup apprécié. Seul bémol, il avait quand même un look à faire peur.

Laisser un commentaire

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100