Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

1 octobre, 2009

** Avis: Phantom: Requiem of the Phantom (19/20) **

** Avis: Phantom: Requiem of the Phantom (19/20) ** dans Phantom -Requiem of the Phantom phantom2304phantom2306 dans [*Animés finis*]
phantom2307 dans [*Evaluations*]phantom2302
phantom2305phantom2303
Team: Inferno

A la base, je ne suis pas un fan de Bee Train, le studio à l’origine de célèbres animés tels que « Noir », « Madlax », « El cazador de la bruja », ou encore « .Hack/Sign ». Pour découvrir le monde de l’animé, Noir ou Madlax sont de bonnes séries. Assez occidentales, histoires sombres et matures, cohérence des scénarios sans « trips à la japonaise », pas de sexe, et pas de gore. Objectivement, ce sont de bonnes séries, mais elles sont lentes dans leur narration, et l’autre problème, c’est que tous leurs animés sont pareils (sauf exceptions comme les .Hack, séries qui m’ennuient). Noir, Madlax, el Cazador, et même Phantom ont des synopsis quasiment identiques!! Voilà quel pourrait être un résumé qui marcherait pour tous: « 2 assassins redoutables réunis par un funeste destin doivent lutter ensemble contre une organisation secrète très puissante. Tous deux sont en quête de leur identité et de leur passé, leurs seuls espoirs pour trouver le bonheur. » Voilà la base, après il y a quand même quelques variantes.

Phantom ne fait pas exception. Avant que la série ne soit diffusée, je m’attendais encore à la même chose avec la qualité d’animation actuelle. Heureusement pour moi, je ne suis pas passé à coté. Car autant le dire tout de suite, si le synopsis est le même, tout le reste est différent. Commençons par l’histoire. Elle se passe aux Etats-Unis de nos jours, et Reiji, un jeune japonais,  se fait capturer par une organisation criminelle puissante, qui lui lave le cerveau pour le transformer en machine à tuer furtive et terriblement efficace (la li la li la li la! private Joke). Il est entrainé par une fille qui a subi le même sort que lui, Ein. Ils font alors équipe en suivant les ordres d’Inferno, l’organisation en question. Ein et Reiji (à présent nommé Zwei) forment alors une équipe d’assassins légendaires connues sous le pseudonyme Phantom. Leur histoire de violence aurait pu continuer jusqu’à leur mort, mais des choses vont se passer, et vont grandement perturber Zwei, en quête d’humanité, ayant perdu la sienne après avoir tuer tant de personnes.
L’histoire est très sombre, et certaines scènes sont parfois très dures, avec des meurtres de sang froid. Jamais une série Bee Train n’avait atteint un tel degré d’intensité dans la violence. L’univers criminel présenté dans Phantom est digne de n’importe quel bon film polar: corruption, luttes de pouvoir, trahisons, sexe!! Il n’y a pratiquement pas de temps mort, en dehors d’un épisode récapitulatif. Si la base scénaristique est bonne, elle est sublimée par les nombreux retournements de situations, tous crédibles et imprévisibles à la fois.

Si le scénario est de qualité, le vrai point fort de Phantom, ce sont ses personnages. Ein et Zwei sont très bien conçus. Au début complètement brisés et inhumanisés par leur lavage de cerveau, on va s’apercevoir que ce sont pas seulement de simples machines à tuer. Zwei/Reiji est assez intelligent, et est assez rongé par ses remords pour changer. Pour retrouver sa dignité d’être humain, il va devoir faire de nombreux sacrifices. Des relations complexes vont s’installer au sein du duo, et les choses ne vont pas forcément évoluer de la bonne manière. Tous deux sont manipulés par Inferno et par Scythe Master, le « gourou » et laveur de cerveau des deux assassins. Pour résumer plus simplement, c’est la grosse merde dans leur tête.

Par la suite, d’autres personnages vont faire leur apparition, comme la jeune Cal, une adolescente recueillie par Reiji, et orpheline après que sa mère adoptive ait été prise dans une fusillade de guerre de gangs. Les épisodes avec Cal font partie des meilleurs de la série, tant sa présence apporte un coté attendrissant à l’histoire, coté dont Phantom était alors totalement dépourvu. La série jongle donc avec les tonalités et les styles, et ce de façon complètement limpide. Tout cela mène alors vers un final absolument énorme, un apogée d’intensité dramatique qui met nos nerfs à dur épreuve.

Pour conclure, Phantom a tout bon, et ne possède pas de point faible, à part peut être sa dernière minute qui m’a fait sauter de ma chaise et hurler d’indignation. Qu’est ce que c’est que cette fin????!!! C’est d’abord ce que je me suis dit, mais avec un peu de recul, je la comprends. C’est une fin qui fait débat au sein de la communauté, et qui déchire en deux les spectateurs. Je la trouve assez couillue et au final bien mystérieuse (plusieurs interprétations sont possibles), et je serais ravi d’en parler dans les commentaires si quelqu’un lance le débat.

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 4/4
Complètement énorme, Bee Train arrive à tirer son épingle du jeu. Même synopsis que leurs séries précédentes, mais l’histoire est en fait beaucoup plus intéressante, plus complexe, plus sombre,…. plus tout quoi! Il n’y a pas de bla bla pseudo philosophique sur la vie à la Evangelion. Juste des sentiments compréhensibles, des messages du coeur, et des actes pleins de sens, plutôt que des paroles qui en sont dénuées.

Musiques/Opening/Ending/Doublages: 2/2
Bee Train a toujours fait des efforts sur ce coté. Phantom ne déroge pas à la règle. La BO est riche, les OP sont bons (voire très bon pour le premier), pareil pour les Endings. Les doublages sont sobres, mais bien faits.

Animation/Design/Character Design: 3/3
Phantom est beau. L’animation est beaucoup plus soignée que sur leurs autres travaux (pour tout dire, les animations de leurs précédentes séries étaient vraiment en dessous de la normale à part Blades of the immortal). Les décors sont même parfois plus que beau.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 5/5
Enorme. Phantom est la meilleure série de cet année, et arrive à garder une intensité dramatique sur ses 26 épisodes. Seul Tokyo Magnitude 8.0 la dépasse, mais seulement dans ses meilleurs moments. C’est pas une série pendant laquelle on s’ennuie. Seul bémol, il y a juste cette fin…

Personnages: 3/3
Pfiou. Difficile de dire si c’est le scénario qui est au service des personnages ou l’inverse. Je crois tout simplement que l’un est à la hauteur des autres. Les personnages sont pittoresques, n’en font pas trop, mais en même temps en font beaucoup. Tout est juste comme il faut.
Bonus: 2/3
Bonus « scénario et rebondissements »
Bonus « personnages »
 

 

3 réponses à “** Avis: Phantom: Requiem of the Phantom (19/20) **”

  1. Kanon dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi pour tout les points de vus. Surtout cette fin, on s’interroge: Reiji est mort? ou bien juste un peu fatigué?(ça serait vraiment étrange si c’était le cas) mais le sourire de Eren me dit qu’il est pas mort ou que c’est elle qui l’a tué WTF?! Enfin voilà j’aimerais ton avis sur cette fin stp ^^

  2. immelman dit :

    La fin m’a vraiment laissé sur le cul. Pour moi il n’y a qu’une seule explication possible. Un assassin d’Inferno (peut être la survivante des pantins de Scythe Master, celle qui s’est seulement pris un coup de poing dans le plexus) arrive sur la charette, et tue Reiji d’un coup de pistolet silencieux. Elen, elle, reste en vie, car il n’y a eu qu’un seul coup de feu. Cette interprétation souffre de plusieurs interrogations. Comment un assassin du calibre de Reiji n’a pas senti venir cette attaque? Dans ce cas, s’est-il laissé faire? Il le dit lui même, sa dernière mission c’est de voir Elen retrouver le sourire et l’endroit de ses souvenirs; sa mission est accomplie, donc peut être que le poids de tous ses meurtres l’ont fatigué de vivre, et il se laisse mourir. Si c’est le cas, c’est terriblement égoïste de laisser Elen toute seule, elle qui ne vivait que pour Reiji. Si elle venait à se retrouver seule, je pense qu’elle se suiciderait de toute façon.
    Autre chose, pourquoi l’assassin n’a-t-il pas tué Elen aussi? Ca, je n’en sais rien. Ou alors peut être qu’Elen est morte aussi, même si on entend qu’un seul coup de feu. Si les deux héros meurent à la fin, je trouverais ça en revanche satisfaisant.

  3. Lyhn dit :

    « Autre chose, pourquoi l’assassin n’a-t-il pas tué Elen aussi? »
    Je viens de terminer l’animé il y a quelques minutes, et c’est en écoutant en boucle l’ending que j’aimerais donner de même mon avis, même si j’ai 5 ans de retard:
    Si l’assassin n’a pas tué Eren, je pense simplement que c’est parce qu’il n’avait pas à le faire: elle va se suicider pour rejoindre Reiji et retrouver son maître en enfer.
    Pour l’identité de l’assassin, moi je pense qu’il existe plusieurs possibilité:
    1) Un membre de la famille de Mio, ou un pantin qui en a reçu l’ordre par un membre de la famille.
    C’est vrai après tout. Il avait promis qu’il reviendrait. Je pense que la famille de Mio ne veulent pas le voir auprès d’elle.
    2) Un membre de l’organisation qui tenait à sa vengeance
    3) Ou comme vous l’avez dit, la survivante des pantins de Scythe

    Mais je pense surtout que l’auteur n’avait aucunement réfléchi à qui serait l’assassin, et qu’il voulait simplement donner une fin qui reflète totalement l’animé.

Laisser un commentaire

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100