Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

25 janvier, 2010

Animes 2009 Immelman Awards

Je sais, on est déjà le 24 Janvier. Un petit problème de santé m’a tenu à l’écart de mon ordinateur, et je n’ai pas pu m’atteler à écrire de nouveaux billets fin décembre. Mais me revoilà. Avant de raconter ce qu’il se passe en ce moment au Japon avec la saison hiver 2010 (et croyez moi, il ne se passe pas grand chose de terrible), revenons sur cette année 2009, qui ma foi nous a réservé de bonnes surprises. Les bloggers dans l’ensemble ont trouvé que 2009 était une année moyenne. C’est possible. A vrai dire, je n’ai pas de recul suffisant pour pouvoir émettre une telle affirmation. Tout ce que je peux en dire, c’est qu’à cause (ou grâce) à ce blog, c’est l’année où j’ai regardé le plus d’animés de ma vie. Je les ai comptées au nombre de 41, sans compter celles que j’ai abandonnées en cours. Il y aura 9 awards dont 5 avec classements entre nominés.

Ces récompenses sont totalement subjectives; c’est pour ça que je les ai appelées Immelman Awards. Si vous voulez, vous pouvez laissez en commentaires vos séries préférées de cette année, ou vos coups de gueule contre mes préférences. Attention, c’est parti!

 

MEILLEURS OAV

Eve no Jikan (Time of Eve)
Animes 2009 Immelman Awards dans Bounen no Xamdu evenojikan0402evejikan0101gh7 dans CANAAN

Honnêtement, si Eve no Jikan avait été une série, elle aurait été dans tous mes tops 10. J’ai adoré ces 6 épisodes, et la série est aussi intéressante qu’elle est belle. Elle est faite par le même réalisateur que celui de Pale Cocoon, un OAV qui a quelques années, mais assez réputé. Le sujet a pourtant été traité de nombreuses fois: les robots androïdes intelligents ont-ils leur place dans la société humaine? Eve no Jikan n’y répond pas vraiment, et s’intéresse plutôt aux intéractions robots/personnages. Un must de cette année 2009.

 

MEILLEURE COMEDIE

Seitokai no Ichizon
seitokainoichizen0101 dans Casshern Sinsseitokainoichizen0102 dans Code Geass: Lelouch of the Rebellion

Il faut dire qu’il n’y avait pas trop de concurrents. Apparement, Mari & Gali est aussi très bon. Malheureusement je ne l’ai pas regardée. Seitokai no Ichizon, est une des meilleures comédies que j’ai pu voir de toute ma vie. Elle arrive à titiller School Rumble (première saison) et les Full Metal Panic Fumoffu. Ses atouts sont son rythme de dialogue endiablé, ses références/parodies d’autres mangas faciles à comprendre, et des gags bien lourdingues et absurdes. Le seul défaut qu’on puisse lui trouver, ce sont ses moments un peu mélo-dramatiques qui cassent un peu la dynamique de la série.

 

MEILLEURE SERIE D’ACTION

Armed Librarians- Book of Bantorra (Tatakau Shisho)
tatakaushisho112 dans Cross Gamearmedlibrarians0102 dans Darker than Black 2

La série n’est pas encore finie, mais quelle série! Au fil des épisodes, elle devient de plus en plus intrigante et accrocheuse. Comme dans toute série d’action/shonen qui se respecte, chaque personnage possède sa propre manière de combattre. Chaque personnage possède alors aussi sa propre aura, et chacun est charismatique. J’ai dit shonen, mais l’ambiance est assez mature pour pouvoir dire qu’on se rapproche quand même beaucoup du seinen. Les prétendants à cet award étaient nombreux. Pour les citer: FMA 2, Bounen no Xamdu, Pandora Hearts, Guin Saga, To aru kagaku no railgun, Phantom, Canaan, Ride Back… du lourd quand même.

 

MEILLEURE COMEDIE ROMANTIQUE

Clannad After Stories
clannadafterstories01 dans Druaga no Touclannadafterstories02 dans Kampfer

Il n’y avait que deux prétendants pour moi à cette place. Clannad After Stories et White Album. Chacune de ces deux séries possède leurs points forts et leurs défauts. Au final c’est Clannad qui l’emporte, sûrement parce que c’est la plus triste des deux. Clannad after Stories est la suite directe de Clannad, Tomoya sort donc avec Nagisa. Et il va se passer plein de choses. Je ne peux pas en dire plus pour ceux qui ne l’ont pas vues. Les personnages vont devoir faire face avec les angoisses de la vie adulte, et si je peux me permettre, ils vont se les prendre violemment en plein poire. Je déconseille cette série à ceux qui sont un peu dépressifs, car sans tomber complètement dans le pathétique, elle touche juste sur la (ma) corde sensible. Les 10 premiers épisodes sont un peu pénibles à regarder cependant, mais c’est l’étape obligatoire pour pouvoir apprécier la suite.

 

MEILLEURE ANIMATION

5- To Aru Kagaku no Railgun

4- CANAAN

3- Aoi Bungaku

2- Eve no Jikan

1- Bounen no Xamdu (Xam’d Lost Memories)
bounennoxamdu02 dans Kurozukabounennoxamdu01 dans Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009)

On voit vraiment que les progrès en animation ont fait un bond cette année. Les séries arrivent à être à présent presque aussi belles qu’un film d’animation (japonais). Xam’d Lost Memories en est le fleuron pour l’instant. Eve no Jikan n’arrive que 2ème car ce ne sont que 6 épisodes. Le soin apporté est donc équivalent à celui d’un film. Xam’d lui est incroyable de fluidité pendant 26 épisodes. Enorme.

 

MEILLEUR CHARACTER/ART DESIGN

10-  Umi Monogatari

9-  Full Metal Alchemist 2 -Brotherhood

8-  Birdy the Mighty Decode 2

7 – Guin Saga

6- Pandora Hearts

5- Michiko e Hatchin

4- Spice and Wolf 2

3- Bakemonogatari

2- Casshern Sins

1- Aoi Bungaku
aoibungaku112 dans Mouryou no Hakoaoibungaku113 dans Natsume Yuujinchou

Aoi Bungaku est une série en 12 épisodes, racontant 5 histoires indépendantes, issues de nouvelles japonaises du XXème siècle. Toutes les histoires ne sont pas dessinées par le même réalisateur. Cela donne un cachet à cette série assez énorme. Le design est franchement à couper le souffle dans chacune d’entre elles. La meilleure d’entre elle est la 4ème, Run Melos (Hashire Melos), qui est réalisée par l’homme derrière  Mouryou no Hako, et les dessins sont donc inspirés de Clamp si je ne m’abuse. C’est une vraie claque visuelle, et une vraie claque scénaristique. Ce sont les épisodes 9 et 10. Si vous ne devez voir que 2 épisodes de cette série, ce sont ceux là.

 

MEILLEUR OPENING

Dans cette catégorie, plusieurs facteurs sont pris en compte: la musique, les visuels, et la « chorégraphie », c’est à dire le mariage entre la musique et les images.
10-  The Melancholy of Haruhi Suzumiya 2009
Image de prévisualisation YouTube

La musique est catchy sans être exceptionnelle. Par contre, ça flashe de partout et très accrocheur visuellement.

9-  Spice and Wolf 2
Image de prévisualisation YouTubeMoins bien que celui de la première saison, mais c’est dans le même style: une ballade, et derrière, le design fait le reste, avec un background art très beau et très détaillé.

8-  Phantom- Requiem of the Phantom
Image de prévisualisation YouTube

Un opening façon James Bond, j’aime. Le rythme hyper lent surprend au début. C’est du Bee Train après tout.

7-  Birdy the Mighty Decode 2
Image de prévisualisation YouTube

Là c’est mon plaisir coupable. L’OP objectivement n’a rien de vraiment fantastique. Mais j’adore la musique (JPop pourtant), et puis le character design est juste énorme.

6-  Full Metal Alchemist 2 -Brotherhood (OP1)
Image de prévisualisation YouTube

Tous les openings des FMA ont toujours été au dessus de la moyenne. Les deux premiers de cette nouvelle série sont très bien, j’ai juste une petite préférence pour celui là. (le troisième OP est nul par contre)

5-  Bounen no Xamdu
Image de prévisualisation YouTube

Cet OP est juste énorme. La musique est sympa, et comme pour Spice and Wolf, l’art design fait le reste.

4-  Druaga no To – The Sword of Uruk
Image de prévisualisation YouTube

Celui de la première saison était dans le même style. L’OP est très drôle, et la musique est très catchy.

3-  Armed Librarians – Book of Bantorra
http://www.dailymotion.com/video/xb8vj9
Malheureusement je n’ai pas pu trouver le générique seul (il faut se taper 30 sec de l’épisode avant de voir le générique). La musique est signée Project Ali, avec leur style très reconnaissable. Pas toujours bonnes, ici la musique est bien.

2- Eden of the East
Image de prévisualisation YouTube

Je l’ai mis deuxième, et pourtant, je ne le laissais pas tout le temps quand je regardais les épisodes. Mais bon, Falling Down d’Oasis (dernier album) en musique, et les réalisateurs se sont embêtés à trouver un visuel original pour aller avec. Je ne peux que féliciter.

1- Ride Back
Image de prévisualisation YouTube

Un OP presque tout en CG, très classe, une musique spatiale, une entrée en scène totalement surprenante. Et hop, meilleur OP de l’année 2009. FUEGO GO!

 

Je dois quand même citer les laissés pour compte de ce top 10: Natsu no Arashi, Michiko E Hatchin, To Aru kagaku no Railgun, White Album, Pandora Hearts, CANAAN, Darker than black 2.
 

MEILLEUR ENDING

Pareil qu’au dessus. Autant, pour les openings, il a fallu en départager un certain nombre. Autant pour les ED, j’ai du lutter pour en trouver 10.

10-  Toradora
Image de prévisualisation YouTube

Un autre plaisir coupable. Cet ED m’a marqué à cause de la basse sur la musique.

9-  Eden of the East
Image de prévisualisation YouTube

Un ED très créatif, tout en papier. Etonnant.

8-  Bakemonogatari
Image de prévisualisation YouTube

Parce que j’adore cette série, et que la musique est catchy.

7-  Umineko no naku koro ni
Image de prévisualisation YouTube

Chantée par le doubleur qui fait le grand père, cet ED est sur la corde raide. On tombe presque dans le ridicule. Mais pour l’originalité de la chose (métal), ça mérite bien d’être dans ce classement.

6- Spice and Wolf 2
Image de prévisualisation YouTube

Symapthique. La musique est catchy, et c’est les dessins du manga papier qui sont utilisés.

5-  Kodomo no Jikan Second Term
Image de prévisualisation YouTube

Je n’ai pas vu cet animé, mais il faut reconnaître que l’ED est marrant.

4- Ride Back
Image de prévisualisation YouTube

Décidément, le point fort de cette série, c’est sa classe. Dommage que le scénario n’ait pas suivi. Comme l’OP, cet ED est vraiment surprenant de beauté.

3-Sora no Otoshimono (ED spécial, épisode 2)
Image de prévisualisation YouTube

Cette série est pleine de surprises. Comment ne pas craquer lorsqu’on voit cet ED? Je me suis pris les cheveux, et si je me souviens bien, j’ai du crier un gros WTF!!!! C’est ce qui fait le charme de cet animé; les créateurs se sont bien lachés dessus, et ça fait plaisir à voir. La musique est énorme, et puis y a des culottes volantes…. moto-propulsées!!!

2-  Casshern Sins (ED3)
Image de prévisualisation YouTube

On approchait de la fin de la série lorsque cet ED était diffusé. Une série tout en subtilité, contemplative, comme cette vidéo.

1- Guin Saga
Image de prévisualisation YouTube

Au début je croyais que c’était le retour de Barry Lyndon. Mais non, c’est Kanon, et « This is my Road ». Certes, ce n’est qu’un Diaporama, mais c’est drôlement zoli !!

 

MEILLEURE SERIE 2009

Autrement dit, c’est le prix le plus important. Ca a été très difficile de ressortir 10 séries des 41 que j’ai vues cette année. En effet, il faut se dire que ces 41 avaient déjà passées une sélection parmi toutes les séries de cette année. Elle possèdent donc toutes des qualités suffisantes pour que je les regarde en entier. Inutile de prolonger le suspense trop longtemps.

10- Bounen no Xamdu (Xam’d Lost Memories)
bounennoxamdu04 dans Pandora Heartsbounennoxamdu05 dans Real Drive sennou Chosashitsu

C’est une grande série d’aventure, avec des graphismes et un character design énormes. La fin a été critiquée par de nombreux bloggers. Moi elle m’a contenté, et la série ne m’a pas laissé sur ma fin. Il y a quelques longueurs vers le milieu de la série, mais globalement, on ne s’ennuie pas.

9-  Birdy the Mighty Decode 2
birdydecode20502 dans Sora no Otoshimonobirdydecode20602 dans Tegami Bachi (Letter Bee)

La première saison était bonne, bien que manquant d’un peu de rythme. On retrouve un peu le même problème dans cette deuxième saison, à la différence que la série atteint ici des sommets d’intensité et d’action. C’est un excellente série fantastique, faite par le même réalisateur que Noein, pour les amateurs… Birdy est quand même moins bizarre, mais possède aussi son lot de retournements de situation.

8-  Full Metal Alchemist 2- Brotherhood
fma2brotherhood0501 dans To Aru Kagaku no Railgunfma2brotherhood0101 dans Toradora

Est-ce bien la peine de la représenter? Full Metal Alchemist est excellent à tous les niveaux, et cette deuxième série dépasse de loin la première, pourtant déjà excellente. Tout ça grâce à une vision plus fidèle du manga, qui est pour moi le meilleur shonen de tous les temps.

7- Kemono no Souja Erin
kemononosoujaerin122 dans Umi Monogatarikemononosoujaerin121 dans Umineko no naku koro ni

Ce n’est que tardivement que je m’y suis mis. KNSE est une série assez lente dans sa narration qui suit l’histoire d’Erin, une fille curieuse très attirée par la vie des bêtes sauvages. Sa vie est bouleversée par de nombreux évênements tragiques et heureux, qui ont des rapports étroits avec ces animaux sauvages, ainsi que certains problèmes politiques qui vont finir par influencer sa vie. Il s’agit d’une série que je qualifierai d’épique. C’est l’épopée de la vie d’Erin, que l’on voit grandir au fil des 50 épisodes. La série est bientôt finie d’être traduite.

6-  Armed Librarians – Book of Bantorra
armedlibrarians01 dans [*Animés suspendus*]armedlibrarians121 dans [*Classement de l'année*]

J’en ai déjà parlé au dessus. Tatakau Shisho est une des meilleure série de 2009, avec tous ses personnages bien particuliers, ses scènes d’action inventives… Peut être sera-t elle meilleure série de 2010 aussi… C’est loin d’être impossible.

5- Spice and Wolf 2
spicewolf04 dans [*Classement du mois*]spiceandwolf2121 dans [*Divers*]

Une de mes histoires préférées. Spice and Wolf raconte le périple de Horo la déesse louve, et Lawrence le marchand. Deux personnages fascinants, qui font la série à eux seuls.

4- Michiko e Hatchin
michikoehatchin1901michikoehatchin1903

Après Samurai Champloo et Ergo Proxy, le studio Manglobe se devait de continuer son carton plein de séries pittoresques. C’est réussi cette fois avec Michiko e Hatchin, racontant les voyages à la recherche d’un homme de deux héroines, à travers la pampa d’Amérique du sud. Le lieu ajoute énormément à l’histoire et à l’originalité de l’histoire. Pas de lycéen en uniforme, pas de personnage japonais stéréotypé. Le duo des filles est explosif, bien plus que n’importe quel duo d’une série quelconque de Bee Train. Graphiquement, on retrouve la patte de Manglobe, avec ses personnages un peu difformes. C’est comme à leur habitude très beau, et le scénario, à l’image de Samurai Champloo n’a ni queue ni tête, et fait la part belle à l’action. C’est une série qui n’a pas de point faible, une des meilleures de l’année, et tout le monde sera d’accord avec moi. Dommage que The Sacred Blacksmith vienne détruire la belle série du studio Manglobe.

 

3- Tokyo Magnitude 8.0
tokyomagnitudesemaine1tokyomagnitude803
C’est la semi surprise de l’année. Surprise parce que c’est une histoire originale, semi parce que c’est quand même Bones qui réalise la série. Bones fait d’ailleurs une année énorme avec FMA2, Bounen no Xamdu, Darker than Black 2 et TM8, ça laisse rêveur. TM8 est d’actualité, avec le tremblement de terre à Haïti. Comme le générique le raconte, TM8 essaie d’être le plus réaliste possible. Du coup on peut avoir une bonne idée de ce qu’il s’est passé à Haïti, en tout de même mieux maitrisé. Les réactions humaines sont le premier point fort de la série; la série possède un paquet de personnages secondaires qui n’apparaissent que quelques secondes parfois, et malgré ça, on ressent la détresse de chacun d’eux. L’autre point fort de TM8, c’est sa fin qui est la meilleure fin de série 2009, voire plus. Elle ne laissera personne les yeux secs, pour sûr

2- Phantom- Requiem of the Phantom
phantom2302phantom2306
C’est la meilleure série du studio Bee Train selon moi. Malgré ses nombreux admirateurs, je ne suis pas fan de ce studio. Je partais avec de gros à priori, et malgré ça, j’ai été subjugué par les personnages et le scénario. Enfin Bee Train nous montre des vrais assassins, torturés, dépourvus d’émotion, complètement manipulés. Manipulés, comme le spectateur, par les scénaristes. On se laisse mener par le bout du nez par ce scénario presque complètement imprévisible. Tout le monde peut mourir à n’importe quel moment, même un personnage principal (on ne peut pas dire la même chose des autres séries Bee Train). Du coup, c’est une série très dure nerveusement, et très haletante.

1- Bakemonogatari
bakemonogatari04bakemonogatarisemaine2

Ce n’est pas mon intention de créer une polémique. Bakemonogatari est vraiment ma série préférée de l’année. Elle ne fera pas l’unanimité, c’est sûr. Pourquoi? Tout d’abord il s’agit d’une série Shaft, un studio vraiment atypique, et réalisée par Shinbo, l’homme à l’origine de Sayonara Zetsubo Sensei, le remake de Negima, Natsu no Arashi, Maria Holic… Toutes se ressemblent sur le plan graphique, avec des contrastes de couleurs très prononcés, et surtout avec l’abus d’image presque subliminales qui viennent entrecouper les plans fixes. C’est la marque de fabrique de Shinbo, avec ses dialogues omniprésents et interminables. Moi même, j’ai trouvé son style très lourd sur Zetsubo Sensei et Negima. Mais là, dans Bakemonogatari, tout fonctionne. Les personnages sont volontairement stéréotypés, et les dialogues sont à la base de 90% des scènes de Bakemonogatari. Avis à ceux qui recherchent de l’action, ils seront déçus. Et pourtant, ça serait passer à coté des délicieux dialogues, très mordants, des personnages truculents, un style graphique épuré très classe, et surtout des gags qui sont généralement drôles. Tout le monde n’adhèrera pas, les pauvres.

31 mars, 2009

Avis: ** Toradora (13/20) **

Classé dans : Toradora,[*Animés finis*],[*Evaluations*] — immelman @ 10:06

Avis: ** Toradora (13/20) ** dans Toradora toradora2504toradora2501 dans [*Animés finis*]
snapshot20090314022146 dans [*Evaluations*]toradora2101
toradora2401toradora2404

Teams:  AniYoshi; Coalgirls; Coalguys

Il y a beaucoup à aimer, et beaucoup à ne pas aimer dans ces 25 épisodes de Toradora. Si j’ai commencé cette série, et ai dû rattraper 20 épisodes de retard, c’est à cause d’un commentaire d’un parfait inconnu sur un autre blog qui disait que Toradora lui faisait penser à Honey & Clover, une de mes séries cultes, et je n’ai pas honte de le dire, m’a fait pleurer. Alors évidemment, j’étais obligé d’essayer de regarder Toradora.

C’est ce que j’ai fait, et j’ai regardé les premiers épisodes. Sur le coup, je n’ai vu quasiment aucune ressemblance entre les deux dites séries. Mais je n’étais pas déçu pour autant. Toradora se révèle être une comédie légère sur ses 15 premiers épisodes, qui fait souvent sourire. J’ai réussi à surmonter le cap de supporter Taïga, qui est une copie de Shana dans « Shakugan no Shana », et de Louise dans « Zero no Tsukaime »; que cela soit au niveau du character design (seule la couleur de cheveux change), qu’au niveau du caractère même, ce sont des « tsundere » (angry bitch en anglais, ou en français, ça pourrait donner peste méprisante), et qui plus est la même doubleuse, qui commence à me taper sur les nerfs. Fort heureusement, le héros masculin, Ryuji, n’est pas du tout le même que dans les deux séries citées au dessus. Il est beaucoup plus intéressant, et fait souvent preuve d’affirmation dans ses décisions. Cela va même jusqu’à s’engueuler avec la fille dont il est amoureux, Kushieda. Parlons en justement. Kushieda est vraiment….. bizarre. C’est une fille toujours enjouée, hyper-hyper dynamique, qui parle tout le temps fort, et fait des blagues bizarres. Pour une fois, le rôle de clown est donné à un personnage féminin, c’est très original dans ce genre de série. Ryuji en est donc amoureux, mais on ne connait pas ses sentiments jusqu’à environ l’épisode 17 ou 18. L’épisode à la plage de la discussion à double sens sur les ovnis et les fantomes (très bonne scène) fait même penser à dire qu’elle n’est pas si intéressée que ça par Ryuji. Mais finalement tout se brise dans le dernier tiers de la série, et son caractère change complètement. Elle devient une fille qui ne sait plus ce qu’elle veut, partagée entre ses sentiments d’amour et d’amitié. Car toute cette série est en fait basée sur ça: comment faut-il réagir lorsqu’on doit choisir entre amour et amitié de longue date? En ce sens, Toradora est beaucoup plus focalisé que Honey and Clover, qui parle plus de la jeunesse en général. Pour en finir avec les personnages, parlon de Kitamura, ami de Ryuji, et objet de tous les désirs de Taïga. C’est sans doute le personnage le moins intéressant du lot, car souvent incompris. Lui aussi tend à être carrément bizarre par moment: il est soit élève studieux, impliqué dans le conseil des élèves, et soit fou capable de faire n’importe quoi. Son amour pour l’ex présidente du conseil est torturé comme lui, les trois épisodes le concernant sont quand même agréables. Et pour finir avec le meilleur personnage, il nous reste Ami Kawashima (comme le professeur). C’est de loin mon personnage préféré, et pourtant c’est le personnage qui est le plus négligé. C’est sûrement parce que j’ai l’impression de me retrouver dans ce personnage: elle est adulte, et ne parle pas pour ne rien dire. Elle est élégante, et intelligente, c’est la fille parfaite, et pourtant elle laissera de marbre cet idiot de Ryuji. Je n’ai pas grand chose à dire sur elle, car finalement, on ne sait pas grand chose non plus. Elle est juste là pour se faire torturer par les sentiments de Ryuji, et finalement souffre en silence.

Voilà qui est fait pour les personnages, voyons maintenant ce qu’il en est du reste. On peut découper la série en deux grandes parties. Les deux premiers tiers, où la situation est bien claire: Ryuji aime Kushieda, et Taïga aime Kitamura, et les deux s’entraident pour pouvoir se coupler (et non pas s’accoupler, pas tout de suite). Cette partie de la série est sympa, mais est coincée entre l’envie de faire rire, et l’envie de développer les situations amoureuses des personnages. Du coup, on a l’impression que rien ne changera, et qu’on va très vite tourner en rond. Cette impression désagréable gache un peu le tableau, et assez vite, ça ne devient plus une impression, mais une réalité. Heureusement, la série décide de finalement prendre partie. Le moment où tout bascule, c’est lorsque la présidente du conseil des élèves décide de quitter l’école pour étudier aux Etats Unis (très grand moment de Toradora), ce qui correspond à peu près au moment où Ami dit LA phrase à Kushieda; « Te sens-tu encore coupable? ». La phrase qu’on ne comprend pas sur le moment, mais qui change la comédie légère qu’était Toradora en drame. On laisse alors tomber tout le coté comédie pour pouvoir se concentrer sur les relations des personnages entre eux, qui sont assez complexes et douloureuses. Tous les personnages en commençant par Kushieda commencent à se renfermer sur eux mêmes. Toradora devient alors de plus en plus intéressant, et on se demande parfois si on regarde la même série. J’appréciais de plus en plus la série jusqu’à  l’avant dernier épisode qui détruit tout d’un seul coup. Toute la crédibilité de la série, ainsi que les développements des personnages, tout devient flou et visqueux. Je ne reviendrai pas là dessus, il suffit de lire mon résumé de l’épisode 24. Et arrive enfin le moment que je craignais, la notation. Au moment où j’écris ces lignes, je ne sais toujours pas quelle note je vais donner. Il y a un gros blanc à coté de mon titre. Je me réserve donc la surprise.

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 2/4
Ce n’est pas une histoire très originale. On peut même dire que Toradora est rempli de clichés. Fort heureusement, certaines scènes possèdent des dialogues intelligents, comme la scène sur la discussion sur les fantomes. Malheureusement, je ne peux pas mettre plus.

Musique/Opening/Ending/Doublages: 1/2
Sans être mauvaise, la musique n’est pas non plus très remarquable. Pareil pour les Openings et les Endings. Juste une petite note positive avec le premier Ending que j’apprécie pas mal. La musique est « catchy » bien qu’étant une simple chanson de JPop; cependant, j’ai adoré les basses complètement folles sur la chanson.

Animation/Design/Character Design: 2,5/3
Décidement, je ne peux pas me décider à mettre moins que cette note pour l’animation et les designs. Toradora est très beau et coloré.C’est d’autant plus beau si on le regarde encodé en h264, mais tout le monde ne peut pas faire tourner ce genre de vidéos sur son pc. J’aurais mis 3 si il n’y avait pas eu Casshern Sins juste avant.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 4/5
Malgré tout le mal que j’en ai dit, j’ai aimé Toradora dans son ensemble, et ce, je le répète, malgré la fin horrible. Je ne peux pas trop pénaliser une série seulement pour 2 ou 3 épisodes. Toradora se détache du lot des comédies romantiques standards, même si elle arrive loin loin derrière Honey & Clover, ou encore Nodame Cantabile, qui sont les deux références du genre.

Personnages: 2,5/3
Au final, tous les personnages sont attachants, intéressants et torturés. Je regrette qu’Ami n’ai pas eu le droit à un traitement plus important, et au contraire, réduire un peu le rôle de Taïga, qui reste quand même le meilleur personnage de la « trilogie shakugan no shana » (on se comprend). J’ai aussi l’impression que Kushieda n’a pas non plus l’importance qu’elle aurait dû avoir. Alors qu’elle est ultra dynamique, elle est complètement passive dans les derniers épisodes.

Bonus: 1/3
Bonus »émotion »: La fin de l’épisode 16 est énorme, avec le combat de la présidente avec Taïga, les adieux larmoyants, et finalement la phrase qui fait basculer la série.

 

 

29 mars, 2009

Toradora 25 (Final)

Classé dans : Toradora — immelman @ 16:29

Toradora 25 (Final) dans Toradora toradora2501toradora2503 dans Toradora
toradora2504toradora2502

Team: Coalguys

Je n’ai qu’une chose à dire: LOL! Décidément, les scénaristes sont maîtres dans l’art de d’écrire des twists surprenants, voire déconcertants. Alors que dire de ce dernier épisode? Et bien pendant la première moitié, j’étais prêt à acheter ce que voulais me vendre JC Staff (le studio créateur de l’animé). Bien que désaprouvant complètement la manière dont nous avait été proposé le couple Taïga/Ryuji, l’épisode s’en tirait bien. Le couple était finalement crédible (avec une scène de baiser plutôt aimable), la mère de Ryuji, Yasuko, est finalement revenue. En gros, les choses rentraient tant bien que mal dans l’ordre. Je me suis même laissé surprendre à rire lorsque Taïga écoute les messages sur son répondeur, laissés par sa mère. Mais….

…. et là c’est le drame. Taïga décide de déménager soudainement, quasiment sur un coup de tête, alors que tout allait bien, et qu’elle était enfin heureuse, et ce sans prévenir personne. Je me permets un petit WHAT THE FUCK  IS THIS!!!!!???? Mais pourquoi? Si je me rapelle bien, Taïga laisse un mot dans son appartement, mais il n’est pas traduit, donc je ne sais pas ce qu’il y avait écrit dessus. Cela pourrait peut être aider à comprendre sa décision. Donc si quelqu’un sait lire le japonais correctement, je le remercie d’avance d’éclairer ma lanterne. Bon et bien à partir de là, j’étais tellement désorienté que je n’ai pas trop pu apprécié la fin de l’épisode. Tout les élèves sont aussi abassourdis que moi. Et il ne se passe pas grand chose, sinon que Ryuji reconnait qu’Ami Kawashima est une fille incroyable; dommage ils auraient faits la paire tous les deux. Et finalement, l’épisode se finit lorsque Taïga décide de faire une visite surprise à l’école, et finalement Ryuji et elle se revoient, tout est bien qui finit bien… ou pas.

Comment expliquer ce départ soudain? Avec les éléments que j’ai en ma possession, je ne vois qu’une explication plausible, et qui serait même saine au point de vue scénario. Taïga a réalisé que tout allait trop vite, et s’est finalement dite que gacher sa jeunesse en se mariant aussi jeune n’allait pas être une si bonne idée. Elle aurait décidé de partir pour se laisser du temps, ainsi qu’à Ryuji, pour que lui aussi se consacre à lui-même avant elle. Vu comme ça, ça redresserait le scénario, même si ça n’aurait jamais dû s’embourber de cette façon.

Me voilà maintenant au pied du mur pour noter cette série. Je ne sais toujours pas comment elle le sera. Et pour conclure, il n’est pas à exclure une 2ème saison. Les choses telles qu’elles sont permettent sans problême de rajouter une douzaine d’épisodes. Pourquoi pas?

25 mars, 2009

Toradora 24

Classé dans : Toradora — immelman @ 10:25

Toradora 24 dans Toradora toradora2401toradora2402 dans Toradora
toradora2403toradora2404

Team: Coalguys

 

Toradora épisode 24, ou comment ruiner une série en 20 minutes. Pour commencer, je ne sais pas bien s’il sagit du dernier épisode ou de l’avant dernier. A la fin de l’épisode, on a le droit à un « to be continued » (« à suivre »). Est-ce que ça signifie que c’est un épisode double? ou alors vont-ils faire une deuxième saison? Pour quoi faire? On aura la réponse bientôt.

Revenons à l’épisode lui même, qui, en dehors du fait qu’il n’y a pas de rebondissements du genre Taiga meurt, et du coup pas de fin pour le couple Ryu/Taiga (vous avez deviné, je n’aime pas trop Taïga), et bien l’épisode est très mauvais; il introduit un rebondissement qui va dans le mauvais sens, c’est à dire dans le sens qu’on appelle le « WTF????!!! ». Bon attention, je vais faire des spoilers sur l’épisode, donc arrêtez vous de lire si vous préférez avoir la mauvaise surprise par vous même.

Non seulement Ryuji et Taïga finissent ensemble, malgré les deux autres filles qui sont avouons le, bien plus intéressantes que Taïga. Mais en plus, les deux héros décident de s’enfuir de leur maison, et faire une fugue en amoureux, pour pouvoir se marier. Oui…. C’est la première fois que je vois un mec qui sort à une fille pour faire sa déclaration « je veux me marier avec toi » au lieu de « je voudrais sortir avec toi ». C’est du grand n’importe quoi, du grand WTF. Alors voilà, que rajouter, à part que tout leurs amis les aident dans leur projet alors que complètement improvisé et surtout pour des raisons moins qu’évidentes. Même la mère de Takasu les abandonne… D’ailleurs était-ce réellement sa mère. Il ne me semble pas très courant d’appeler sa vraie mère par son prénom. Mais ça, on ne le saura pas, ou en tout cas pas tout de suite si une suite est en préparation. Je pense que je vais arrêter de parler de cet épisode, je me fais du mal. Il va falloir que je pense comment noter cette série, et ça me préoccupe tout autant.

14 mars, 2009

Toradora 23

Classé dans : Toradora — immelman @ 2:52

Toradora 23 dans Toradora snapshot20090314022146snapshot20090314022535 dans Toradora
snapshot20090314022957snapshot20090314022341

Team: CoalGuys

Ouh la la la la! Toradora s’envole, et le ton évolue en crescendo jusqu’à l’épisode final qui arrive bientôt. Taiga est revenue à l’école, et tout semble être revenu comme avant. A part qu’en fait, tout a changé. Haruka le loser s’est trouvé une petite amie, Ami veut changer d’école, la mère de Takasu tombe malade… des problêmes en pagaille. Ami et Taiga sont définitivement amies, alors qu’au contraire Kushieda et Ami sont ennemies, et ne se parlent plus. Au final, personne n’est heureux de nos 4 héros/ines. Avec les ennuis qui s’accumulaient, on sentait l’eau de la casserole bouillir, mais on attendait le débordement, et c’est ce qui se passe à la fin de l’épisode. Même pire que ça, ce n’est plus un débordement, c’est une véritable explosion. Le final de l’épisode est grandiose, et étrangement, ce n’est que maintenant que je remarque le travail effectué sur l’animation de Toradora: c’est très fluide, et de nombreux détails graphiques enrichissent cet effet de fluidité.

Cet épisode m’a aussi fait réalisé que j’étais une sorte de défenseur des causes amoureuses perdues. Je ne peux pas m’empêcher de soutenir toujours la fille qui au final n’a aucune chance de sortir avec le héros. C’est le cas dans Toradora, vu que ma prétendante préférée est Ami, puisqu’il s’agit sans doute de la plus mature des trois. A moins que les deux autres filles meurent, je ne vois pas comment elle pourrait remporter le coeur de Takasu (qui n’est même pas au courant d’ailleurs). Mais si je m’éloigne de Toradora, je me rends compte que c’est toujours pareil: dans Love Hina, j’étais pour Mutsumi; dans I’s j’adorais Itsuki; dans Kimi Ga nozomu eien, je soutenais la fille qui se prend un rateau à la fin (et j’ai changé d’avis dans les récents OAV où justement l’heureuse élue est intervertie); et la liste est encore longue: Satsuki dans Ichigo 100%, Saeko dans City Hunter; dans Naruto, ça semble mal parti pour Hinata; Aeris dans FF7, Ciesta dans Zero no Tsukaima, etc…. Ca m’énerve d’être toujours déçu, ça me fait une sorte de….. de….. de Fussoir !!!!

12
 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100