Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

1 septembre, 2009

Mangas: bonne pioche!

Classé dans : Letter Bee,Mirai Nikki,Onani Master Kurosawa,[*Mangas en Cours*] — immelman @ 15:30

J’ai souvent eu une main heureuse lorsqu’il s’agit de découvrir un nouveau manga dans une librairie, et ce, sans même en connaître le contenu. J’utilise un principe qui marche souvent, mais qui n’est pas réciproque: « Lorsque les dessins sont beaux, le contenu l’est aussi ». Un adage très discutable lorsqu’il est utilisé dans la vie, mais pour les mangas, il marche assez bien. Pourquoi? J’imagine qu’un manga joli demande beaucoup de travail et d’application de la part de son auteur, il est normal qu’il soigne aussi l’histoire. C’est bien sûr extrêmement simpliste, mais essayez un de ces jours, vous verrez que ça marche.

 

Suite à une bévue de la SNCF hier, j’ai dû poirauter une heure et demi à la gare de Paris Est. J’ai donc décider d’aller faire un tour au petit Virgin Megastore de la gare pour tuer le temps. Je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter des mangas, et pour le coup j’ai fait fort: 4 d’un coup, les 2 premiers tomes de Letter Bee, et les 2 premiers tomes de Mirai Nikki. Il s’agit de deux oeuvres dont je n’ai pas entendu parler. La seule chose que je savais, c’est que Letter Bee va sortir au Japon cet Automne sous forme d’animé.

 

 

C'est Zoliiii !

 

Pour Letter Bee, je n’ai même pas lu l’histoire, j’ai acheté à la simple vue de la couverture et de quelques pages à l’intérieur. Les graphismes sont très classieux, et vraiment originaux. La patte du mangaka est vraiment particulière, avec un univers original de très bonne facture. A la lecture de ces deux premiers tomes, j’ai eu la même sensation que lorsque j’avais lu le début de D-Gray Man.
Les Letter Bee évoluent donc dans un monde qui ne possède qu’un soleil artificiel. Ce sont des « super facteurs », qui sont armés pour se balader et faire leur travail dans les contrées les plus inhospitalières. Ajouter à cet univers un mini facteur politique: ceux qui habitent sous le soleil artificiel sont les plus riches, et plus on s’en éloigne, plus les gens sont pauvres. Un univers intéressant et des héros facteurs, ce manga prend une bonne tournure.

C’est un Shonen pas très spectaculaire, mais avec une ambiance particulière, et des personnages originaux. Au final, je continue d’acheter D gray man, mais je dois avouer que je trouve que ça a tourné au vinaigre, en perdant l’ambiance un peu Tim Burton-esque, et en devenant un shonen extrêmement classique. Je pense pourtant que Letter Bee n’aura pas le même avenir; c’est juste un pressentiment, mais je le vois mal tourner en un vulgaire sauvetage du monde, avec des personnages très manichéens, comme peuvent l’être Allen Walker et le Compte Millénaire (comprendre les super gentils d’un coté, et les méchants qui veulent détruire le monde).  Le héros, Lag Seeing, est un jeune garçon qui a certes un pouvoir spécial, mais qui n’est pas un pouvoir destructeur. Il n’a lui même pas vraiment d’aptitude spécial au combat, et sa seule quête est retrouver son ancien ami, Gauche, un letter bee qui lui sauve la vie au début du tome 1. Je ne vais pas trop en parler, mais pour ceux qui cherchent un shonen plus subtil que la moyenne, avec des dessins qui changent un peu de l’ordinaire, essayez Letter Bee.

 

 

Rena Ryugu! Je t'ai reconnue!

 

Passons à l’autre manga, Mirai Nikki. Il m’a fait très grosse impression. On est à mi-chemin entre un shonen et seinen. Moi qui croyais qu’un shonen ne pouvait plus me faire vibrer, et bien j’ai eu tort. Mirai Nikki est énorme, ne serait-ce que par son scénario. En gros, une dizaine de personnes sont choisies par une sorte de Dieu pour s’entretuer. Leurs identités sont inconnues, mais il leur remet à chacun un chronographe. Il s’agit en fait d’un objet (pour la plupart leur téléphone portable) sur lequel est écrit un journal de leur vie … à venir. Ils connaissent tous le futur, mais leur chronographe le leur donne d’un point de vue différent selon la personne. Par exemple, pour le héros, il s’agit d’un journal impersonnel. Seuls les faits qui vont arriver lui sont décrits. Pour sa camarade de classe, comme elle est amoureuse du héros, son journal contient tous les faits et gestes de son amoureux. Et ainsi de suite. Cette bonne idée en entraîne beaucoup d’autres bien sûr, et les combats sont tellement « prévisibles » qu’ils finissent pas devenir « imprévisibles »! Etrange?.

Ce qui est surtout excellent, ce sont les personnages, et en particulier « l’héroine » qui est complètement cinglée, et n’hésite pas tuer des gens pour sauver son bien aimé (voir l’image). Lui même la craint, tellement elle paraît dérangée. Ce n’est pas un manga à mettre dans toutes les mains, et ce n’est pas sans me faire penser à Higurashi no naku koro ni (dont je dois faire la critique un de ces jours), pour la frénésie des personnages, qui semblent pourtant inoffensifs  au premier coup d’oeil. C’est assez sanglant, et après seulement 2 tomes, je peux d’ors et déjà prédire que ça va envoyer du gros bois. Par contre, il risque de ne pas y avoir beaucoup de volumes tant les participants sont montrés/tués rapidement. Je le recommande à tous!
 

Mangas: bonne pioche! dans Letter Bee f7f4c5e04278f3f75f48b410b779d

 

Pour finir, j’ai découvert un des mangas qui a fait parler beaucoup de lui sur le net: Onani Master Kurosawa. Il s’agit d’un Doujin à la base (travail amateur), mais il est tellement abouti qu’on pourrait croire qu’il s’agit de l’oeuvre d’un grand. Le synopsis peut choquer, mais il est assez original pour qu’on daigne lui jeter un coup d’oeil: Kurosawa est un lycéen associal que tout ennuie. Son seul plaisir, se masturber après les cours dans les toilettes des filles. Ca en jette (sans mauvais jeu de mot volontaire de ma part). Si au début, ça ressemble à une parodie de Death Note (et oui!), le manga prend une direction bien particulière et passe de la comédie à la tragédie en quelques pages.

Le manga est souvent malsain, mais touche souvent le lecteur avec les personnages qu’on sent brisés, et très humains. Il y a seulement 4 tomes, et vraiment je le recommande chaudement. Il m’a fait vraiment ressentir des choses au niveau émotionnel que peu de mangas ont réussi à me faire éprouver. Ca ressemble un peu à Welcome to NHK (ou NHK no Youkouso), en plus crédible, donc en beaucoup mieux. Car là où les personnages de NHK sont cinglés, Onani Master Kurosawa arrive à garder les proportions de la réalité, même avec des personnages pourtant très spéciaux dans leur tête.

Il m’est assez difficile de faire honneur à ce manga, je pourrais dévoiler les twists qui m’ont choqués, la scène qui a failli me faire pleurer, mais ça serait du spoil, et moi, je n’aime pas le spoil. Lisez le à cette addresse plutôt.

Pour ceux qui arriveront à passer leur possible dégoût des premiers chapitres, attendez vous à voir une histoire du niveau dramatique de celle de Détenu 042, pour ceux qui connaissent (ceux qui ne connaissent pas, allez le lire…vite!).

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100