Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

  • Accueil
  • > Recherche : eden of the east

25 janvier, 2010

Animes 2009 Immelman Awards

Je sais, on est déjà le 24 Janvier. Un petit problème de santé m’a tenu à l’écart de mon ordinateur, et je n’ai pas pu m’atteler à écrire de nouveaux billets fin décembre. Mais me revoilà. Avant de raconter ce qu’il se passe en ce moment au Japon avec la saison hiver 2010 (et croyez moi, il ne se passe pas grand chose de terrible), revenons sur cette année 2009, qui ma foi nous a réservé de bonnes surprises. Les bloggers dans l’ensemble ont trouvé que 2009 était une année moyenne. C’est possible. A vrai dire, je n’ai pas de recul suffisant pour pouvoir émettre une telle affirmation. Tout ce que je peux en dire, c’est qu’à cause (ou grâce) à ce blog, c’est l’année où j’ai regardé le plus d’animés de ma vie. Je les ai comptées au nombre de 41, sans compter celles que j’ai abandonnées en cours. Il y aura 9 awards dont 5 avec classements entre nominés.

Ces récompenses sont totalement subjectives; c’est pour ça que je les ai appelées Immelman Awards. Si vous voulez, vous pouvez laissez en commentaires vos séries préférées de cette année, ou vos coups de gueule contre mes préférences. Attention, c’est parti!

 

MEILLEURS OAV

Eve no Jikan (Time of Eve)
Animes 2009 Immelman Awards dans Bounen no Xamdu evenojikan0402evejikan0101gh7 dans CANAAN

Honnêtement, si Eve no Jikan avait été une série, elle aurait été dans tous mes tops 10. J’ai adoré ces 6 épisodes, et la série est aussi intéressante qu’elle est belle. Elle est faite par le même réalisateur que celui de Pale Cocoon, un OAV qui a quelques années, mais assez réputé. Le sujet a pourtant été traité de nombreuses fois: les robots androïdes intelligents ont-ils leur place dans la société humaine? Eve no Jikan n’y répond pas vraiment, et s’intéresse plutôt aux intéractions robots/personnages. Un must de cette année 2009.

 

MEILLEURE COMEDIE

Seitokai no Ichizon
seitokainoichizen0101 dans Casshern Sinsseitokainoichizen0102 dans Code Geass: Lelouch of the Rebellion

Il faut dire qu’il n’y avait pas trop de concurrents. Apparement, Mari & Gali est aussi très bon. Malheureusement je ne l’ai pas regardée. Seitokai no Ichizon, est une des meilleures comédies que j’ai pu voir de toute ma vie. Elle arrive à titiller School Rumble (première saison) et les Full Metal Panic Fumoffu. Ses atouts sont son rythme de dialogue endiablé, ses références/parodies d’autres mangas faciles à comprendre, et des gags bien lourdingues et absurdes. Le seul défaut qu’on puisse lui trouver, ce sont ses moments un peu mélo-dramatiques qui cassent un peu la dynamique de la série.

 

MEILLEURE SERIE D’ACTION

Armed Librarians- Book of Bantorra (Tatakau Shisho)
tatakaushisho112 dans Cross Gamearmedlibrarians0102 dans Darker than Black 2

La série n’est pas encore finie, mais quelle série! Au fil des épisodes, elle devient de plus en plus intrigante et accrocheuse. Comme dans toute série d’action/shonen qui se respecte, chaque personnage possède sa propre manière de combattre. Chaque personnage possède alors aussi sa propre aura, et chacun est charismatique. J’ai dit shonen, mais l’ambiance est assez mature pour pouvoir dire qu’on se rapproche quand même beaucoup du seinen. Les prétendants à cet award étaient nombreux. Pour les citer: FMA 2, Bounen no Xamdu, Pandora Hearts, Guin Saga, To aru kagaku no railgun, Phantom, Canaan, Ride Back… du lourd quand même.

 

MEILLEURE COMEDIE ROMANTIQUE

Clannad After Stories
clannadafterstories01 dans Druaga no Touclannadafterstories02 dans Kampfer

Il n’y avait que deux prétendants pour moi à cette place. Clannad After Stories et White Album. Chacune de ces deux séries possède leurs points forts et leurs défauts. Au final c’est Clannad qui l’emporte, sûrement parce que c’est la plus triste des deux. Clannad after Stories est la suite directe de Clannad, Tomoya sort donc avec Nagisa. Et il va se passer plein de choses. Je ne peux pas en dire plus pour ceux qui ne l’ont pas vues. Les personnages vont devoir faire face avec les angoisses de la vie adulte, et si je peux me permettre, ils vont se les prendre violemment en plein poire. Je déconseille cette série à ceux qui sont un peu dépressifs, car sans tomber complètement dans le pathétique, elle touche juste sur la (ma) corde sensible. Les 10 premiers épisodes sont un peu pénibles à regarder cependant, mais c’est l’étape obligatoire pour pouvoir apprécier la suite.

 

MEILLEURE ANIMATION

5- To Aru Kagaku no Railgun

4- CANAAN

3- Aoi Bungaku

2- Eve no Jikan

1- Bounen no Xamdu (Xam’d Lost Memories)
bounennoxamdu02 dans Kurozukabounennoxamdu01 dans Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009)

On voit vraiment que les progrès en animation ont fait un bond cette année. Les séries arrivent à être à présent presque aussi belles qu’un film d’animation (japonais). Xam’d Lost Memories en est le fleuron pour l’instant. Eve no Jikan n’arrive que 2ème car ce ne sont que 6 épisodes. Le soin apporté est donc équivalent à celui d’un film. Xam’d lui est incroyable de fluidité pendant 26 épisodes. Enorme.

 

MEILLEUR CHARACTER/ART DESIGN

10-  Umi Monogatari

9-  Full Metal Alchemist 2 -Brotherhood

8-  Birdy the Mighty Decode 2

7 – Guin Saga

6- Pandora Hearts

5- Michiko e Hatchin

4- Spice and Wolf 2

3- Bakemonogatari

2- Casshern Sins

1- Aoi Bungaku
aoibungaku112 dans Mouryou no Hakoaoibungaku113 dans Natsume Yuujinchou

Aoi Bungaku est une série en 12 épisodes, racontant 5 histoires indépendantes, issues de nouvelles japonaises du XXème siècle. Toutes les histoires ne sont pas dessinées par le même réalisateur. Cela donne un cachet à cette série assez énorme. Le design est franchement à couper le souffle dans chacune d’entre elles. La meilleure d’entre elle est la 4ème, Run Melos (Hashire Melos), qui est réalisée par l’homme derrière  Mouryou no Hako, et les dessins sont donc inspirés de Clamp si je ne m’abuse. C’est une vraie claque visuelle, et une vraie claque scénaristique. Ce sont les épisodes 9 et 10. Si vous ne devez voir que 2 épisodes de cette série, ce sont ceux là.

 

MEILLEUR OPENING

Dans cette catégorie, plusieurs facteurs sont pris en compte: la musique, les visuels, et la « chorégraphie », c’est à dire le mariage entre la musique et les images.
10-  The Melancholy of Haruhi Suzumiya 2009
Image de prévisualisation YouTube

La musique est catchy sans être exceptionnelle. Par contre, ça flashe de partout et très accrocheur visuellement.

9-  Spice and Wolf 2
Image de prévisualisation YouTubeMoins bien que celui de la première saison, mais c’est dans le même style: une ballade, et derrière, le design fait le reste, avec un background art très beau et très détaillé.

8-  Phantom- Requiem of the Phantom
Image de prévisualisation YouTube

Un opening façon James Bond, j’aime. Le rythme hyper lent surprend au début. C’est du Bee Train après tout.

7-  Birdy the Mighty Decode 2
Image de prévisualisation YouTube

Là c’est mon plaisir coupable. L’OP objectivement n’a rien de vraiment fantastique. Mais j’adore la musique (JPop pourtant), et puis le character design est juste énorme.

6-  Full Metal Alchemist 2 -Brotherhood (OP1)
Image de prévisualisation YouTube

Tous les openings des FMA ont toujours été au dessus de la moyenne. Les deux premiers de cette nouvelle série sont très bien, j’ai juste une petite préférence pour celui là. (le troisième OP est nul par contre)

5-  Bounen no Xamdu
Image de prévisualisation YouTube

Cet OP est juste énorme. La musique est sympa, et comme pour Spice and Wolf, l’art design fait le reste.

4-  Druaga no To – The Sword of Uruk
Image de prévisualisation YouTube

Celui de la première saison était dans le même style. L’OP est très drôle, et la musique est très catchy.

3-  Armed Librarians – Book of Bantorra
http://www.dailymotion.com/video/xb8vj9
Malheureusement je n’ai pas pu trouver le générique seul (il faut se taper 30 sec de l’épisode avant de voir le générique). La musique est signée Project Ali, avec leur style très reconnaissable. Pas toujours bonnes, ici la musique est bien.

2- Eden of the East
Image de prévisualisation YouTube

Je l’ai mis deuxième, et pourtant, je ne le laissais pas tout le temps quand je regardais les épisodes. Mais bon, Falling Down d’Oasis (dernier album) en musique, et les réalisateurs se sont embêtés à trouver un visuel original pour aller avec. Je ne peux que féliciter.

1- Ride Back
Image de prévisualisation YouTube

Un OP presque tout en CG, très classe, une musique spatiale, une entrée en scène totalement surprenante. Et hop, meilleur OP de l’année 2009. FUEGO GO!

 

Je dois quand même citer les laissés pour compte de ce top 10: Natsu no Arashi, Michiko E Hatchin, To Aru kagaku no Railgun, White Album, Pandora Hearts, CANAAN, Darker than black 2.
 

MEILLEUR ENDING

Pareil qu’au dessus. Autant, pour les openings, il a fallu en départager un certain nombre. Autant pour les ED, j’ai du lutter pour en trouver 10.

10-  Toradora
Image de prévisualisation YouTube

Un autre plaisir coupable. Cet ED m’a marqué à cause de la basse sur la musique.

9-  Eden of the East
Image de prévisualisation YouTube

Un ED très créatif, tout en papier. Etonnant.

8-  Bakemonogatari
Image de prévisualisation YouTube

Parce que j’adore cette série, et que la musique est catchy.

7-  Umineko no naku koro ni
Image de prévisualisation YouTube

Chantée par le doubleur qui fait le grand père, cet ED est sur la corde raide. On tombe presque dans le ridicule. Mais pour l’originalité de la chose (métal), ça mérite bien d’être dans ce classement.

6- Spice and Wolf 2
Image de prévisualisation YouTube

Symapthique. La musique est catchy, et c’est les dessins du manga papier qui sont utilisés.

5-  Kodomo no Jikan Second Term
Image de prévisualisation YouTube

Je n’ai pas vu cet animé, mais il faut reconnaître que l’ED est marrant.

4- Ride Back
Image de prévisualisation YouTube

Décidément, le point fort de cette série, c’est sa classe. Dommage que le scénario n’ait pas suivi. Comme l’OP, cet ED est vraiment surprenant de beauté.

3-Sora no Otoshimono (ED spécial, épisode 2)
Image de prévisualisation YouTube

Cette série est pleine de surprises. Comment ne pas craquer lorsqu’on voit cet ED? Je me suis pris les cheveux, et si je me souviens bien, j’ai du crier un gros WTF!!!! C’est ce qui fait le charme de cet animé; les créateurs se sont bien lachés dessus, et ça fait plaisir à voir. La musique est énorme, et puis y a des culottes volantes…. moto-propulsées!!!

2-  Casshern Sins (ED3)
Image de prévisualisation YouTube

On approchait de la fin de la série lorsque cet ED était diffusé. Une série tout en subtilité, contemplative, comme cette vidéo.

1- Guin Saga
Image de prévisualisation YouTube

Au début je croyais que c’était le retour de Barry Lyndon. Mais non, c’est Kanon, et « This is my Road ». Certes, ce n’est qu’un Diaporama, mais c’est drôlement zoli !!

 

MEILLEURE SERIE 2009

Autrement dit, c’est le prix le plus important. Ca a été très difficile de ressortir 10 séries des 41 que j’ai vues cette année. En effet, il faut se dire que ces 41 avaient déjà passées une sélection parmi toutes les séries de cette année. Elle possèdent donc toutes des qualités suffisantes pour que je les regarde en entier. Inutile de prolonger le suspense trop longtemps.

10- Bounen no Xamdu (Xam’d Lost Memories)
bounennoxamdu04 dans Pandora Heartsbounennoxamdu05 dans Real Drive sennou Chosashitsu

C’est une grande série d’aventure, avec des graphismes et un character design énormes. La fin a été critiquée par de nombreux bloggers. Moi elle m’a contenté, et la série ne m’a pas laissé sur ma fin. Il y a quelques longueurs vers le milieu de la série, mais globalement, on ne s’ennuie pas.

9-  Birdy the Mighty Decode 2
birdydecode20502 dans Sora no Otoshimonobirdydecode20602 dans Tegami Bachi (Letter Bee)

La première saison était bonne, bien que manquant d’un peu de rythme. On retrouve un peu le même problème dans cette deuxième saison, à la différence que la série atteint ici des sommets d’intensité et d’action. C’est un excellente série fantastique, faite par le même réalisateur que Noein, pour les amateurs… Birdy est quand même moins bizarre, mais possède aussi son lot de retournements de situation.

8-  Full Metal Alchemist 2- Brotherhood
fma2brotherhood0501 dans To Aru Kagaku no Railgunfma2brotherhood0101 dans Toradora

Est-ce bien la peine de la représenter? Full Metal Alchemist est excellent à tous les niveaux, et cette deuxième série dépasse de loin la première, pourtant déjà excellente. Tout ça grâce à une vision plus fidèle du manga, qui est pour moi le meilleur shonen de tous les temps.

7- Kemono no Souja Erin
kemononosoujaerin122 dans Umi Monogatarikemononosoujaerin121 dans Umineko no naku koro ni

Ce n’est que tardivement que je m’y suis mis. KNSE est une série assez lente dans sa narration qui suit l’histoire d’Erin, une fille curieuse très attirée par la vie des bêtes sauvages. Sa vie est bouleversée par de nombreux évênements tragiques et heureux, qui ont des rapports étroits avec ces animaux sauvages, ainsi que certains problèmes politiques qui vont finir par influencer sa vie. Il s’agit d’une série que je qualifierai d’épique. C’est l’épopée de la vie d’Erin, que l’on voit grandir au fil des 50 épisodes. La série est bientôt finie d’être traduite.

6-  Armed Librarians – Book of Bantorra
armedlibrarians01 dans [*Animés suspendus*]armedlibrarians121 dans [*Classement de l'année*]

J’en ai déjà parlé au dessus. Tatakau Shisho est une des meilleure série de 2009, avec tous ses personnages bien particuliers, ses scènes d’action inventives… Peut être sera-t elle meilleure série de 2010 aussi… C’est loin d’être impossible.

5- Spice and Wolf 2
spicewolf04 dans [*Classement du mois*]spiceandwolf2121 dans [*Divers*]

Une de mes histoires préférées. Spice and Wolf raconte le périple de Horo la déesse louve, et Lawrence le marchand. Deux personnages fascinants, qui font la série à eux seuls.

4- Michiko e Hatchin
michikoehatchin1901michikoehatchin1903

Après Samurai Champloo et Ergo Proxy, le studio Manglobe se devait de continuer son carton plein de séries pittoresques. C’est réussi cette fois avec Michiko e Hatchin, racontant les voyages à la recherche d’un homme de deux héroines, à travers la pampa d’Amérique du sud. Le lieu ajoute énormément à l’histoire et à l’originalité de l’histoire. Pas de lycéen en uniforme, pas de personnage japonais stéréotypé. Le duo des filles est explosif, bien plus que n’importe quel duo d’une série quelconque de Bee Train. Graphiquement, on retrouve la patte de Manglobe, avec ses personnages un peu difformes. C’est comme à leur habitude très beau, et le scénario, à l’image de Samurai Champloo n’a ni queue ni tête, et fait la part belle à l’action. C’est une série qui n’a pas de point faible, une des meilleures de l’année, et tout le monde sera d’accord avec moi. Dommage que The Sacred Blacksmith vienne détruire la belle série du studio Manglobe.

 

3- Tokyo Magnitude 8.0
tokyomagnitudesemaine1tokyomagnitude803
C’est la semi surprise de l’année. Surprise parce que c’est une histoire originale, semi parce que c’est quand même Bones qui réalise la série. Bones fait d’ailleurs une année énorme avec FMA2, Bounen no Xamdu, Darker than Black 2 et TM8, ça laisse rêveur. TM8 est d’actualité, avec le tremblement de terre à Haïti. Comme le générique le raconte, TM8 essaie d’être le plus réaliste possible. Du coup on peut avoir une bonne idée de ce qu’il s’est passé à Haïti, en tout de même mieux maitrisé. Les réactions humaines sont le premier point fort de la série; la série possède un paquet de personnages secondaires qui n’apparaissent que quelques secondes parfois, et malgré ça, on ressent la détresse de chacun d’eux. L’autre point fort de TM8, c’est sa fin qui est la meilleure fin de série 2009, voire plus. Elle ne laissera personne les yeux secs, pour sûr

2- Phantom- Requiem of the Phantom
phantom2302phantom2306
C’est la meilleure série du studio Bee Train selon moi. Malgré ses nombreux admirateurs, je ne suis pas fan de ce studio. Je partais avec de gros à priori, et malgré ça, j’ai été subjugué par les personnages et le scénario. Enfin Bee Train nous montre des vrais assassins, torturés, dépourvus d’émotion, complètement manipulés. Manipulés, comme le spectateur, par les scénaristes. On se laisse mener par le bout du nez par ce scénario presque complètement imprévisible. Tout le monde peut mourir à n’importe quel moment, même un personnage principal (on ne peut pas dire la même chose des autres séries Bee Train). Du coup, c’est une série très dure nerveusement, et très haletante.

1- Bakemonogatari
bakemonogatari04bakemonogatarisemaine2

Ce n’est pas mon intention de créer une polémique. Bakemonogatari est vraiment ma série préférée de l’année. Elle ne fera pas l’unanimité, c’est sûr. Pourquoi? Tout d’abord il s’agit d’une série Shaft, un studio vraiment atypique, et réalisée par Shinbo, l’homme à l’origine de Sayonara Zetsubo Sensei, le remake de Negima, Natsu no Arashi, Maria Holic… Toutes se ressemblent sur le plan graphique, avec des contrastes de couleurs très prononcés, et surtout avec l’abus d’image presque subliminales qui viennent entrecouper les plans fixes. C’est la marque de fabrique de Shinbo, avec ses dialogues omniprésents et interminables. Moi même, j’ai trouvé son style très lourd sur Zetsubo Sensei et Negima. Mais là, dans Bakemonogatari, tout fonctionne. Les personnages sont volontairement stéréotypés, et les dialogues sont à la base de 90% des scènes de Bakemonogatari. Avis à ceux qui recherchent de l’action, ils seront déçus. Et pourtant, ça serait passer à coté des délicieux dialogues, très mordants, des personnages truculents, un style graphique épuré très classe, et surtout des gags qui sont généralement drôles. Tout le monde n’adhèrera pas, les pauvres.

24 août, 2009

** Avis: Eden of the East (15/20) **

Classé dans : Eden of the East,[*Animés finis*] — immelman @ 21:08

** Avis: Eden of the East (15/20) ** dans Eden of the East edenftheeast003edenoftheeast002 dans [*Animés finis*]
edenoftheeast0201edenoftheeast0204
edenoftheeast0101edenoftheeast0102
edenoftheeast0401edenoftheeast001

Eden of the East (Higashi no Eden) était la série du printemps que j’attendais le plus avec Full Metal Alchemist Brotherhood. Le character design assuré par le même dessinateur que Honey and Clover, Production IG aux commandes,  et le synopsis avaient suffi pour titiller mon attention. Je n’étais pas le seul au sein de la communauté à avoir de grandes attentes. Et comme une grande partie de cette communauté, j’ai été déçu. Pour autant, Eden of the East est quand même une bonne série (un film animé doit sortir aussi, mais je crois qu’il ne s’agit que d’un résumé), mais voyons quels éléments il lui manque, qui auraient pu faire d’elle la série de l’année.

Le concept utilise des vieilles recettes, mais avec une touche originale. Les vieilles recettes, c’est: le héros amnésique, un « pouvoir », une organisation de l’ombre puissante et influente dont il fait partie, dont les membres se font appeler par des chiffres romains, et il est probablement à l’origine d’une catastrophe qui a frappé le Japon. Toute ressemblance avec une BD de Vance et Van Hamme est purement fortuite… (un peu comme Black Cat soit dit en passant). Takizawa Akira est ce héros, qui se réveille tout nu avec un flingue et un téléphone portable aux USA. Il est découvert par Saki, une japonaise en voyage qui vient de finir ses études. Son téléphone portable est particulier, il lui permet de communiquer avec Juiz, une jeune femme qui exauce tous ses désirs moyennant argent. Et de l’argent, il en a: pas moins de 20 milliards de dollars. Il apprend rapidement qu’il est un Seleçao, un des douze élus qui doivent sauver le Japon de la crise. Evidemment, il ne connait pas les autres Seleçao, et il ne sait pas comment il doit s’y prendre pour sauver le Japon.

C’est une série à suspense, une fable qui nous est racontée. Une fable, c’est bien le mot, ou plutôt des fables, puisque la série s’attarde sur les différentes histoires des Seleçaos, que Takizawa rencontre au fur et à mesure de la quête de son idendité, et de ses souvenirs. Chacuns utilisent leur argent différement, et à chaque fois, on en tire une leçon: c’est la morale de la fable. Eden of the East n’est pas découpée de façon aussi évidente, et il y a un fil conducteur: on suit la plupart du temps Takizawa, et on apprend les règles du jeu avec lui au fur et à mesure de ces 11 épisodes. Oui, seulement 11 épisodes. C’est court. C’est l’avis de bon nombre de bloggers. Faire tenir un univers et une histoire aussi dense en 11 épisodes, sans parler des personnages tous intéressants, c’est du gachis. Il en résulte qu’on voit juste une bonne moitié des Seleçaos. Et encore, ceux qu’on voit ont une importance si mineure qu’on ne sait pratiquement rien de certains. Les amis de Saki sont tous aussi intéressants, pourtant, on ne dit rien sur leur passé individuellement. Du potentiel gaché, voilà ce qu’il en est. Le plus étrange, c’est que je me suis ennuyé sur certains épisodes. Ca veut donc dire qu’il y a des passages qui ne servent à rien, malgré la courte durée. En plus, qui dit histoire dense dit beaucoup d’explications à donner et au final, elles sont un peu confuses; j’ai du revoir les épisodes pour pouvoir vraiment comprendre. Pour être plus précis, l’histoire ne finit pas vraiment à la fin. J’espère que le film qui doit sortir apportera de vraies explications et une vraie conclusion.

Voilà pour les points négatifs, cependant, il faut relativiser. Eden of The East se laisse bien regarder, avec son intrigue vraiment originale en comparaison à la production actuelle. Les graphismes sont somptueux, et les personnages ont tous leur propre personnalité, que cela soit « les méchants », comme les « gentils ». Tout cela est vite dit, mais c’est vraiment d’importance.

Histoire/Scénario/Dialogue: 4/4
Comme je n’ai pas cessé de le répéter, l’histoire est vraiment bien écrite et originale. C’est le point fort d’Eden of the East.
Musiques/Opening/Ending/Doublages: 2/2
C’est parfait de ce coté là. La musique est à la hauteur d’une production comme celle là, et le studio Production IG s’est payé un opening avec une chanson du dernier album d’Oasis (Falling Down), en plus, je le trouve assez classieux. Les doublages sont convaincants.

Animation/Design/Character Design: 3/3
Impeccable. C’est très beau, et ça reste dans le haut du tableau des séries actuelles.Pas étonnant, c’est Production IG aux commandes.
Réalisation/Emotion/Ressenti: 2/5
Le point faible. J’ai aimé cette série au final, mais j’aurais voulu l’aimer plus. Ce n’est pas que la fin est précipitée, c’est que tout le long de la série, les scénaristes ont dû faire des choix pour ne pas raconter certaines choses, et se concentrer uniquement autour du personnage principal. On reste clairement sur sa fin, et le rythme général n’est pas assez soutenu pour tenir le spectateur en haleine tout le long: un comble pour une série qui manque d’épisodes.

Personnages: 3/3
L’autre point fort de la série. J’ai adoré tous les personnages sans exception.

Bonus: 1/3
Bonus scénario.
 

31 juillet, 2009

The Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009), et réflexions sur l’Endless Eight.

Classé dans : Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009),[*Animés en cours*] — immelman @ 23:24

The Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009), et réflexions sur l'Endless Eight. dans Melancholy of Haruhi Suzumiya (2009) haruhi0904haruhi0903 dans [*Animés en cours*]
haruhi0902haruhi0901

Je ne fais pas partie de la fanbase d’Haruhi Suzumiya. Pour moi, cela a été une des séries les plus surévaluées que je connaisse. J’ai passé un bon moment avec cette série, mais sans plus. Ce n’est qu’après que je me suis rendu compte de l’ampleur que la série avait prise sur la toile. Encore aujourd’hui, je ne comprends toujours pas l’engouement qu’a cette série. Enfin bref, je ne comptais pas regarder cette « deuxième saison » (qui n’en est pas vraiment une, mais plutôt un remake) jusqu’à ce que je tombe sur un article de moetron.com: « le créateur d’Haruhi Suzumiya présente ses excuses pour l’arc endless eight ».

A partir de là, ma curiosité a été titillée. Qu’est ce qui peut mériter un tel traitement? Je dois avouer, j’ai été victime de ce gros Buzz, qui frappe encore cette série que l’on peut qualifier de culte, au sens strict du terme. C’est ainsi que j’ai commencé à regarder cette 2ème saison. Les 11 premiers épisodes sont sans surprise si l’on a déjà vu la première. Certains choses changent, et des épisodes ont été rajoutés (si ma mémoire ne me fait pas défaut). Mais en gros, on se retrouve à re-regarder la même série, réarangée chronologiquement. Cela n’a pas été un calvaire, et je me suis surpris à prendre la série en affection. Les personnages complètement loufoques sont attachants, et mon préféré, à n’en déplaise les vénérateurs d’Haruhi, reste Kyon, le narrateur de la série (le seul personnage à peu près normal).

Les choses se corsent à partir de l’épisode 12, le moment que j’attendais avec impatience. Il s’agit du premier épisode de l’arc Endless Eight. A l’heure où j’écris ce billet, je viens de voir l’épisode 18, soit le 6eme épisode de l’arc Endless Eight. La vision de l’épisode 12 n’est pas pleine de surprises comme je l’attendais. Les personnages passent les deux dernières semaines de leut vacance d’été à faire plein d’activités telle qu’aller à la piscine, se balader, aller regarder des feux d’artifices…etc…  Au final, absolument rien d’extraordinaire; au contraire, l’épisode est plutôt ennuyeux. La série prend alors une toute autre ampleur dès l’épisode 13, et on découvre alors la vraie signification de l’Endless Eight. Pour ceux qui veulent garder la surprise ne lisez pas la suite, mais sachez que vous ne risquez pas grand chose à vous faire spoiler.

Le concept en soi n’est pas révolutionnaire, il s’agit d’une boucle temporelle: les héros revivent les 2 semaines indéfiniment jusqu’à ce que quelque chose soit fait. On a pu voir ce genre de chose dans des films tels que « un jour sans fin », ou dans des animés tels que « Higurashi no naku koro ni ». Il reste rare certes. Ce qui est en revanche une première, et qui n’a jamais été fait (à tort, ou , et c’est ce que je pense, à raison), c’est de traiter ce concept comme le fait KyoAni avec Haruhi Suzumiya 2009. Ici, les personnages se rendent compte qu’ils sont prisonniers d’une boucle temporelle, mais ils ne gardent aucun souvenir des précédentes itérations. Cela a pour conséquence qu’ils refont les mêmes actions et les mêmes erreurs à chaque fois, et donc à terme, IL NE SE PASSE JAMAIS RIEN DE PLUS QU’A L’EPISODE PRECEDENT! On se retrouve alors avec 5 épisodes absolument identiques (si l’on met à part le premier de la boucle). Et lorsque je dis identique, c’est vraiment le cas: les dialogues sont les mêmes, les personnages font les mêmes activités, et aucun ne prend jamais d’initiative pour sortir de la boucle. Seuls les vêtements changent à chaque épisode. La vision de ces épisodes est très très très frustrante. Je me suis pris à crier contre les personnages qui restent totalement passifs. KyoAni joue avec les nerfs du spectateur en nous faisant espérer à chaque épisode un changement, ou une réaction d’un personnage, mais au final, rien ne se passe. Dès que je vois le générique de fin commencer, je me sens quasiment à chaque fois obliger de crier contre mon écran, comme Hitler dans ce détournement génial:
Image de prévisualisation YouTube

On peut espérer qu’il ne reste que deux épisodes de ce genre, même si certains pensent que l’endless eight aura 9 épisodes. Seul l’avenir nous le dira. En tout cas, à l’heure actuelle, la fanbase est en colère. 80% des fans crient au scandale, les autres 20% crient au génie. Moi même, je ne sais pas dans quelle catégorie me placer. Certes, regarder les épisodes de cet arc est d’un ennui et d’un inintérêt total. Mais en même temps, n’est-ce pas un coup de pub formidable de la part de KyoAni? Ils ont réussi à faire parler de leur série emblématique au moins autant que la première saison. Et d’un point de vue artistique? De prime abord, cela peut sembler dégueulasse, mais pourtant, chaque épisode, bien que scénaristiquement identiques, présentent des différences dans ses détails: ce billet d’un blog anglais en fait une liste, et présente son intéret pour ces détails: http://m3.dasaku.net/haruhi-suzumiya-feeling-shafte/559/
On peut aussi voir ça comme un moyen (assez cheap je le conçois) de faire monter le suspense pour le faire exploser lors du dernier épisode de l’arc. Il s’agit d’un moyen que le cinéaste japonais génial, j’ai nommé Takashi Miike, a avoué utiliser pour ses films; en résumé, il dit qu’il réaliste ses films de telles sorte que le spectateur se fasse chier tout le long, pour pouvoir mieux le sortir de sa torpeur en finissant par un coup de théatre magistral (voir le film Dead or Alive, le premier de la trilogie, qui possède les 10 dernières les plus folles que le cinéma aient jamais produite). Est-ce ici le même principe utilisé par KyoAni? Essayer de nous endormir, ou d’accumuler le plus grand montant de frustration pour pouvoir tout libérer à la fin, et nous laisser sur une impression des plus agréables? Ce n’est pas impossible non plus. Si c’est le cas, l’opération a échoué car de nombreuses personnes ont abandonné la série. Dans tous les cas, KyoAni restera dans l’histoire grâce à ces quelques épisodes, et l’avenir nous dira s’il s’agit d’un bon ou d’un mauvais souvenir.

Sur moi, ça a marché, la cocotte n’est pas loin d’exploser sous la pression de ma frustration. Je ne peux plus faire marche arrière. Je ne sais quel conclusion KyoAni va donner à la série, ou même de l’arc. Ces 6 épisodes n’ont donné aucun indice. Des théories se sont mises en place ici et là. Certains pense au dénouement romantique (Haruhi penserait-elle que les vacances d’été sont aussi faite pour se trouver un petit copain, et ce serait la source de ses regrets); d’autres pensent au dénouement catastrophe (la disparition ou la mort d’Haruhi).
Pour digresser là dessus, j’ai lu l’autre jour une idée intéressante sur cela. Lorsque l’intérêt d’une série commence à s’enfoncer, rien de tel que la mort d’un personnage principal, avec une mise en scène larmoyante. Le spectateur se sent alors touché, et il oublie alors tous les défauts que la série avait pu avoir, et ne se souvient que de ce final grandiloquant. Cela pourrait expliquer l’affection que j’ai pour Code Geass, Last Exile, ou Gankutsuou (je pourrais en citer un paquet d’autres), mais j’espère que l’intéret de ces séries ne viennent pas que de là. En bref, KyoAni pourrait tuer Haruhi pour magnifier cette série, pour laquelle les fans avaient beaucoup (trop?) d’attentes. Enfin, tout cela n’est que digression.

Pour ma part, je ne sais pas quel dénouement ils vont trouver. J’était partant au départ pour le dénouement romantique; mais plus j’y pense, plus je le trouve improbable. Trop conventionnel pour cette série. Je pense plus à quelque chose de complètement débile, du genre Kyon ou Haruhi qui n’a pas fait ses devoirs (je n’ai pas inventé cette théorie, mais je la trouve carrément plausible). Cela serait complètement anti-climatique, et conluerait de manière bien ironique cet arc, qui est déjà un gros pied de nez aux conventions dans les animés, ou même dans les produits culturels en général. Je pense que je vais m’arrêter là, car je pourrais encore disserter sur ce sujet pendant des pages. En tout cas, je félicite KyoAni pour avoir tenté ce que personne n’avait encore jamais essayé par peur de se couvrir de ridicule, et je rigole d’avance pour les gens qui vont se retrouver devant le magasin au Japon, et qui vont se demander s’il vont acheter les DVDs qui vont contenir en gros 8 fois le même épisode, soit 2 DVDs….. pour rien….

Me voilà de retour

Classé dans : Non classé — immelman @ 14:43

J’ai passé quelques mois sans rien poster, et je m’en excuse. Mais là, tout semble se stabiliser, et je vais pouvoir recommencer à poster. J’ai tant à rattraper, avec notamment la saison été 2009 qui a commencé depuis 1 mois.

Voilà mon planning; je vais donc parler des séries que j’ai continué à regarder:

-Cross Game (toujours aussi  excellent)

-Pandora Hearts (très bon)

-FMA2 (énorme)

-Shangri la

-Phantom (finalement c’est une des meilleures séries du printemps)

Mais aussi des séries que j’ai commencé:

-Tokyo Magnitude 8.0

-Melancholy of Haruhi Suzumiya (horrible ce « endless 8″)

-Bakemonogatari

-Spice and Wolf 2

-Aoi Hana

-Umi monogatari

-Canaan

-Umineko no naku koro ni

Et enfin des séries que j’ai finies ou rattrapées:

-Higurashi no naku koro ni (je viens de la finir, et il faut absolument que j’en parle)

-Eden of The East (une petite déception)
-Natsu no Arashi

 

Bref j’ai beaucoup de boulot, et je commencerai sûrement ce soir par un résumé du début de l’été et des séries que je regarde.

13 mai, 2009

Eden of the East 03-04

Classé dans : Eden of the East — immelman @ 21:19

Eden of the East 03-04 dans Eden of the East edenoftheeast0301edenoftheeast0302 dans Eden of the East

Episode 03 (team: gg)

A la recherche de sa mémoire, Akira emmène Saki à la recherche de sa maison au Japon. L’adresse indiquée les amène à un grand centre commercial abandonné. Pourtant, pas d’erreur, le complexe appartient à Akira. Il organise alors une projection privée du « Grand Bleu » dans un cinéma désaffecté, mais en bon état, situé dans le complexe commercial. L’inspecteur Kondou, un des 12 « Selecao », déteneur du même téléphone qu’Akira, s’infiltre, et retrouve Akira pour lui voler son portable, et s’emparer du pactole de quelques milliards de dollars.

Eden of the East possède le meilleur scénario de la saison avec Shangri La, un des meilleur character designs, un des meilleurs openings (chanson du dernier album d’Oasis), les personnages sont très bons. Autant dire, ça envoie du bois. Cependant, il manque quelque chose encore. Il manque un petit quelquechose pour me faire devenir accro, et me faire attendre la suite avec impatience. C’est vraiment bizarre, peut être qu’il manque un peu de rythme, peut être qu’il manque un peu de grandiose qui irait avec la richesse  extravagante des « Selecao ». J’ai envie d’adorer cette série, mais je n’y arrive pas. Elle est juste très bien. Les scénaristes pourraient peut être faire des cliffangers à la fin des épisodes, je ne sais pas. La série ne possède que 11 épisodes au total, ça me parait très très court, vu le nombre de seleçaos (ce sont les 12 personnes élues pour sauver le pays avec 10 milliards chacun). Et pourtant j’adore les personnages, notamment Saki, qui fait très naturelle je trouve.

edenoftheeast0401edenoftheeast0402

Episode 04 (team: Desire)

Après avoir très mal négocié sa soirée avec Saki (c’est pareil que lui avoir posé un lapin), Akira se lance à la rencontre du seleçao n°5. Ses recherches le mènent à un hopital, dont le seleçao serait le président.

Un épisode un peu bizarre, surtout avec le passage où Akira saute du haut d’une autoroute en construction (j’ai pas compris grand chose, avec toutes les marionettes qui se rassemblent autour d’Akira). L’épisode permet de comprendre les « règles du jeu », expliquées par le n°5. Les élus doivent utiliser l’argent qui leur est fournu par un mystérieux Mr Outside, pour redresser et sauver le Japon. Ils ne doivent pas l’utiliser pour assouvir leurs désirs personnels, ou l’utiliser entièrement. A défaut de quoi, ils se feront tuer par le « supporter » (je ne sais pas comment traduire, le manager? support? pilier?), un des 12 élus, dont la mission est de surveiller les 11 autres. Si l’un des 12 arrive à accomplir sa mission, il remporte le jeu, et pourra rencontrer Mr Outside, et les 11 autres: Caput! Un peu sévère. Le n°5 a pensé à créer un hopital pour les personnes agées délaissées par la société. Je trouve ça pas mal comme idée, mais ça n’a pas l’air d’être suffisant pour gagner le « jeu »…
Akira, lui, n’a pas l’air d’avoir un passé très brillant. Il est peut être le responsable du massacre de milliers de NEET (on peut comprendre ça par des no lifes). Un peu hardcore comme solution pour sauver le pays… Mais on ne sait pas encore la vérité vraie…

Je ne vais rien rajouter par rapport à mon analyse précédente. J’espère juste qu’il va y avoir le déclic, qui va me faire adorer la série, car j’ai vraiment envie de la récompenser.

 

12
 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100