Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

8 janvier, 2012

Bilan de l’année 2011: partie 2

Classé dans : [*Divers*] — immelman @ 18:13

Avant de passer au classement de mes dix animés préférés de l’année, je voulais faire un petit tour des autres séries que j’ai regardées, et que j’ai aimées ou pas.

                                     

Les autres séries (qui valent le coup)

 

Kimi to Boku

J’ai lu sur le site de Kurogane une phrase courte pour qualifier cette série: K-On avec des garçons et en mieux. C’est un peu ça. Petite série sympathique, du tranche de vie avec des garçons moins excités que les filles de K-On.

Fireball Charming

Apparemment créée par Disney, et réalisée entièrement en image de synthèse, voilà l’ovni de l’année. 12 épisodes de 2 à 3 minutes maximum dans lesquels une princesse robot discute avec son majordome robot. Ils jouent à des jeux bizarres, parlent très vite, et se font des blagues pas très drôles. J’y suis resté assez insensible.

Working’!!

Malgré le premier épisode extrêmement mauvais, Working s’est remis sur les rails qui ont fait le succès de la première saison. C’est assez drôle, quelques personnages dispensables font leur apparition, mais c’est toujours pareil. Les personnages n’évoluent pas, et du coup les blagues s’épuisent. Une deuxième saison en demi teinte donc.
Denpa Onna to Seishun Otoko

Le dernier projet Shaft en date en attendant Niseimonogatari, la suite de Bakemonogatari (autant dire que je l’attends au tournant). DOSO est une série tranche de vie avec des personnages barrés: un lycéen débarque chez sa tente pour une année, et un harem va se constituer avec:
-sa tante qui a quarante ans mais qui en fait 20, et qui est chaude comme la braise
-sa très jolie cousine qui se prend pour une extraterrestre, et qui reste enfermée chez elle enroulée dans son matelas.
-une camarade de classe moe qui parle d’elle à la troisième personne, et qui fait du vélo avec un casque jaune.
-une lycéenne un an plus agée qui aime se déguiser en légume.
-une fille en combinaison de spationaute, qui est en fait une vraie extraterrestre.
C’est une mini série harem sans vraiment l’être, drôle sans vraiment l’être, par contre munie d’un super character design (même si on est dans le moe total). Une série qui a finalement peu d’arguments en sa faveur, si ce n’est ses personnages atypiques. J’aurais pu dire ça aussi de Bakemonogatari, qui est une de mes séries préférées. Donc passer à coté de DOSO à cause de ce que je viens de dire pourrait être une erreur.

Boku wa Tomodachi ga Sukunai

Assez étrange que cela puisse être, le character design ressemble étrangement à DOSO. BWTGS (qui veut dire « Je n’ai pas beaucoup d’amis », je crois) est une pure série harem bourrée de fanservice. Mais il s’agit d’une bonne (dans le genre). Difficile d’expliquer ce qui fait d’une série de type harem  qu’elle soit bonne ou mauvaise. Tout est juste une question de divertissement et d’originalité, et de charisme de personnages. Niveau originalité, on repassera: les personnages sont très stéréotypés pour paraître différents. On a le droit à 2 ou 3 épisodes à la piscine ou à la plage juste pour avoir les héroïnes en maillot de bain. Niveau charisme, ça dépend des personnages. Au moins le héros masculin a du caractère, et côté héroïne, ça dépend. Enfin niveau divertissement, ça dépend aussi. Les brimades que lance Yozora à Miku (viande, le surnom de la blonde parce qu’elle en a une grosse paire) sont souvent drôle et rythme le show. Je ne prends même pas le temps d’expliquer le scénario, il n’y en a pas, comme ça c’est plus simple. BWTGS est juste mon plus gros plaisir coupable cette année, c’est un peu le Ore no Imoutou de l’année dernière.

Ben-To

Des gens qui se bastonnent dans des supermarchés pour avoir des repas préparés à moitié prix, c’est un synopsis assez hallucinant. Au premier degré, c’est une série divertissante, sans plus. Prise au second degré, on se rend compte du ridicule du scénario, et la série gagne en comédie. Cela dit, c’est pour moi le premier animé de David Production qui n’est pas un hit (après Armed Librarians et Level E). Ben-To est une série d’action loufoque, rien de plus.

Yumekui Merry

Qu’il est dur de se rappeler des séries du début d’année! Yumekui Merry ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Il s’agit d’une série de 13 épisodes sans doute massacrée à la hache à cause de son format. Je me souviens que la fin était nulle, et c’est à peu près tout. L’animation et les dessins sont de bonne facture; l’héroïne Merry était plutôt sympathique et porte la série à elle toute seule. Il s’agit d’un démon arrivée dans le monde des humains et qui souhaite retourner dans son monde. Elle est capable de voyager dans le monde des rêves humains et se bat contre d’autres démons qui les dévorent. Le héros était particulièrement énervant, le style de héros de shonen que je ne supporte plus, du genre on va sauver tout le monde et qui a tendance à le dire en criant. Une série ambitieuse qui finit pas devenir décevante.

Mitsudomoe Zouryouchuu!

La suite de la meilleure comédie de l’année dernière. 9 épisodes seulement, tous vraiment drôles, avec le même humour burlesque basé sur les petites culottes et les quiproquos. Contrairement à la majorité, je n’ai pas aimé la parodie de sentaï, et l’ai trouvée totalement banale, et peu inspirée. Malgré tout ça reste bien!

The World God Only Knows 2

La suite de la première saison. Si on a aimé la première, on aimera la deuxième, et c’est pareil dans l’autre sens. Pour ma part, je la trouve sympathique.

Number 6

J’en ai déjà parlé. Il s’agit d’une énorme déception, mais je salue l’effort, et l’ambition de l’univers proposé.

Baka to Test to Shokanjuu ni!

La première saison de Baka Test m’avait beaucoup accroché, cette deuxième saison est très décevante. C’est dû à un triple épisode qui utilise la même blague de tentative d’infiltration dans le bain des filles 4 ou 5 fois. C’est très lourd et pas drôle. Et dans l’ensemble, cette deuxième saison n’est pas drôle à un ou deux épisodes près.

La Croisée dans un Labyrinthe étranger

Petite série mignonne qui nous intéressera plus, nous, Français. Car la série retrace la vie quotidienne d’une fille japonaise de 8 ans qui vient habiter à Paris chez un vieil homme et son petit fils qui est ferronnier. Elle se passe au 19ème siècle. La série tombe parfois dans le mélo dramatique un peu facilement, mais c’est toujours sympa de voir comment les Japonais racontent l’histoire de France. Le rythme est par contre très lent et il ne s’y passe pas grand chose, mais je ne la déconseille pas, car il s’agit d’une belle série.

Kami-sama no Memou Chou

Je l’ai finie hier, et ma fois, c’était pas mal du tout. Il s’agit d’une autre série de détective crée par JC Staff. On reconnaît encore une fois la pate graphique du studio, à la Railgun. Les différentes enquêtes sont plutôt intéressantes, les personnages ne sont pas lourds, et le héros n’est pas aussi énervant qu’un Touma (dans Index), même s’il évolue dans le même registre. Le début m’avait un peu rebuté de par son rythme, et de sa première enquête qui est la moins réussie, mais la suite ne m’a pas fait perdre mon temps.

 

Les sous séries (* signifie que je ne l’ai pas finie)

 

Maji ni Koi Shinasai!*

Après un premier épisode correct arrive le néant. Même pour les amateurs de fanservice, c’est décevant.

Mahishi-iro Symphony*

A coté de cette série, Manglobe pourrait faire passer Seiken no Blacksmith pour un chef d’oeuvre. Une comédie romantique sans saveur, avec des personnages sans charisme. Shufuku no Campanella me parait même plus intérressant. Un seul mot: DEGUEULASSE!

Rio Rainbow Gate*

J’ai trouvé la version hentaï plus intéressante. Alors j’admets, je n’ai regardé que les deux premiers épisodes, mais j’ai trouvé cette série d’un ennui total. Pourtant, le thème du casino est rare, et souvent intéressant.

Freezing*

Le manga était mauvais, l’animé est pire car desservi par une animation pauvre. Les amateurs de grosses poitrines s’y retrouveront peut être.

Onii-Chan no Koto nanka Zenzen Suki Janai

Je n’arrive pas à croire que j’ai regardé cette série en entier. Comme l’a souligné Kurogane, il s’agit de la série qui a fait arrêter la mode de l’inceste dans les animés. Tous les personnages sont vraiment débiles, et le design correspond plus à une série comique qu’à une série echi . Le problême; c’est que ce n’est pas drôle.

Dragon Crisis

Pour donner du crédit à cet animé, je dirai qu’il est décevant. Ça aurait pu être un bon shonen, le scénario partait bien, mais les personnages sont vraiment trop mauvais.

Guilty Crown

Grosse déception. Visuellement très beau, je pourrais dire la même chose que ci-dessus. D’ailleurs, je le dis. L’histoire est même bonne, et les scènes d’action sont réussies, dommage que le script soit aussi creux.

Kore wa Zombie Desu-ka?

C’est une série borderline. C’est tellement n’importe quoi que je ne sais pas quoi en penser. Un zombie, une nécromancienne, une magicienne avec une tronçonneuse, une ninja vampire… La série est plutôt divertissante, et ses personnages sont originaux, c’est déjà ça. Et apparemment ça a plu, puis qu’une deuxième saison est programmée. Vous pouvez donc vous laisser tenter si vous avez envie de poser le cerveau.

Maken-Ki

Mais quelle horreur! Tout est nul! C’est Ikkitousen en plus mauvais, autant dire du lourd. A réserver pour ceux qui veulent du fanservice. Là ils seront servis.

Maria Holic: Alive*

Je n’ai vu que 3 ou 4 épisodes. Ce fut déjà une torture. J’avais réussi à regarder la première saison en me forçant un petit peu. Mais là stop. La plus mauvaise série de Shaft selon moi. Je n’aime pas le sens de l’humour dans cette série, et je trouve la réalisation d’Akiyuki Shinbo (que j’apprécie pourtant) extrêmement lourde. Ah oui, les personnages sont insupportables. C’est peut être pour ça.

Infinite Stratios

Et voilà la série harem nouvelle génération type de AIC. C’est très efficace, et ça utilise toutes les ficelles du genre, avec un character design banal mais séduisant. Par contre, pas d’histoire, ça sert à rien. Comme pour Kore…zombie Desu ka, C’est une série pour ceux qui aime les séries harem et ne pas réfléchir. (PS: je suis dégoûté pour la française, un des meilleurs personnages féminins de l’année)

Mayo Chiki

Infinite Stratios a bien marché, et ben on va reprendre les mêmes personnages, on va changer un tout petit peu les coupes de cheveux, et la fille la plus populaire (Char la française!) devient le personnage principal. On a Mayo Chiki. Je pense qu’on risque d’en revoir de nombreuses comme ça.

 

Les autres séries pas finies (par manque de temps)

 

A-Channel

Ça ressemble à du K-On: série tranche de vie avec 4 filles. Le début m’avait plutôt plu.

Hen Zemi

A l’occasion, je la finirai. J’avais bien aimé les 2 OAV. Une série assez crade dans les sujets qu’elle traite (le sexe le plus souvent), mais au final plutôt amusante.

Sacred Seven

C’est pourtant une série Bones. C’est très beau visuellement, et l’animation est remarquable. Mais qu’est ce que c’est chiant par contre!

Itsuka Tenma no Kuro Usagi

Une série étrange qui ressemble un peu Yumekui Merry dans son déroulement. C’était pas mal, mais pas assez bien pour que je vois la suite.

C3 Cube x Curse x Curious

Faite par Silver Link, le studio de Baka Test, le ton change un peu, même si la moitié de la série est une comédie. J’aime bien les effets visuels crées par le studio, déjà utilisés sur Baka Test. A l’épisode 8, j’ai l’impression que cet animé n’a plus rien à dire, mais je la finira pour m’en assurer.

Kuoka Senjou no Horizon

Il paraît que ça devient vraiment bien juste après le dernier épisode que j’ai regardé. Dommage, je vais devoir finir cette série que j’avais vraiment envie de laisser tomber. Une saison 2 est annoncée.

Persona 4

Tirée d’un jeu de baston du même nom, Persona 4 est assez étrange. A cheval entre envoûtant, mystérieux et ennuyeux. Les scènes d’action sont négligeables, et seul le suspense et le mystère tiennent en haleine le spectateur. Si j’ai le temps je regarderai la fin.

Oretachi ni Tsubasa wa Nai

Tout comme pour Horizon, je me serai arrêté au moment où ça devient bien. J’ai bien compris le concept des anges qui se partagent le corps d’un humain, un la journée, un le soir, et un la nuit. Mais l’histoire, elle est où à part ça? Je n’ai pas réussi à aller plus loin que 5 épisodes. Cependant, plusieurs personnes s’accordent à dire que ONTWN est une série très sous-estimée par la communauté Otaku. Si certains courageux qui me lisent ont vu cette série, où s’apprêtent à la regarder, je suis preneur de tout avis.

Hyouge Mono

Seuls les 9 ou 10 premiers épisodes ont été traduits, et on en est actuellement au 36 ème épisode au Japon. Il s’agit d’une série tout à fait atypique sur un héros atypique: un esthète amateur d’art, capable de tuer ou trahir son supérieur pour une tasse à thé artisanale créée par un maître potier. Les premiers épisodes étaient assez amusants, dommage qu’elle ne soit pas traduite plus loin.

Hourou Musuko (Wandering Son)

L’histoire d’une fille et d’une garçon qui ont pour hobby de se travestir. Beaucoup appréciée au sein de la communauté, je n’ai pas accroché à cette série. Mais je ne peux pas la déconseiller. La romance racontée est paraît-il la meilleure de l’année. Car oui, malgré le sujet amusant, il s’agit d’une comédie romantique sérieuse, à base de triangle amoureux.

Star Driver

Encore une déception pour moi de la part de Bones. Toujours impeccable graphiquement, je n’ai pas du tout accroché à cette historie de méchas. Les personnages ne m’ont jamais été sympathiques. La seule chose que j’ai aimée, c’est de voir les différents blogs se moquer du fameux surnom du héros: Ginga bishounen (très dur à traduire, alors je reprendrai celle des traducteurs anglais: le joli jeune homme galactique).

 

 

 

 

 

29 octobre, 2011

DYE « Fantasy »

Classé dans : [*Divers*] — immelman @ 20:15

Grâce à Facebook, j’ai pu voir ce superbe clip signé Jérémie Perin, un petit génie de l’animation française. Déjà responsable du clip Trucker’s Delight, je vais maintenant faire très attention à son nom, d’autant plus que j’adore ses références aux jeux vidéo et surtout aux animés dans « Fantasy ». On s’entendrait sans doute bien. (Les musiques des 2 clips sont très bonnes en plus). Attention aux âmes très sensibles, les deux vidéos sont un petit peu dérangeantes à certains moments.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

24 septembre, 2011

A propos des Manhwas et des Webtoons

Classé dans : [*Divers*],[*Mangas en Cours*],[*Manhwa*] — immelman @ 14:10

Ca fait longtemps que je voulais parler des manhwas, les « mangas coréens » (pour ceux qui l’ignoraient le terme manga est réservé aux bandes dessinées japonaises, manhwa pour les coréens, et manhua pour les chinois). En ce qui concerne les manhua chinois, je ne connais quasiment rien: le seul artiste que je connais est Benjamin dont le style est reconnaissable d’entre 1000, et le manga The One, dont on pourrait dire qu’il s’agit du Skip Beat chinois, avec la mode comme sujet principal au lieu de la comédie. Je me souviens avoir acheté aussi un magnifique manhua sorti en France tout en couleur: le Pavillon de l’Aile Ouest paru chez l’éditeur Xiao Pan. Il s’agit d’un one shot très court, mais très joli. Je ferme cette grosse parenthèse sur le manhua.

Autant je peux citer un artiste chinois, autant je suis incapable de citer un artiste coréen (je n’ai pas la mémoire des noms). Pourtant j’ai lu un bon nombre de manhwas. Je n’essaie pas d’écrire un article documenté sur le manga coréen, je veux juste en parler et donner mon ressenti sur un genre qui prend énormément d’ampleur sur internet avec notamment ce qu’on appelle les Webtoons. Il s’agit de bandes dessinées créées pour être lu sur un ordinateur, et qui à ma connaissance ne sont pas imprimées et reliées. Ces histoires n’ont rien à voir avec les petites BD que l’on peut trouver sur certains blogs de dessinateurs amateurs; il s’agit ici de dessinateurs professionnels. Apparemment (je n’ai pas trouvé de sources et d’infos sûres), ces webtoons sont gratuits à la lecture, et sont mis en ligne par des sites coréens dont le plus connu est naver. Les profits sont engendrés par la publicité présente sur le site: un système dans l’air du temps, et assez intéressant pour les consommateurs. Il existe plusieurs site de traduction pour ces webtoons: webtoonlive , The Company , Easy Going Scans.  Ce genre n’existe pas qu’en Corée, puisque nous avons aussi nos Webtoons à nous Français avec Delitoon. Je reviendrai sur ces webtoons plus bas.

A propos des Manhwas et des Webtoons dans [*Divers*] akikochonchu9782750704124fs dans [*Mangas en Cours*]

Avant tout cela, les manhwas sont arrivés petit à petit en France. Même aujourd’hui, ils sont encore noyés par les mangas, et il est difficile pour le regard débutant de différencier l’un de l’autre. Un oeil aiguisé (comme le mien héhé!) peut faire la différence tout de suite: il y a un style graphique manhwa, différent de celui des mangas. C’est difficile à expliquer mais je dirai que le manhwa possède un dessin avec des formes plus rondes, est plus aéré (moins de dialogues et d’onomatopées), et a un style plus « propre », comme si le dessin était fait à l’ordinateur et non à la plume. Il s’agit d’un ressenti général, et bien évidemment il y aura toujours des exceptions. Pour ma part, les deux manhwas qui ont réussi à ouvrir la brèche en France sont Yureka (toujours en cours) et Chonchu (la série a été arrêtée). Yureka jouit sans doute d’un bon accueil vu qu’on a dépassé les 20 volumes, et que la série continue en France. Quant à Chonchu, l’auteur a laissé tomber son histoire pour travailler sur d’autres projets, dont Jackals (chez Ki-Oon, série en 7 volumes dispensable). Je n’ai lu de Chonchu que les premiers chapitres, et ça m’avait plutôt plu malgré un début assez lent. C’est donc l’éditeur Tokebi qui s’empare du marché des manhwas en France, au début.

Par la suite les coréens, comme les japonais vont inflitrer le milieu culturel occidental avec ses jeux vidéos: tous ces petits jeux coréens en ligne, tous ces Free 2 Play (comme Pangya! excellent jeu de golf) ou ses MMORPG comme Ragnarok Online (RO dont j’ai passé beaucoup de temps dessus) qui est d’ailleurs basé sur le manhwa sorti en France Ragnarok into the Abyss. Un animé (médiocre) est même sorti grâce au succès du jeu (c’est bien l’un des seuls animés japonais à s’inspirer d’une création coréenne). Le manhwa était très prometteur, avec ses scènes d’action très bien réalisées, ses dessins de plus en plus beaux, son histoire de plus en plus intéressante, ses filles de plus en plus en rondeur, jusqu’au 10ème volume… le dernier… l’auteur Lee Myung-jin  a arrêté son écriture pour se concentrer sur le jeu online, qui devait sans doute lui rapporter plus tout en fournissant moins de travail. Je me souviens de mon excitation après avoir acheté ce dixième volume et de son cliffhanger monstrueux de fin, et de voir quelques mois plus tard que la série s’arrêtait là… quel gâchis! Tous ces manhwas sont publiés chez Tokebi…

tragnarokv10p059copy dans [*Manhwa*]ragnarokintotheabyssvol

Jusqu’au jour où Tokebi disparaît suite à la faillite de SEEBD la maison mère. Le manhwa redevient alors à nouveau un marché à nouveau en friche. L’ancien éditeur en chef de Tokebi fonde alors Samji qui reprend les titres forts de Tokebi: Yureka, Demon King. Je suis étonné que les autres éditeurs ne se soient pas plus battus pour récupérer certains titres. Actuellement, le manhwa le plus connu est édité chez Ki-oon avec Kurokami (Black God en anglais), une série assez sympathique qui a eu droit aussi à son adaptation en animé (je viens d’y penser en l’écrivant!). Autre parenthèse, il faudra que je parle de Ki-oon un de ces jours, et de l’ascension fulgurante de cet éditeur. Pour finir cet historique, voici quelques titres coréens qui paraissent en France et que je recommande: Project Girlfriend (c’est vraiment con, mais c’est bon, Need a Girl en anglais), Kurokami bien sûr, et P.K (pour les amateurs de baston pure), Yureka, Space China Dress… et en fait c’est à peu près tout. Je me rends compte au final qu’il y a peu de manhwas reliés qui m’intéressent, et pourtant les couvertures en rayon sont souvent très aguicheuses; le dessin manhwa est assez uniforme (plus que dans les mangas!) mais très agréable (je ne connais pas de manhwa laid). Pour preuve, j’ai même acheté un manhwa uniquement pour sa couverture: Yegrina. Un seule tome de sorti pour l’instant, et un premier tome assez moyen au final; à voir pour la suite.

projectgirlfriend1clairkurokamiblackgodtome2
Je viens de parler des dessins, qu’en est-il des thèmes abordés? A peu de choses près, ce sont les mêmes que dans les mangas: des histoires d’amour et de cul à l’école, des histoires de voyous et de bastons. On retrouve mêmes les 3 grandes catégories shonen, shoujô et Seinen: on peut les traduire respectivement par sonyun, sunjeong et chungnyun. Je n’ai pas encore trouvé/lu de manhwas avec des harems; c’est l’une des plus grandes différences. En général, la parité hommes/femmes est respectée, et au lieu d’avoir 5 histoires avec le même gars et 5 filles différentes, on trouve plus souvent chez les coréens 5 histoires avec 4 ou 5 garçons et 4 ou 5 filles. Un bon point pour les Coréens! Par contre au niveau diversité, le manhwa reste quand même plus pauvre que le manga qui possède une sacrée chiée de titres, et les japonais font énormément d’efforts pour créer des histoires un peu plus complexes et originales. J’ai l’impression (et j’insiste bien là dessus, je ne possède aucune preuve) qu’il n’y a pas la même concurrence chez les manhwakas que chez les mangakas. Fatalement, il en découle que l’innovation n’est pas encore au centre des préoccupations des auteurs pour pouvoir s’imposer. Sans la concurrence et la pression énorme qui prennent place dans le Jump, aurait-on eu droit à la qualité actuelle des Naruto, One Piece, Gintama, Sket Dance, Death Note? La question est légitime, et la réponse est sans doute non. Un petit mot sur les shojos: il me reste encore à trouver (parmi les manhwas reliés) un shojo qui sorte du lot. Le seul que j’avais trouvé assez intéressant parlait d’un savant fou qui invente une machine qui échange l’esprit et les corps des personnes, et ainsi un lycéen et une lycéenne échange leur corps avec tout les problèmes que ça entraînent. Je ne me souviens plus du nom (et mangafox est en panne), je le rajouterai dans ce billet dès que je le retrouve. C’était loin d’être un très grand manga, mais on lui pardonne, car à moins de s’appeler Natsuki Takaya (Fruits Basket) ou Aï Yazawa (Nana), il est difficile de sublimer un shojô.

 

EN REVANCHE, nous avons les webtoons!! Eh oui! Parce que là par contre, la concurrence existe. Il suffit d’aller sur la page principale de Naver  pour se rendre compte que les titres se comptent par dizaines. Pour se faire reconnaître, il faut se démarquer des autres, et cette concurrence saine permet selon moi à une bonne dizaine de titres de devenir de très très bons manhwas. Je suis étonné de découvrir presque chaque jour une nouvelle série, avec une histoire originale! Alors certes, la qualité de ces webtoons est très variables: les auteurs ne travaillent que seuls ou à 2 et n’ont pas d’assistants comme les mangakas. Les dessins sont tous faits par ordinateurs, et les dates butoirs sont souvent très rapprochées (2 chapitres par semaine parfois). En contrepartie, tous les dessins sont en couleurs, donc  bon… On ne va pas se plaindre. Il me serait difficile de décrire un par un pourquoi tous ces titres sont bons, alors je vais me cantonner à quelques titres indispensables, et seulement citer les autres.

Tower of God

tctowerofgodch28feattowerofgod1671726

Il s’agit du webtoon que j’attends le plus chaque semaine. Il s’agit d’un shonen qui fait beaucoup penser à HunterXHunter: on en est au 64ème chapitre, depuis le début, l’histoire raconte comment le héros Baam cherche à retrouver son amie, partie pour grimper une tour dont les étages deviennent de plus en plus dangereux, mais dont ceux qui atteignent le sommet gagnent de fabuleuses récompenses. Pour avoir le droit de grimper, un test est organisé pour juger les combattants aptes ou pas à monter plus haut. C’est là qu’on retrouve ce fameux test qui fait penser à mon passage préféré d’HunterXHunter, avec au moins autant de personnages, et le « nen » remplacé ici par le « shinsoo ». Tower of God est indispensable à tous les amateurs de shonens et de seinens, et n’a rien à envier à la série de Yoshihiro Togashi.

Noblesse

noblessea

C’est à nouveau un shonen, avec une durée de publication plus longue: le 200ème chapitre a été dépassé.Si Tower of God est dans son ensemble ultra sérieux, Noblesse est à moitié comique, et à moitié sérieux. L’histoire n’est pas bien compliquée mais est difficile à raconter. Pour faire bref, il existe sur Terre des être quasi immortels qui existent depuis la nuit des temps, et qui sont doués de forces et de pouvoirs prodigieux. Les humains grâce à leur technologie sont devenus plus forts, et une organisation secrète a le pouvoir de modifier des humains pour les rendre surhumains. Un groupe de lycéens normaux va être malgré eux impliqués à la fois aux activités de cette organisation, et à la fois au réveil de l’un des êtres ancestraux mentionnés au dessus. Noblesse est très sympa à lire, et l’auteur arrive à terminer presque tous ses chapitres avec un cliffhanger. Certains chapitres sont indépendants, mais lorsqu’un arc de l’histoire commence, il est difficile de s’arrêter. Le manga est bien moins profond que ToG, et se concentre surtout sur les gags et la baston. Malgré tout, l’histoire garde constamment des éléments mystérieux sous le pied, et possèdent suffisamment de personnages pour en laisser certains de côté, pour pouvoir y revenir 20 chapitres plus tard.

Annarasumanara

annarafinal

Celui ci est vraiment très beau. Problème, l’auteur a refusé que l’on traduise au delà du 11ème chapitre. Malgré tout, ça ne coûte rien de lire le début qui raconte l’histoire d’une jolie lycéenne qui vit seule avec sa soeur, livrées à elles même. Elles survivent malgré leur extrême pauvreté, et les railleries des camarades de classe. Un jour, elle rencontre un prestidigitateur un peu bizarre… Annarasumanara est une expérience à lire, dont je ne me souviens pas qu’il existe un équivalent en manga (je ne sais pas si cette phrase est correcte ou si elle a un sens). J’espère vraiment que la suite sera accessible un jour pour les non-coréens!

 

Voici d’autres titres qui me plaisent: Kubera (Shonen Fantasy), My Heart is Beating (comédie, sport (waterpolo), parfois drame), Space (remake de la genèse de la bible), Nineteen Twenty-one  (courte comédie romantique), Nowhere Boy (comédie un peu grinçante), Orange Marmelade (comédie romantico-dramatique avec une vampire).

px95fnowhereboyl0
myheartisbeating2598359bi3p5u

Bien entendu, ils sont tous en anglais. Je n’ai pas trouvé d’équipe de scantrad française qui les propose.

spacevgkubera

 

 

23 septembre, 2011

Avis: ** Tiger and Bunny ** (17,5/20)

Classé dans : Tiger & Bunny,[*Divers*],[*Evaluations*] — immelman @ 15:35

Avis: ** Tiger and Bunny ** (17,5/20) dans Tiger & Bunny tab1atab2g dans [*Divers*]
tab3s dans [*Evaluations*]tab4s
tab5tab6x

Sunrise est encore capable de produire de très bonne séries (sans mécha), dont la dernière en date se nomme Tiger and Bunny. Cette série de 25 épisodes s’est terminée dans la semaine et fait partie de mes préférées de cette année. Dans une ville dépassée par la montée en force du crime, le maire et certains membres du conseil municipal ont monté une chaîne TV mettant en scène des super héros se battant contre les brigands et les criminels. C’est dans cette espèce de reality show à l’américaine que « travaillent » Wild Tiger, Blue Rose et d’autres super héros aux pouvoirs bien réels (force surhumaine, glace, feu, air, métamorphe, foudre). Ils ne sont pas appelés mutants, mais comme dans X-Men, seuls certains humains possèdent ces super pouvoirs. Ce sont les Next, et ils sont adulés par de nombreux fans de Hero TV, qui transforme ces héros en véritables machines marketting.

La série alterne épisodes indépendants et arcs d’histoire qui suivent un fil conducteur, ce qui donne  à TaB un bon rythme, et laisse toujours planer un suspense. Les personnages sont nombreux, mais l’histoire reste surtout concentrée sur les deux héros Wild Tiger et Barnaby (alias Bunny), qui sont obligés de former un duo pour raison marketting. Cela n’empêchera pas que tous les autres héros auront leur épisode qui leur seront consacré.

Il s’agit d’une série d’action comédie assez classique dans sa forme, mais extrêmement riche dans le fond; tous les personnages sont très bons, et apportent tous leur pierre à l’édifice d’une série vraiment très agréable à suivre. Le fait de pouvoir suivre les héros dans leurs interventions est une bonne chose, mais les voir se retrouver hors caméra, « dans le vestiaire », apporte un très gros plus à l’histoire: ils vont boire des coups ensemble, vont à l’école (leur identité réelle est inconnue du grand public)… Les passages un peu plus sérieux ne parjurent pas avec l’ambiance plutôt bon enfant; au contraire, ils cassent le rythme et permettent d’ajouter tension dramatique qui permet de rajouter de la profondeur à tous ses personnages. L’animation et la qualité graphique de l’ensemble est très bonne, et les scènes d’action sont assez bien réalisées.

Tiger est d’ores et déjà mon personnage préféré de l’année: il est vraiment très charismatique, et seule Blue Rose (qui contrôle la glace et qui va sûrement faire un malheur dans les prochains concours de cosplay) arrive à lui tenir tête au niveau capital sympathie.  La fin est assez prévisible, mais reste solide.  A mon plus grand bonheur, une deuxième saison a été annoncée.

 

Histoire/Scénario/Dialogue: 4/4: Assez original même si c’est inspiré d’X-Men. Mais comme j’aime X-Men, ça me plait. Le fait de rajouter toute cette histoire reality show est vraiment une idée excellente. Les passages comiques le sont, et les passages dramatiques le sont sans tomber trop dans le pathétique.

Musique/Opening/Ending/Doublages: 1,5/2 : Les musiques soulignent bien le coté épique des combats et collent bien. Les doublages sont bons surtout celui de Tiger. Celui de Bunny m’a moins convaincu. Les deux OP ne m’ont pas particulièrement scotché, mais ne sont pas mauvais. Ils utilisent un peu trop de CG, que malheureusement peu de studios savent utiliser.

Animation/Design/Character Design: 3/3 : Au niveau de l’animation, rien à redire, c’est beau, même si on sent parfois le manque de budget sur certaines scènes. Le character Design est excellent, et Sunrise nous offre là une sacré palette de personnages originaux et pittoresques. Les décors sont beaux, même si Sunrise a utilisé beaucoup de CG qui gâchent un peu l’ensemble, et le tout est très coloré.

Réalisation/Emotion/Ressenti: 5/5 :  Je me suis éclaté du début à la fin, que cela soit grâce à l’histoire ou aux facéties des différents héros. Les quelques rebondissements font leur effet et orientent toujours l’histoire vers une voie passionnante.

Personnages: 3/3 : Tous les personnages sont excellents; les méchants et les gentils. Aucun n’est laissé de côté, malgré leur grand nombre. Tous les héros sont charismatiques sans exception.

Bonus: 1/3
Bonus Character Design

13 septembre, 2011

Automne 2011: une relève compliquée

Classé dans : [*Divers*],[*Preview*] — immelman @ 14:45

La saison été 2011 se termine, et j’ai envie de dire, pas trop tôt! Dans l’ensemble, les meilleures séries actuellement diffusées sont celles qui ont commencé au printemps (super saison, pour la météo comme pour les animés). Je dis bien dans l’ensemble car il y a Mawaru Penguindrum en ce moment, et ça déboite!  Les très bonnes séries du printemps se terminent donc, et très peu de séries d’été ont plus de 13 épisodes, et vont donc bientôt s’arrêter. L’automne arrive et va remplacer pratiquement tous les shows actuels. Il va falloir relever au pied levé les Mawaru Penguindrum, Tiger & Bunny et autres Steins Gate!Je ne vais présenter toutes les nouvelles séries une à une, je vais plutôt parler de celles qui m’inspirent le plus, et en lesquelles je place de l’espoir.

Commençons par les suites, remakes ou préquelles: (j’ai ajouté en lien les trailers lorsqu’il y en a)

Working’!!

Automne 2011: une relève compliquée dans [*Divers*] shot0002e

Le premier épisode a eu droit à une prédiffusion. J’ai plutôt aimé la première saison, et je suis aussi curieux de voir comment la relation entre Inami l’androphobe et Takanashi va évoluer. Par contre au vu de cet épisode, j’ai peur qu’elle n’arrive pas à se renouveler assez. Les gags sont les mêmes, voire les mêmes en moins bien, comme si cet épisode était un épisode récapitulatif. Au cas où on aurait oublié qui sont les personnages. Du coup, je n’ai pas souri une seule fois, et je me suis plutôt ennuyé. Dommage, parce que la qualité graphique et l’animation sont assez séduisantes pour une série de ce genre.

Shinryaku?! Ika Musume

shinryakuikamusumesaiso dans [*Preview*]

J’ai l’impression de parler des mêmes séries que dans mon billet précédent. La suite des aventures d’Ika Musume, la fille poulpe littéralement. Comme pour toutes les comédies, tout est question de nouvellement de gags (le contraire du premier épisode de Working). J’attends le retour d’Ika Musume avec autant d’impatience que d’appréhension, mais dans tous les cas, je vais les regarder. Au passage, je ne comprends pas cette nouvelle mode des studios japonais à changer les signes de ponctuation dans les titres pour signifier une suite. Ainsi, après Shinryaku! Ika Musume!, on a Shinryaku?! Ika Musume!. C’était le cas avec Himawari!, puis Himawari!! (même chose pour K-On si je me souviens bien aussi), et la palme du ridicule reviens à Working, avec Working!! qui se transforme en Working’!!  

Fate/Zero

fatezero2113703734

Fate/Stay Night était une série qui avait provoqué beaucoup d’engouements à l’époque. La raison principale est évidente: l’univers de la visual novel, la guerre du Graal développés sont vraiment intéressants. Et en plus, de voir des héros mythologiques ou réels venu de tous les âges s’affronter entre eux, c’était tout simplement jouissif, et ce malgré un animé mettant énormément de temps à démarrer (Je déconseille le film au passage que j’ai trouvé abominable). Le character design est aussi une force de cette série, et avait donné lieu à la création de personnages vraiment classes, comme Tohsaka Rin et Archer. Fate/Zero est une préquelle de Fate/Stay Night, et explique les évênements qui ont eu lieu 15 ans avant, lors de la précédente quête du Graal. On en apprendra un peu plus sur le père de Shirou. Cela s’annonce comme une valeur sure de la prochaine saison: le visionnage de Fate/Stay Night ne devrait pas être obligatoire avant de profiter de cette préquelle.

Last Exile: Fam, the Silver Wing

lastexileginyokunofam

Rien que l’évocation des mots Last Exile provoque chez moi une joie incommensurable (voire plus). Il s’agit d’une de mes séries préférées, dont le design est assurée par mon dessinateur préféré, Murata Range. Ce nouveau Last Exile est mystérieux. Je ne sais pas s’il s’agit d’un reboot de la série, ou d’une suite; apparemment Clause et Lavie, le duo de la première série ne devrait pas apparaître, mais on devrait revoir tout de même certains personnages. Le réalisateur est le même, et il s’agit de celui qui a fait pas mal de mes séries préférées chez Gonzo (qui au passage signe vraiment son retour); parmi elles, les Tower of Druaga. Ce Last Exile: Pam the Silver Wing s’annonce comme la meilleure prochaine série, et sera en compétition pour le titre de série de l’année.

Bakuman 2

bakuman2jpgscaled500

La suite de Bakuman, l’adaptation du manga écrit par le duo de Death Note, Tsugumi Ohba et Takeshi Obata. Puisque je suis le manga, je peux vous dire que les choses sérieuses continuent. Je ne peux pas en dire beaucoup plus sans spoiler. Ceux qui ont vu la première saison voudront sans doute voir cette suite. Pour ceux qui n’ont pas commencé, je leur conseille d’acheter le manga à la place de l’animé, ou au moins d’essayer de le lire. Attention, lire un Bakuman prend du temps et de la concentration, car il y a beaucoup de texte.

Hunter x Hunter

hunterxhunteranimeremak

Parfait, je n’en demandais pas tant. Je n’ai pas vu la série qui date de 2001 d’Hunter x Hunter. Je vais pouvoir rattraper ça en regardant ce remake, en espérant qu’on aura les mêmes améliorations que pour Full Metal Alchemist. Je pense qu’il est inutile de présenter le manga et l’animé, et pour ceux qui ne connaîtraient pas, sachez qu’il s’agit d’un très bon shonen issu du Jump, du même auteur que Yuyu Hakusho, et qui a eu quelques problèmes de publication il y a un an ou 2 (l’auteur aurait eu une dépression). On suit Gon un jeune garçon force de la nature, qui se met à la recherche de son père, un Hunter extrêmement renommé parti il y a des années. Les hunters sont des mercenaires officiels, qui obtiennent leur titre à la suite d’un examen physique et mental très exigeant. Gon va prendre part à cet examen pour devenir Hunter et obtenir des indices sur son père. L’animé devrait comporter beaucoup d’épisodes (plus de 45) mais sans doute moins (heureusement) qu’un Naruto ou Bleach ou One Piece. Pour ceux qui comme moi n’ont pas vu le premier animé, il faudra se jeter sur celui ci.

 

Puis les nouvelles séries:

 

C3- Cube x Cursed x Curious

72948900

« Un jour, un lycéen reçoit un colis encombrant à son appartement, envoyé par son père voyageant à l’étranger. Il s’agit d’un cube très lourd, et très mystérieux. Il contient une fille nue, fan de crackers, et se dit sou l’emprise d’une malédiction. Le garçon et la fille vont tenter ensemble de la lever »
J’ai lu il y a longtemps les premiers chapitres du manga, et ça ne m’avais pas franchement emballé. « Banal » est l’adjectif qui correspond à cette histoire remplié de fanservice, et de situations cocasses vues et archi revues. Alors pour quelle raison est-ce-que j’en parle? Pour l’unique raison que le studio Silver Link s’occupe de son adaptation, soit la même équipe que les Baka Test, avec le même réalisateur, qui a baroudé chez Shaft. On peut donc s’attendre à une réalisation réussie, en espérant juste que cela suffira pour rendre C3 une série divertissante. Je n’en demande pas plus.

Phi Brain: Kami no Puzzle

phibrainkaminopuzzle

« Kaito est un fan d’énigmes et de puzzles. Ca tombe bien puisque l’école dans laquelle il vient d’arriver possède un célèbre puzzle réputé pour sa difficulté le « Phi Brain ». Avec l’aide de Nonoha son amie d’enfance, ils vont s’attaquer à ce challenge relevé. »J’aime bien les dessins, l’histoire est originale, et quand Sunrise ne fait pas d’animés de méchas, c’est souvent pas mal. A surveiller.

Kimi to Boku

kimitoboku

« L’histoire de quatre potes lycéens et d’un nouvel élève étranger qui vient d’arriver, qui rejoint leur groupe. »
Voici la prochaine comédie signée JC Staff. Je n’ai pas lu le manga, il va m’être difficile d’en parler plus; tout ce que je peux dire, c’est que ça sent bon. Le style ressemble à celui de Natsume Yuujinchou, ça doit être pour ça que je ressens des bonnes ondes. En plus de ça, JC Staff sait réussir ce genre de comédie; dois-je vous rappeler Toradora, Lovely Complex, Honey & Clover?

Chihayafuru

chihayafuru2

« Chikaya Ayase est la soeur d’une mannequin qui a réussi sa carrière. Elle aussi veut se donner à fond dans quelque chose. Elle découvre alors par le biais d’un copain, le monde merveilleux du Karuta, un jeu de cartes japonais… »
Raconté comme ça, le synopsis ne fait pas rêver. Mais le shojo dont est tiré cette adaptation a reçu beaucoup d’éloges et a été récompensé. Madhouse qui réalise un Shojo, ça me fait rêver. En ce qui concerne le Karuta, et bien même si ça n’a pas l’air transcendant, n’oublions pas ce que les japonais sont capables de faire avec des histoires de go (Hikaru no go), de shogi (Shion no Ou, ou King of Shogi en français), mahjong (Akagi).

Ben-To

bentok

« Comédie à propos d’un lycéen qui découvre le monde dur et cruel du shopping de bento (repas en boîte préparé) en promotion »
C’est le genre de série qu’on pourrait laisser tomber immédiatement après avoir lu le synopsis. Je n’y aurais sans doute pas prêté beaucoup d’importance si je n’avais pu vu quel est le studio qui réalise cette série. David Production! Les créateurs de Armed Librarians (2009), et Level E (2011), soit 2 des meilleures séries crées depuis 3 ans. Ces gars là sont assez énormes, un peu comme manglobe à leur début. David Productions s’attaque encore à un nouveau genre, la comédie burleque, un genre assez périlleux car très représenté en ce moment.

Mirai Nikki

mirainikki

« Mirai Nikki raconte le combat à mort que se livrent 12 personnes, toutes équipées d’un journal capable de prévoir certains éléments du futur. Parmi les participants de ce jeu mortel, Yukiteru va s’allier à Yuno, une autre détentrice d’un journal, folle amoureuse de lui, et surtout folle tout court. »
Je suis étonné que Mirai Nikki n’ai pas été adapté plus tôt, et par un plus gros studio. A part Minami-Ke (qui s’en souvient), Kiddy grade (??) et Ga Rei Zero, le studio asread n’a été qu’un studio sous traitant parmi tant d’autres. J’espère que l’animé ne sera pas bâclé, car il faut rendre justice au manga, un shonen original comme il est rare d’en voir, à la limite du seinen (comme Death Note). Le scénario est rempli de bonnes idées, et si vous voulez en savoir plus, achetez le manga, il en vaut la peine.

Guilty Crown

guiltycrown001

« En 2029, alors que le monde est gouverné par une multinationale, Shu, 17 ans, rencontre Inori, une rebelle appartenant à un groupe résistant qui utilise des méchas pour lutter contre le régime oppresseur. Shu n’est pas en reste puisqu’il possède le « pouvoir des rois », une habilité lui permettant de générer des armes ou objets des corps des personnes. Mais risquera-t-il sa vie pour autant? »
On n’entend pas beaucoup parler de production IG en ce moment. Pourtant ils continuent de sortir de très bonnes séries toutes les saisons (Usagi Drop pour ne citer que la dernière). J’adore les séries d’anticipation, car elles permettent souvent d’amener des idées originales. Les univers ainsi créés se suffisent souvent à eux même tant leur design et leur contexte politiques sont intéressants. Le synopsis de ce Guilty Crown n’est pas sans faire penser Code Geass, et ce n’est pas pour me déplaire!

Ad Lib Anime Kenkyushou

normaladlib3

On en sait très peu sur ce projet. La seule chose que l’on sait, c’est que les deux doubleuses Katou Emiri et Fukuhara Kaori y participent. C’est un animé conceptuel dans lequel ces deux doubleuses vont créer elle-même le script et enregistrer les voix, avec un invité différent chaque semaine. Le studio (dont je ne connais pas l’identité) en charge de l’animation devra adapter ce script et ces dialogues chaque semaine. Tout cela à l’arrache. Inutile donc de s’attendre à une animation ultra chiadée, et à un scénario profond, si tenté qu’il y en ai un. Honnêtement, je pense que ça sera nul, mais l’initiative est sympa, et méritait sa place dans mon billet.

UN-GO
ungotrailer3

Encore une histoire de détective réalisé par le studio Bones. Je dis encore, car ils viennent de réaliser Gosick, qui en est une. Les différentes enquêtes sont tirées d’histoires écrites par Sakaguchi Ango, celui à qui on doit le deuxième arc de Aoi Bungaku (In the forest, under cherries on full bloom), un écrivain des années 50-60. L’univers de UN-GO sera transposée dans un futur proche.
Je n’ai pas trouvé Gosick mauvais, mais pour moi, ça n’est pas non plus un must. Malgré ses qualités, cette série raconte mal ses passages de détectives, je lui préfère ses passages de comédie romantique. Le trailer de UN-GO laisse présager tout de même un univers original, reste à voir si la narration sera meilleure que dans Gosick.

123
 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100