Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

15 février, 2009

Casshern Sins 19

Classé dans : Casshern Sins — immelman @ 19:51

Casshern Sins 19 dans Casshern Sins casshern1903fj3casshern1904ql5 dans Casshern Sins

casshern1901ml3casshern1902si1

Team: Shinsen Subs

Casshern Sins est surement l’anime le plus bizarre du moment (y a un mois, il y avait Kurozuka, que je suis toujours en train de regarder). Que ça soit du point de vue graphique que de la réalisation. C’est réalisé par Madhouse, LE studio du moment, qui réalise en ce moment des chefs d’oeuvre à la pelle (Death Note, Moryou no Hako, Kurozuka…).
Cassern Sins n’est pas en reste non plus, puisque c’est aussi très très beau, bien que complètement hors norme. Le dessin est très épuré, mais en même temps il y a des jeux de lumière et de couleurs assez complexes.C’est impossible à décrire par écrit. Au niveau scénario, c’est très simple. Dans un monde où les robots dominent, un jour, Casshern tue Luna, une androïde qui apparement participait à l’équilibre naturel, surtout climatique. Je dis « apparement » parce que pour l’instant, à l’épisode 19, tout reste vague et assez mystérieux. Quoi qu’il en soit certaines choses sont sures: -le monde commence à pourir, et tous les robots sont atteints de ce qu’ils appellent la ruine; en gros ils rouillent assez rapidement, et finissent par casser. -Casshern est devenu amnésique, et ne sait pas si il a vraiment tué Luna, et pourquoi. -Casshern est le seul robot qui ne subit pas la ruine. -Tout le monde cherche à tuer Casshern, parce qu’évidemment, ils ont un peu la haine, mais aussi parce qu’une rumeur court que si Casshern meurt, alors la ruine s’arrêtera.

Avec ces quelques assertions, voilà la série qui commence. C’est pas un animé très gai comme on pourrait s’en douter, mais certains personnages gardent espoir (ils sont assez rares). Les combats sont nombreux, mais ils ne sont là que pour donner du rythme relativement lent, où les phrases sont souvent répétées de nombreuses fois, ce qui ralentit encore le rythme. Mais honnêtement, ce n’est absolument pas gênant. On se fait comme bercer par la mélancolie de Casshern qui est un être torturé. Tous les personnages qu’il rencontre sont pathétiques, le bon sens du terme, c’est à dire émouvants, puisque la plupart du temps, ils vivent les derniers instants de leur vie. C’est un anime que je conseille fortement.

Cet épisode est centré sur Lyuze, qui craque complètement dans cet épisode. Alors qu’elle vient de prendre conscience de ses sentiments pour Casshern, elle se rappelle que sa vie est très précaire. Du coup elle en souffre énormément. Notre trio rencontre 2 robots sortis d’un peu nulle part, alors qu’ils se rapprochent de plus en plus du chateau de Luna. Ils les attaquent, sans aucune raison apparente, si ce n’est que c’est un moyen scénaristique qui permet de remettre en question Lyuze. J’ai aimé cet épisode, vu que je suis friand des histoires d’amour, et voir Lyuze reluquer le corps de Casshern, ça m’a bien fait triper. Ah la la, petite coquine va! (tu vas le choper d’ici 5 épisodes t’inquiète pas).

Avis: ** RD Sennou Chosashitsu (14,5/20) **

Avis: ** RD Sennou Chosashitsu (14,5/20) ** dans Real Drive sennou Chosashitsu rdsc09ga3 rdsc01ia6 dans [*Animés finis*]

rdsc03tl8 dans [*Evaluations*] rdsc04ay7

rdsc05wf5 rdsc06sp4

rdsc07oj9 rdsc08oj5

Teams: Shinsen Subs, The Metal, Ureshii-Saizen

 

Voici ma première évaluation d’animé. Je viens de le finir aujourd’hui, bien que ça doit faire 2 mois qu’il est terminé. RD Sennou Chosashitsu (RD se lit Real Drive) est une des dernière production du studio Production IG, qui est je pense le meilleur studio du moment avec Madhouse. On leur doit les Ghost in the shell, Chevalier d’Eon, Seirei no Moribito etc.. autrement dit c’est pas des petits joueurs. Real Drive ne doit pas avoir eu beaucoup d’échos en France, vu qu’à ma connaissance, aucune fansub team n’a essayé de les traduire (j’ai pas vérifié, je peux me tromper). C’est pourtant passer à coté d’un très bon animé, pas mon préféré, mais tout de même très bon.

Real Drive  se passe dans un futur pas trop lointain, sur une ile artificielle, avec un climat quasi paradisiaque. Aoi Minamo, une jeune lycéenne, travaille en tant qu’aide soignante au près de personnes agées. Elle se lie rapidement d’amitié pour son patient attitré, Haru Masamishi, un vieil homme autrefois plongeur professionnel pour un centre de recherche sur la mer. Suite à un accident aussi tragique que mystérieux, il resta dans le coma pendant 50 ans. Il possède une androïde plutôt aimable du nom de Holon, qui est à son service en plus de Minamo. Le vieil Haru est triste, car dans son état il ne peut plus plonger dans cet océan qu’il aimait tant. Heureusement pour lui se présente une occasion inespérée. Son ancien chef et ami, le Professeur Kushima, lui propose de plonger à nouveau, mais dans une mer complètement différente: le Métal. Il s’agit en fait d’un réseau ressemblant énormément à internet, mais en beaucoup plus perfectionné, puisqu’on peut y accéder directement via son cerveau, et avoir une sorte d’existence parallèle à l’intérieur. Haru, aidé par Holon et Minamo, résoudra des enquètes sur commande à l’intérieur du Métal.
Voilà pour l’intrigue principale, sur laquelle se greffe de nombreuses autres histoires. Je n’ai pas parlé notamment du frère ainé de Minamo, Sota, l’assistant du professeur Kushima. Ce n’est pas seulement un cerveau, il sait aussi se battre avec les arts martiaux, il est plutôt doué. Il tombera amoureux de Holon l’androïde, ce qui lui pose de nombreux problèmes… bah oui, c’est un robot après tout.
Ah et petit détail, ne vous laissez pas avoir, après l’ending, il n’y a pas l’annonce de l’épisode d’après comme d’habitude, mais il y a souvent une scène importante pour l’intrigue. Je m’en suis rendu compte à l’épisode 20…

Passons au verdict:

-Histoire/Scénario: 3/4
On a ici affaire à une série originale.Le héros principal est un vieillard, c’est déjà inhabituel. L’histoire principale est excellente, même si elle ne concerne en gros que les 2 premiers épisodes, et les 4 derniers. Au niveau des histoires parallèles, elles sont plus ou moins intéressantes, et en dehors de l’histoire de Haru, les autres personnages n’ont pas vraiment vécu des choses extraordinaires. Le tout est assez lent, parfois un peu trop; assez souvent c’est fait exprès pour installer une atmosphère, ou mettre l’accent sur les émotions des personnages, d’autres fois, c’est juste qu’il ne se passe rien.

-Animation/Design: 3/3
Là par contre, je donne la note maximale. Le tout est très beau, les personnages sont tous très charismatiques (je regrette juste que Holon aie un peu trop ce look de secrétaire), surtout Sota, qui a la classe américaine, et ça, en permanence. Les scènes de combats, même si elles sont rares, sont extrêmement fluides et très agréables à regarder, et c’est un euphémisme. L’épisode 1 où Sota et Holon se battent pour la première fois est un petit bijou.

-Réalisation/émotions:3/5   Développement des personnages: 3/3
J’ai hésité à mettre 5, mais je préfère le garder sous le coude pour une prochaine évaluation. Tout l’intéret de l’animé est dans les personnages. 75% du temps, on approfondit les sentiments d’un personnages, ou son passé. Tout ceci est inclus dans les affaires qu’il résolvent; ils font des parallèles entre le présent et leurs expériences. Tous les personnages sont bien différents les uns des autres, et se complètent. Kushima est le cerveau, Sota est le gros bras de service, qui fait les investigations sur le terrain (comprendre aller tabasser les suspects pour leur faire cracher le morceau). Haru est le plongeur d’expérience, c’est lui qui par son histoire tragique ammène les moments de mélancolie, Minamo apporte les moments comiques et jovials, et Holon, apporte le coté charme, et est l’élément qui apporte les moments romantiques. Je citerai notamment l’épisode 6, qui a réussi à me tirer une larme.

-Musique/Opening Ending: 2/2
Rien à ajouter. La musique est parfaite, et renforce les moments d’émotion, ou supporte les combats. Bien que discrète, on la remarque quand même. L’ending est quelconque, l’opening est sympa, mais je vais pas baisser la note à cause d’eux.

-Bonus: 1/3
Real Drive récupère le bonus animation/Design. C’est le minimum que je pouvais faire, au moins pour récompenser les scènes de combat.

 

14 février, 2009

Shikabane Hime Kuro 05

Classé dans : Shikabane Hime — immelman @ 15:06

Shikabane Hime Kuro 05 dans Shikabane Hime shikab0503zc5 shikab0502jo4 dans Shikabane Hime

shikab0501hm4 shikab0504jc1

Team: Animebreaker

Voici le 5ème épisode de la 2ème saison de Shikabane Hime (la princesse défunte, traduction possible, shikabane étant un cadavre). Comme on peut le voir, ce premier trimestre est marque par beaucoup de suites de séries, même si dans ce cas là, la frontière entre les 2 saisons est complètement artificielle, vu qu’il n’y a pas eu de pause entre les 2 saisons. La première saison de Shikabane Hime s’appelle Shikabane Hime Aka.
Il s’agit d’une production du studio Gainax, un studio vénéré par de nombreux amateurs d’animés (pas par moi), vu que ce sont eux qui ont animé Evangelion ou FLCL pour ne citer qu’eux.

Shikabane Hime, c’est l’histoire de Ouri Takagi, un lycéen adopté par un prêtre s’occupant d’un orphelinat. Sa vie est bouleversée quand il rencontre Makina Hoshimura, une jeune fille qui se trimbale avec des uzis, et qui se trouve être une Shikabane Hime au service de son père/frère adoptif, Takagi Kensei, le fameux prêtre dont je parlais, qui travaille pour une organisation secrète d’élimination de mort vivant appelé Shikabane. Une Shikabane Hime c’est quoi? En gros c’est une fille (en tenue souvent suggestive) qui est morte, et avant qu’elle se transforme en Shikabane, l’organisation leur a fait faire un pacte avec un prêtre, pour qu’elle combatte à leur coté contre les shikabane. Elles ont donc une force surhumaine, et surtout elles sont quasiment invulnérables.

Je regarde Shikabane Hime depuis maintenant 3 mois, et je ne sais pas pourquoi je continue à regarder en fait. C’est la série que j’ai le plus envie d’abandonner, non pas qu’elle soit mauvaise, mais plutôt qu’elle n’est pas très originale, et vu que je commence à avoir vu pas mal d’animés, ce genre de Shonen, je commence à connaitre la chanson. En fait , ça ressemble un peu à Fate/Stay Night dans les thèmes abordés (des revenants qui doivent être considérés comme des outils et non pas comme des humains, mais le héros pensent que ce sont quand même des humains…, et le fait que chaque combattant a passé un pacte avec son héros, ici shikabane hime). Mais pour ma part, là où fate stay night passait du temps à développer un peu tous ses personnages et préparer ses rebondissements, et bien Shikabane Hime passe du temps sur les 3 personnages principaux, mais par contre, on s’en fout limite de la moultitude de personnages secondaires, et on préfère mettre à la place des scènes de combats absolument sans aucune saveur.  Je ne parle pas des rebondissements qu’on voit arriver à des kilomètres.Voilà pour la critique. Pour défendre quand même un peu Shikabane Hime, je dirais qu’il propose quand même quelques passages assez émouvants (les épisodes de Minaï), une animation irréprochable, et aussi l’envie de savoir quand même où tout cela nous mène (si ça nous mène quelque part tout du moins). C’est pourquoi je ne lache pas encore l’affaire.

Dans cet épisode, l’histoire de Itsuki et Takamasa prend donc fin, en espérant qu’elle serve de leçon à Ouri (c’est pas bien de tomber amoureux d’un cadavre! c’est la leçon qu’il pourrait en tirer).  Le Shichisei contre attaque en envoyant une de ses membres éliminer Makina. Elle prend l’apparence de Keisei, ce qui trouble évidemment Makina. Voilà donc un épisode qui ne sert à rien en gros, tout est toujours aussi prévisible. Ouri semble avoir muri un peu (il était temps), et apparait comme l’homme fort de l’épisode (ça va pas durer). Sinon, je suis un grand fan du Prêtre (son nom m’échape), et sa shikabane sniper. Ils ont assez la classe tous les deux et j’espère qu’on en apprendra un peu plus sur eux par la suite.

 

Zoku Natsume Yuujinchou 04

Classé dans : Natsume Yuujinchou — immelman @ 14:22

Zoku Natsume Yuujinchou 04 dans Natsume Yuujinchou natsume0501lv2natsume0504ia2 dans Natsume Yuujinchou

natsume0503pl2 natsume0502mm4

Team: ainex
Voilà une des autres séries que j’ai commencées il n’y a pas si longtemps, et toujours en cours de dissusion au Japon: Natsume Yuujinchou, ce qui signifie « le livre des amis de Natsume ». C’est un animé similaires en de nombreux points à Mushishi: le héros Natsume est capable de voir les esprits, que cela soit des fantômes, des esprits de la nature, ou des démons. De ce fait, il a vécu une enfance très solitaire, peu aimé par ses parents, n’ayant aucun ami, car évidemment tout le monde le prend pour un mythomane.

« Heureusement », ses parents meurent, et il déménage chez sa tante et son oncle, dans un village ou personne ne connait sa mauvaise réputation. Une nouvelle vie commence pour Natsume, qui décide de cacher à tout le monde sa mystérieuse habilité. Pas facile, surtout que les esprits ne sont pas tous pacifiques, et qu’en plus, certains esprits le pourchassent en le prenant pour sa défunte grand mère ayant vécu ici pendant sa jeunesse. Par la suite, Natsume libère par hasard un esprit scellé, Nyanko Sensei, un espèce de chat obèse alcoolique, mais pouvant se transoformer en renard géant genre Kyubi dans Naruto. Il lui explique que sa grand mère, Reiko Natsume, avait asservi beaucoup d’esprit de la région en leur volant leur nom.Tous ces noms sont inscrits dans un livre que sa grand mère a laissé à son petit fils, le « yuujinchou », le livre des amis. Tous les esprits de la région ayant entendu dire que Reiko était revenue, ils essaient de récupérer leur nom détenu par Natsume, et plus de lui ravir le livre des amis, pour pouvoir hériter de la petite armée qu’avait rassemblée Reiko. Natsume décide alors de retrouver tous les esprits du livre des amis un par un pour leur rendre leur nom.

Comme je le disais au dessus, Natsume Yuujinchou ressemble beaucoup à Mushishi, d’une part parce que le héros est capable de voir les esprits invisibles aux yeux des autres, mais aussi de par l’ambiance très zen de la série, et de nombreux moment assez émouvants. Il s’agit aussi de la même structure narrative, c’est à dire que tous les épisodes sont indépendants, et dans chacun d’eux Natsume tente de résoudre un problème lié aux esprits, ou d’aider les esprits eux même. C’est un animé très calme, très joli, mais on ne s’ennuie jamais (toujours comme Mushihi). En plus, Nyanko Sensei est assez souvent très drole, et son doubleur se gave pas mal. Tout ceux qui en ont marre des shonen, des shojos, et qui recherchent un animé un peu atypique, je leur conseille chaudement. En fait même les amateurs de shonen peuvent y trouver leur compte, puisqu’il y a quand même un peu d’action dans certains épisodes.

Pour en revenir à l’épisode lui même, il s’agit du 4ème de la deuxième saison: « Zoku » Natsume yuujinchou. La première saison dure 13 épisodes, et elle est disponible chez la team ainex, qui fait du bon boulot.  Dans cet épisode Natsume décide de recueillir un oeuf abandonné dans un nid… je vais digresser un peu, mais ce que j’aime bien avec cette série, c’est que c’est très vite résumé. Voilà donc pour l’histoire. Evidemment l’intéret de cet épisode ne se trouve pas dans les rebondissements du scénario, mais dans les personnages. Natsume se voit confié ici un espèce de rôle de parent envers la créature de l’oeuf. Même Nyanko Sensei, d’habitude un peu bourru comme personnage, est attendri. Natsume Yuujinchou, délivre une fois de plus dans cet épisode, des émotions de façon très subtiles.

12 février, 2009

Druaga no Tou: The Sword of Uruk 05

Classé dans : Druaga no Tou — immelman @ 23:18
Druaga05
Album : Druaga05

4 images
Voir l'album

 

Mon premier vrai post sur ce blog! Je vais parler d’une des séries que je suis actuellement, et qui est diffusée au Japon. Il s’agit de Druaga no Tou (la tour de Druaga), et plus précisément de la saison 2 sous titrée « The Sword of Uruk » . Elle suit la première saison: « The Aegis of Uruk » diffusée il y a près d’un an. Ce fut une des meilleures séries du début de l’année 2008, et c’est pourquoi j’attendais avec imapatience cette 2ème saison.

Druaga no Tou est tiré d’un très vieux RPG d’héroic fantasy sur Nintendo, et raconte les péripéties de Jill, un jeune guerrier inexpérimenté et de ses compagnons; ce sont des « grimpeurs » comme on les appelle, car ils ont pour objectif d’atteindre le sommet de la tour de Druaga pour obtenir un précieux artefact pouvant exaucer un voeu. Ce ne sera pas chose facile car elle est infestée de monstres, de grimpeurs rivaux, et surtout, au sommet, Druaga une créature démoniaque.

Je ne vais pas raconter tout en détail, pour ceux qui voudraient la découvrir. (Je leur déconseille alors de lire mes prochains messages et la suite même de ce post, jusqu’à ce qu’ils ratrappent la diffusion japonaise de la 2ème saison).

Cette 2ème saison commence 6 mois après la fin de la première. Jill et Fatina, ainsi que de nombreux protagonistes de la première saison souffrent tous du calme revenu sur le pays, et doivent se reconvertir pour survivre, car les « grimpeurs » sont tous réduits au chomage. Jill est celui qui souffre le plus après les évênements de la fin de la saison 1. Alors que Fatina essaie de le réconforter (voire plus…), ils rencontrent une mystérieuse petite fille, Kaï, poursuivie par des méchants (un méchant !! wouh wouh, où est-il?), Kaï, qui les persuade de l’accompagner dans la tour de Druaga, pour l’aider à remonter au sommet. Et c’est reparti pour l’aventure…

Dans cet épisode, Jill & co se retrouvent dans la tour mythique et arrivent à un étage qui ressemblent à un immense désert, avec de (trop) nombreux monstres. On assiste à une curieuse poursuite entre les monstres, le groupe de Jill, le groupe des ravisseurs de Kaï, et le groupe de Melt et des soldats. Au fait, je suis un grand fan de Melt, et ça m’a pas mal déçu de le voir aussi dégueulasse dans l’épisode précédent. Heureusement qu’il y a Fatina pour remonter le niveau de tout ça!

Au final, un épisode très sympa, comme tous les épisodes de cette série, avec un Melt qui redore un peu son blason, une Henaro plus geignarde que d’habitude (vivement qu’elle meurt), mais au final il s’est pas passé grand chose. Mais bon, ce n’est que le premier épisode depuis l’entrée dans la tour mythique, le meilleur est à venir!

1...1920212223
 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100