Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

9 octobre, 2009

Preview: Tegami Bachi (Letter Bee) / Natsu no Arashi 2

Tegami Bachi (Letter Bee)

Preview: Tegami Bachi (Letter Bee) / Natsu no Arashi 2 dans Natsu no Arashi letterbee0102letterbee0101 dans Tegami Bachi (Letter Bee)

Team: SFW

Tiré du manga Letter Bee dont j’avais parlé déjà,  l’animé commence lui aussi très bien. L’ambiance est parfaitement retranscrite: très mélancolique, sombre mais beau. L’animé ne commence pas comme le manga. Il commence in medias res, au volume 3 du manga. Ils se réservent sans doute le temps de raconter la genèse dans des épisodes flashback comme l’a fait Full Metal Alchemist. Un choix comme un autre au final, qui n’aura pas de conséquences par la suite. Ce choix a sûrement été fait dans le but de délivrer une histoire courte d’un épisode mais contenant l’essence de la série: les missions des Letter Bee, le pouvoir du héros, et l’intensité dramatique que Tegami Bachi est capable  d’atteindre.

Pour résumer l’histoire, Lag Seeing est un jeune garçon de 12 ans (ou 14 peut être, je ne sais plus), qui est devenu Letter Bee pour pouvoir ressembler à Gauche, un garçon qui l’a sauvé dans le passé. Les Letter Bee ne sont rien d’autres que des facteurs; seulement, ils sont un peu entraînés, et sont armés pour pouvoir faire face aux dangers de l’univers d’Amberworld. Ce monde est tout le temps plongé dans la nuit, sauf sa capitale qui dispose d’un soleil artificiel. Lag Seeing posède un pouvoir vraiment spécial, à chaque fois qu’il tire une balle coeur (c’est comme ça que s’appellent leurs armes), les souvenirs de la cible de la balle sont projetés dans les airs, et sont alors diffusés pour tous les gens aux alentours.

Letter Bee n’est pas un shonen, c’est un conte. Vivement conseillé.

 

Natsu no Arashi 2

natsunoarashi20102 dans [*Animés en cours*]natsunoarashi20101 dans [*Preview*]
Team:  Cang-Su

Voilà la suite de la série sortie ce printemps. Par le créateur de School Rumble, Natsu no Arashi avait surpris par son histoire beaucoup plus sombre que S.R., avec pourtant des gros gags. Pour ceux qui n’ont pas vu la première saison, il n’est pas impossible de commencer à partir de là. Juste pour résumer rapidement, Hajime un ado un peu agaçant, mais sympathique rencontre Arashi, un fantôme qui semble pourtant bien vivante. Ils forment un duo bien étrange, et peuvent même voyager dans le temps. Ils font alors pleins d’autres rencontres (vivants et fantômes) et finissent par tous  travailler dans un café. Natsu no Arashi raconte l’histoire de ces fantômes (ayant vécu pendant la seconde guerre mondiale), et aussi de la bruyante vie de ce café.

Ce nouvel épisode est un traditionnel « épisode à la plage » avec personnages en maillot de bain et tous les clichés que ça comporte. En revanche, c’est sûrement l’épisode le plus drôle de toute la série pour l’instant avec de nombreux sketchs hilarants, et une bande son toujours aussi excellente.

 

 

Preview: Seiken no Blacksmith / Nyan Koi

Classé dans : Nyan Koi,Seiken no Blacksmith,[*Animés en cours*],[*Preview*] — immelman @ 15:10

Seiken no Blacksmith
Preview: Seiken no Blacksmith / Nyan Koi dans Nyan Koi seikennoblacksmith0102seikennoblacksmith0101 dans Seiken no Blacksmith

Team: gg

Voilà la nouvelle série du studio manglobe depuis Michiko e Hatchin. Seiken no Blacksmith étonne par son apparente banalité pour ce studio, qui nous a habitué à l’inhabituel (Samourai Champloo, Ergo Proxy). Dans un univers médiéval-renaissance, Cecily, une jeune fille chevalier tente de protéger les faibles, le problème, c’est qu’elle ne sait pas bien se battre. Elle rencontre alors un jeune homme qui possède un katana capable de trancher l’acier, et en plus qui est une fine lame. Il se trouve qu’il a lui même forgé sa lame. Cecily va alors tenter de l’approcher pour obtenir une épée du même calibre.

Seiken no Blacksmith ne m’a pas fait forte impression. L’histoire est bien commune. Les personnages sont cools, mais pas non plus exceptionnels. Le character design est bizarre: on dirait le mélange de plein de chara-designs déjà existant. L’ensemble (chara-design et décors) ressemble à Scrapped Princess, avec une pointe de Chevalier d’Eon. L’épisode reste bon, c’est juste qu’il y a encore tout à faire.

Au final, il faut quand même se rappeler que c’est manglobe derrière ça. Je reste optimiste, et je pense que l’on va assister à quelques épisodes d’introductions avant de voir la série vraiment décoller.

 

Nyan Koi 

nyankoi0102 dans [*Animés en cours*]nyankoi0101 dans [*Preview*]

Team: gg (encore eux!!)

Nyan Koi est tiré d’un manga que je lis en parallèle de l’animé. Il s’agit d’une comédie romantique dans la même lignée que Midori Days. A savoir que le héros est victime d’une curieuse malédiction: après avoir cassé par inadvertance une statue d’une divinité chat, il entend alors les chats parler. Il doit alors réaliser 100 souhaits de chats pour pouvoir être libéré de la malédiction sinon, il se transformera en chat. Petit détail, notre héros est allergique aux chats. Autrement dit, si jamais il se transforme en chat, une mort certaine l’attend. La fille dont il est amoureux adore les chats en plus, ça tombe bien …. ou pas.

Nyan Koi est vraiment sympa. Le héros est normal (dans le bon sens du terme), l’aspect comique n’est pas trop forcé. Comme prévu, l’histoire n’est pas très profonde, et l’aspect romantique n’a vraiment rien de spécial (ça va se transformer en harem de totue façon). Nyan Koi est donc sans prétention, et reste un petit moment de détente. Je n’ai pas vraiment quelque chose à ajouter.
 

 

Preview: Sora no Otoshimono / Seitokai no Ichizon

Sora no Otoshimono

Preview: Sora no Otoshimono / Seitokai no Ichizon dans Seiken no Blacksmith soranootoshimono0102soranootoshimono0101 dans Sora no Otoshimono

Team: QUALITY

Cet automne nous propose bon nombres de séries que je qualifierai de « Brainless », c’est à dire: posez votre cerveau et regardez! Sora no Otoshimono est partie pour faire partie de cette catégorie. Un Lycéen fait souvent ce rêve étrange où il voit un ange qui s’envole dès qu’il s’en approche, et à chaque réveil, il pleure. Sa vie est pourtant bien banale, dans une petite ville où il n’y a rien à faire. Alors qu’il est du genre à éviter les ennuis, il va pourtant lui arriver quelque chose d’extraordinaire: un trou noir va se former au dessus de sa tête, et va en jaillir des colonnes de pierre et une jeune fille habillée de façon bien étrange. Au risque de sa vie, il va lui venir en secours. Cette jeune fille qui est en fait une sorte de cyborg (comme Chii dans Chobits) est programmée pour subvenir à tous les désirs de son nouveau maître. Notre héros va nous faire alors un remake de « Bruce tout puissant ».

Que penser de Sora no Otoshimono? Je ne sais pas. En tout cas, j’ai souri, et je n’ai pas trouvé le show ridicule. C’est pourtant un sacré fourre-tout des plus grands clichés de l’histoire de l’animation: du fan service, des blagues qui volent en dessous de la culotte, une amie d’enfance qui vient réveiller le héros chaque matin, une chef du conseil des élèves sadiques, un mec à lunette bien bizarre (intellectuel-obsédé), et j’en passe… Le héros est vraiment tout puissant, et dès le premier épisode, il assouvit tous ses plus bas désirs en toute impunité. Au passage, son doubleur ne réalise pas une très bonne performance (très très agaçant), et pourtant, c’est celui de Keichi dans Higurashi no naku koro ni. Comme dans Higurashi, il a tendance à surjouer un maximum, ça collait pas mal au personnage de Keichi, mais là, ça ne va pas du tout à l’obsédé qu’est le protagoniste de Sora no Otoshimono.

Malgré les évidents défauts de cet animé, je suis extrêmement curieux de la suite des évènements. Je ne sais pas du tout ce qu’il peut se passer, et ça me suffit pour en redemander.

 

Seitokai no Ichizon

seitokainoichizen0102 dans [*Animés en cours*]seitokainoichizen0101 dans [*Preview*]

Team:  gg

Voilà un de mes coups de coeur de la saison. Tout comme au dessus, on peut qualifier cet animé de « brainless ». On assiste donc à une réunion du conseil des élèves par épisode, avec un sacré casting. Ils sont 5 au total, et ils représentent tous un stéréotype différent. Difficile de décrire l’épisode et l’histoire (il n’y en a pas). Seitokai no Ichizon pourrait être comparé à Lucky Star, avec ses clins d’oeil d’otaku aux autres animés (dont pas mal sur Haruhi Suzumyia). Il y a quand même une grosse différence entre ces deux: alors que Lucky Star était très mou et pas drôle, Seitokai no Ichizon, lui, va à 200 à l’heure dans ses blagues et ses dialogues, et est très drôles (ça c’est dit). C’est pourtant très con, mais c’est très bon. L’épisode dure 24 minutes, et je crois que j’ai ri 20 minutes (le temps d’enlever l’OP et l’ED). Tout est dit.

Preview: White Album 2 / To Aru Kagaku no Railgun

White Album 2

Preview: White Album 2 / To Aru Kagaku no Railgun dans To Aru Kagaku no Railgun whitealbum1402whitealbum1401 dans White Album

Team: gg

White Album revient déjà! Pour ceux qui n’ont pas suivi la première saison, vous pouvez aller voir ce que j’en ai pensé ici. Voilà cet épisode 14 qui reprend l’histoire complètement laissée en suspens. Le père de Fujii Tôya a eu un malaise cardiaque, et a été transporté d’urgence à l’hopital, pendant que Yuki et Rina ont été forcées à faire leur concert au même moment.

Je suis content de cet épisode qui reprend les points forts de la première saison: Fujii qui est un garçon vraiment pleins de défauts et très maladroit. Bien qu’il soit populaire avec les filles, elles finissent toujours par en être pratiquement dégoutées. Si on prend cette série au deuxième degré, on découvre alors une comédie, voire parodie très noire des animés romantiques. On se demande encore comment Fujii et Yuki éprouvent encore des sentiments envers l’autre. Dans cet épisode, on a droit au passage très très drôle (humour noir) de Yuki en pleurs qui avoue qu’elle croyait comme Fujii que Touya-père souffrait d’hémorroïdes et non d’une faiblesse cardiaque: fantastique! Et Fujii derrière qui gueule sur son père alité parce qu’il a laissé partir Yuki qui était pressée avant qu’il ne revienne.

L’épisode introduit deux nouveaux personnages: la « star » pas loin d’être déchue de la compagnie rivale d’Ogata, et une de ses proches. Elle a apparemment sombrée dans l’alcool, et ressemble comme deux gouttes d’eau à Yayoi, la manager de Yuki. Sa soeur peut être? Bref un bon épisode pour ceux qui ont aimé la première saison, et absolument inutile de le regarder pour ceux qui n’ont pas suivi ou pas aimé les épisodes précédents.

 

To Aru Kagaku no Railgun

toarukagakunorailgun010 dans [*Animés en cours*]toarukagakunorailgun010 dans [*Preview*]

Aussi appelée « A certain Scientific Railgun ». C’est supposé être la suite ou une histoire parallèle à « To Aru Majustu no Index ». Je n’ai pas vu cette dernière, mais ça n’a pas l’air d’être handicapant pour regarder Railgun. L’histoire se passe dans une ville un tout petit peu futuriste dans laquelle vit 90% d’étudiants. C’est une ville dans laquelle certains de ces étudiants étudient le psychisme, et développent des aptitudes magiques. L’héroine par exemple est surnommée Railgun, car elle contrôle la foudre et l’électricité et est capable  d’envoyer un terrible rayon destructeur. Elle est l’une des étudiantes les plus puissantes. Sa petite soeur est aussi une adepte du psychisme, et n’est pas en reste non plus. Elle fait partie d’une organisation de sécurité étudiante, une sorte de police locale formée par des étudiants formés au combat, et qui ont le devoir de faire respecter la loi dans la cité.

Ce premier épisode est un mélange moe/slice of life/action qui marche plutôt bien. C’est plaisant à regarder et les personnages sont sympas (même si il n’y a que des filles pratiquement). C’est un peu un clone de Mai Hime, en moins poussif, et en plus léger. Bien sûr ce n’est qu’un premier épisode. Chose marquante: les graphismes sont somptueux, et To Aru Kagaku no Railgun possède l’animation la plus aboutie de la saison, voire de l’année (?!). Le character design est par contre assez générique, mais il n’est pas moche non plus. Quoi de plus normal pour du JC Staff.

 

24 août, 2009

Résumés de la semaine (1) (suite)

Suite et fin des résumés de la semaine qui vient de passer. Cela me permet de parler rapidement de tous les animés que je regardent.

Cross Game (21)

Résumés de la semaine (1) (suite) dans Bakemonogatari bakemonogatarisemaine3crosssemaine1 dans Cross Game

Depuis l’épisode 20, un nouveau personnage a été introduit. Asami Mizuki est un cousin d’Aoba, et vient s’imposer comme un prétendant, rival de Kou, pour la coeur d’Aoba. En apparence, un prétendant sérieux. Il habite chez les Tsukishima, il est beau gosse, et plus honnête que Kou. Mais il ne joue pas au Baseball, et c’est sûrement ce qui va le mener à sa perte. Et puis de toute façon, avec toutes les insinuations et les indices que nous laissent les créateurs, il est déjà évident que le combat est déloyal. Kou et Aoba sont déjà épris l’un de l’autre. Cross Game est une série qui impose son rythme de vacances d’été, parfaite pour la saison. Un rythme lent qui donne envie de se laisser aller. C’est une série qui chante, on entend presque les cigales. Il n’y a pas de grandes surprises, et pas d’évènements aussi perturbateurs que celui du premier épisode. Pourtant, on ne s’ennuie pas une seconde.

Sora no Manimani (6)

soranomanimanisemaine2 dans Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009)soranomanimanisemaine1 dans Sora no Manimani

Et voilà le petit nouveau. J’ai finalement testé 2 nouvelles séries de l’été. « GA: Geijustusku Art design class » et « Sora no manimani » me faisaient lorgner de leur coté depuis une semaine ou deux. Je me suis finalement résolu à jeter un coup d’oeil. Pour faire bref, GA m’a fait bailler, et n’intéressera que les curieux fans d’arts et de dessins. La série me fait penser à mes courts d’art plastique du collège, et rien de plus. Il n’y a pas d’histoire. Cela ressemble à du Lucky Star avec des références à l’art plastique plutôt qu’aux animés. Au passage, je n’ai pas aimé Lucky Star. J’ai regardé les résumés des épisodes qui suivaient, et c’est plus ou moins la même chose. Intéressons nous plutôt à Sora no Manimani, qui par contre m’a bien plu, et ce, dès le premier épisode. En gros, Saku Ooyagi, un jeune lycéen déménage dans le quartier de son enfance, et retrouve sa vieille amie,  Miyoshi Akeno, qu’il n’avait pas vu depuis 7 ans. C’est une fan d’astronomie rêveuse, extravertie, et complètement bordélique, tout le contraire de Saku, sérieux et ordonné. Elle va réussir à l’embrigader dans son club d’astronomie en manque de membres. Je fairais court aussi. Sora no Manimani est une sorte de Nodame Cantabile version astronomie. Les personnages sont tournés vers leur passion, et le couple Nodame/Chiaki ressemble beaucoup au couple Saku/Miyoshi. C’est une bonne série « tranche de vie », et bien sûr, elle est remplie de bonne humeur avec une touche de romance. Le coté astronomie ajoute un petit plus, bien que pas aussi développé que la musique classique dans Nodame Cantabile. Les connaisseurs apprécieront, les autres aussi.

Tokyo Magnitude 8.0 (7)

tokyomagnitudesemaine2 dans Spice and Wolf 2tokyomagnitudesemaine1 dans Tokyo Magnitude 8.0

Le périple continue pour les trois compagnons. Mari Miraï et Yuki ont encore une longue route devant eux, et les répliques sismiques commencent à s’estomper. Par contre, la fatigue ajoutée à l’hygiène de vie affaiblissent les organismes, et après Miraï et Mari, c’est au tour de Yuki de tomber malade. On fait la connaissance d’un nouveau personnage, mais qui ne restera pas, c’est Kento-kun, un fan de robots, qui va tout de suite bien s’entendre avec Yuki. Un personnage sympathique mais plus fade que les autres personnages dans les précédents épisodes, qui avaient pourtant moins de temps à l’écran. Un bon épisode, mais qui laisse apercevoir une petite baisse de régime de la série, qui a réussi à montrer cinq premiers épisodes majestueux. L’apogée étant à l’épisode cinq, qui a fait couler bien des larmes à tous les téléspectateurs avec l’histoire du vieil homme. Ce n’est pas de l’exagération, il a marqué vraiment tous les esprits dans tous les blogs que j’ai lus. Seulement, deux épisodes plus loin, j’ai l’impression que la série a montré tout ce qu’elle pouvait d’intéressant, jusqu’au retrouvailles (ou non) avec la famille. Bones a-t-il atteint les limites de leur concept après ces 7 épisodes? Je ne l’espère pas.

Umi Monogatari (7)

umimonogatarisemaine1 dans Umi Monogatariumimonogatarisemaine2 dans [*Animés en cours*]

Umi Monogatari continue son bonhomme de chemin. Toujours rien d’extraordinaire, à part que la série commence déjà sentir la fin. Je pense qu’on est arrivé dans le dernier arc. Urin, la soeur de Marin a été corrompue par les intentions maléfiques de Sedna, et les deux prêtresses semblent impuissantes pour l’instant face à son pouvoir. Kanon a trouvé l’anneau qui lui permet de respirer sous l’eau. Toutes les cartes sont en places pour le combat final. A noter que le petit copain de Kanon ne pense pas avoir rompu avec elle. Il aura peut être un rôle par la suite (ou alors il sert vraiment à rien). Umi monogatari n’est pas la série du siècle, même de l’été. Mais comme Crosse Game, j’ai été séduit par son ambiance « vacances d’été ». Loin de moi l’idée de la comparer à Cross Game, qui lui est en tout point supérieur.

Spice and Wolf 2 (7)

spicesemaine2spicesemaine1

Après le coup de stress de l’épisode 6, revoilà Lawrence et Horo à nouveau réunis sur la route les menant vers les forêts nordiques. Cet épisode ne fait pas avancer le shmilblick, c’est juste un épisode où l’on voit encore Lawrence et Horo discuter de tout et de rien. En bref, un épisode génial, qui montre encore une fois la puissance du couple Lawrence/Horo. C’est vraiment une prouesse que de réussir à rendre une série sans réelle histoire un pur moment de bonheur.Un nouvel arc commence tout de même, on ne connait pas encore la nature de la prochaine entourloupe commerciale de Lawrence, mais nul doute qu’elle va être encore foireuse. Un nouveau personnage pointe le bout de son nez. Il apparait dans le générique, mais il reste encore totalement mystérieux. On ne connait de lui juste la couleur de ses yeux et des ses cheveux, et qu’il semble s’intéresser de près aux deux compagnons. Au passage, je trouve aussi très réussi la totale monotonie des couleurs dans cette série (tout en marron et en gris). Cela reflette complètement ce que pouvait être le moyen âge, ou même le monde il y a 2 siècles, avant que les colorants chimiques soit inventés et utilisés en masse. C’est un détail, mais assez remarquable.

La Mélancolie D’Haruhi Suzumiya 2009 (21)

haruhisemaine2haruhisemaine1

Gros contraste au niveau des couleurs par rapport à Spice and Wolf. KyoAni va à contre-courant au niveau du style par rapport aux autres productions de types tranche de vie (car c’est ce qu’est cette série). Alors que les autres studios emploient de plus en plus des filtres pour rendre les couleurs plus pâles, ou utiliser des couleurs pastels, Haruhi utilise des couleurs bien flashy. Au niveau du contenu, l’épisode est assez intéressant, vu qu’il s’agit d’une sorte de making off de l’épisode 0 de la première saison (rappelez vous, il s’agit du film amateur d’Haruhi sans queue ni tête, filmé et monté complètement à l’arrache). C’était mon épisode préféré, et pourtant, bon nombre l’avait critiqué. On comprend donc (ou plutôt  ça confirme les suppositions) pourquoi il y avait des pubs débiles au milieu du film. Malgré l’intéret de cet épisode, et bien je ne retrouve plus cet engouement et ce rythme des 12 premiers épisodes. J’espère qu’il va se passer des choses inédites avant la fin, et j’espère que KyoAni va nous trouver encore quelques bonnes trouvailles (je ne vois pas ce qu’ils peuvent trouver de plus extrême que l’Endless Eight).

Bakemonogatari (7)

bakemonogatarisemaine3bakemonogatarisemaine1

On termine en beauté avec ma série préférée de l’été. Il s’agit du deuxième épisode du troisième arc concernant une ancienne copine de Senjougahara, Kanbaru Suruga. Elle est aussi possédée par une entité, et possède une patte de singe à la place du bras gauche, incontrôlable la nuit, et qui possède une force surhumaine. C’est elle qui met une raclée à Araragi à la fin de l’épisode précédent, et le laisse KO sur une voie de chemin de fer. L’épisode est encore une fois rempli de dialogues. Heureusement, ils sont excellents, et les personnages sont tous aussi délurés les uns que les autres. Graphiquement, l’épisode est toujours aussi solide, c’est un vrai régal. L’humour est omniprésent, et même un truc aussi stupide qu’un bout de bambou qui tombe sur une pierre à la fin de chaque phrase (pendant une minute) est hilarant. C’est la série que j’attends le plus chaque semaine. Attention quand même, c’est un OVNI, donc le coté expérimental ne plaira pas à tout le monde. C’est typiquement le type de série qui ne fait pas de demi mesure: on l’adore, ou on n’adhère pas.

 

 

1234567
 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100