Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

25 septembre, 2011

Avis: ** N°6 ** (11/20)

Classé dans : N°6,[*Animés finis*],[*Evaluations*] — immelman @ 10:37

Avis: ** N°6 ** (11/20) dans N°6 n61krn62g dans [*Animés finis*]
n63o dans [*Evaluations*]n64e

J’avais repéré N°6 il y a à peu près un an sur les sites de lecture en ligne. J’essaie en général de lire le premier chapitre de toutes les nouvelles histoires qui sortent. N°6 m’avait pas mal accroché. La série en 9 volumes s’est terminée au Japon en Juin dernier. On peut donc penser que l’animé reste fidèle jusqu’à la fin au manga (je n’ai pas réussi à trouver la confirmation).

Le scénario de base est assez alléchant: Sion est un gamin surdoué choisi pour étudier avec l’élite de N°6, une ville futuriste quasiment utopique. Il a une très bonne amie, Safu, une mère prévenante, bref, l’avenir est radieux. Seulement au fond de lui, il se sent étouffé par cette ville où tout est décidé à l’avance. Une nuit, un fugitif fait irruption dans sa maison, et Sion décide de l’aider et de le soigner. Les autorités s’en rendront compte et bien que Nezumi, le jeune fugitif, soit arrivé à s’échapper, Sion et sa mère vont être destitués socialement. Il va se passer beaucoup de choses par la suite, on se rendra compte rapidement, l’utopie N°6 n’est qu’une façade, comme pour toutes les contre-utopies.

Voilà, les contre-utopies ont toujours donné lieu à des créations excellentes, et pourtant le genre est sous utilisé. Les références restent les mêmes pour moi: 1984 et Le Meilleur des Mondes. En japanimation, j’en trouve peu: Ergo Proxy, un soupçon dans Death Note, et puis c’est à peu près tout. Autant dire que N°6 a le champs libre pour se placer en référence du genre. Et comme je n’arrive pas à garder le suspense dans mes billets (de toute façon, la note est dans le titre), N°6 est une énorme déception, et ce pour 3 raisons:

  1. Au bout de 3 ou 4 épisodes plutôt bons voire très bons, N°6 va devenir secondaire. Sion a de grandes ambitions pour sortir la ville de ses travers, mais va passer son temps à nettoyer des chiens au lieu d’échafauder des plans concrets (environ de l’épisode 5 au 9).
  2. Le dernier épisode…. LOL!Rien que pour lui, ça vaut le coup (ou pas) de regarder la série. On y montre à peu près tout ce qu’il ne faut pas faire pour conclure une histoire: une histoire qui s’emmêle les pinceaux, et qui reste dans le flou, parce que sans ce flou, on verrait qu’il n’y a rien, c’est juste un écran de fumée grossier; des choix incompréhensibles des personnages, et une résurrection absolument improbable et grotesque. Tout y est! C’est vraiment un grand moment WTF tel que j’en vois rarement. En résumé, une fin de merde.

En dehors de ces 3 points, tout n’est pas à jeter dans N°6. Le meilleur personnage est un personnage secondaire, le garde chien, les 4 ou 5 premiers épisodes sont bons, et l’épisode 10 (l’avant dernier) est très bon. C’est fou comme une fin désastreuse peut faire passer une série que je considérais comme sympathique, à une série de merde. Je dois être encore sous le choc. Malgré ça, je vais essayer de rester objectif (au moment où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore décidé de la note).

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 2/4: Si le synopsis parait alléchant, et objectivement l’est, avec sa contre-utopie, la suite est faible, et je me demande si le manga n’a pas été arrêté prématurément. Cela expliquerai les nombreuses incohérences dans le scénario et les trous béants de rationalité. Les dialogues sont souvent cheesy, la faute à un Sion idéaliste, et à un Nezumi tsundere (et c’est un homme! mais il se travestit parfois).

Musique/Opening/Ending/Doublages: 1/2 : Rien d’exceptionnel, rien de mauvais. L’OP est très moyen, et l’ED je ne m’en souviens plus. La moyenne quoi.

Animation/Design/Character Design: 2,5/3 : Quand j’écris ces lignes au fil de la plume, je me dis qu’il va bien y avoir  un endroit où je vais bien noter. L’animation est quand même bonne, bien qu’inégale. La série est réalisée par le studio Bones, un studio qui prête une grande attention à ses visuels; c’est donc le minimum qu’on pouvait attendre de cette série. Le character design est correct, correct+, mais c’est la moindre des choses vu que la série compte 6 personnages en tout et pour tout (Sion, Nezumi, Dog Keeper, Safu, la mère de Sion, et l’informateur). Tout est laborieux dans cette série.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 3/5 :  Si la série s’arrêtait à l’épisode 10, j’aurais mis un 4, et si la fin avait été bonne, j’aurais peut être mis 4,5. Je mets donc 3, ce qui reflète bien la physionomie de la série: 5 épisodes bon, 4 moyens, 2 mauvais. La série et l’histoire manquent d’ambition, mais la faute au manga sans doute. Dans ce cas là, il fallait soit réécrire la fin, soit ne pas adapter ce manga.

Personnages: 1,5/3 : Sion est un sacré boulet, et Nezumi est plutôt cool. La tendance s’inverse au fur et à mesure, mais pas pour Sion, si vous voyez ce que je veux dire. Séparément, les personnages sont intéressants, mais quand ils intéragissent entre eux, cela donne lieu à des dialogues de merde, c’est le monde à l’envers. (le correcteur d’orthographe me signale une faute sur intéragissent, si quelqu’un connaît la réponse, je suis preneur). Les personnages secondaires sont plus intéressants que les principaux, et ça c’est mauvais signe.

Bonus: 1/3
Originalité: Une contre-utopie, c’était une bonne idée.

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100