Immelman-imés

Les animés diffusés actuellement au Japon

  • Accueil
  • > Recherche : shangri kuniko

29 septembre, 2009

Avis: ** Shangri La (14/20) **

Classé dans : Shangri La,[*Animés finis*],[*Evaluations*] — immelman @ 17:38

Avis: ** Shangri La (14/20) ** dans Shangri La shangrilasemaine1shangrila0201 dans [*Animés finis*]
shangrila0202 dans [*Evaluations*]shangrila0204
shangrila0303shangrila2302

Team: Shinji

Shangri La marque le grand retour de Murata Range dans le monde de l’animé. Il est le character designer de Last Exile et Blue Submarine n°6, deux grandes séries du studio Gonzo. Il est l’un de mes characters designers préférés, avec ses visages un peu ronds, et sa touche « rétro-futuriste » sur les vêtements et les objets technologiques. Le concept de rétro-futuriste vient d’être inventé à cette heure. Il vous suffira de regarder Last Exile pour le comprendre immédiatement. En gros, ça respire la classe. Malheureusement, Shangri-La est dénué de tout ce design « Range »-esque. J’ai été vraiment déçu au début, on dirait que Range-sensei ne s’est pas trop foulé sur cet animé (très original un uniforme d’écolière pour Kuniko). Puis, après quelques épisodes, j’ai trouvé le potentiel de cette série. Elle ressemble pas mal à Last Exile dans sa narration, c’est à dire qu’on suit l’héroine dans la plupart des épisodes, avec une immersion de plus en plus profonde dans un univers dont on ne connait pas tous les codes. Ce n’est seulement qu’à la fin qu’on en comprend tous les rouages, et que le dénouement arrive naturellement.

Malheureusement (encore une fois), on est loin d’un Last Exile au niveau subtilité. Les personnages sont très typés, au point qu’on se rapproche pas mal d’un Shonen classique. Si l’intrigue du milieu est consistante avec des moment chocs (scène de la prison), le final en est l’exact opposé. La fin est baclée, mais avec du recul, c’en est presque une bonne chose tellement l’intrigue se révèle décevante. On se demande à quoi ont servi les 20 épisodes précédents tellement c’est du n’importe quoi. Du coup on l’avale sans trop se poser de questions.

Shangri-la reste au final une série d’action, sans beaucoup de scènes d’action. Kuniko subit plus qu’elle n’agit. Elle réagit surtout aux évênement qui lui arrivent dans la figure: les plans obscurs des maîtres d’Atlas, la puissante cité du Japon, les catastrophes naturelles, et la pression de ses camarades résistants. Les confrontations des différents personnages rend la série rythmée, et apportent tout le suspense. Il reste bien sûr le plaisir de découvrir les histoires respectives des différents personnages, ayant tous un objectif différent. C’est la force de Shangri-La: présenter 3 ou 4 factions avec des buts différents, parfois opposés, parfois non, donc parfois des alliances, parfois des trahisons. Le tout reste cohérent, et apporte son lot d’indécisions et de décisions. On comprend alors pourquoi Kuniko reste souvent passive: difficile de savoir quelle décision est la meilleure lorsque la situation est si complexe.

Je me retrouve donc avec une série bancale: pas mauvaise loin de là, mais c’est toujours dur d’apprécier vraiment une série ou un film, lorsque la fin qui nous reste en mémoire n’est pas convaincante. Du coté des personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à eux, en dehors de Kunihito, le seul personnage qui évolue vraiment au cours de la série. Certes Kuniko s’endurcit, mais elle était déjà forte au début. Momoko, Miko, Takehito, Karin, Mikuni, c’est une belle brochette de personnages qui ont tous leur personnalité bien propre, leur histoire qui est assez intéressante, dommage qu’il leur manque le charisme qui fait un bon perso. Heureusement (enfin!), les « méchants » sont très très bons (mieux que les gentils), et ça, c’est assez rare pour être remarqué.

Essayons de noter tout ça.

Histoire/Scénario/Dialogue: 2,5/4
L’univers développé au début est prometteur. C’est une sorte de mini guerre civile sur fond d’écologie, et de science-fiction. Un mélange très intéressant. Le mélange est gaché par l’injection de surnaturel (beaucoup trop), et une fin digne d’une comédie de Molière (oh, tu es donc mon frère, et les méchants sont battus, et tout est rentré dans l’ordre, et tout ça en une seule scène!).

Musiques/Opening/Ending/Doublages: 2/2
Un point fort de Shangri-La. Les doublages sont tout a fait bons. Même Takehiko (ou Takehito je me souviens plus), la grosse brute, arrive à avoir sa scène émouvante, et reste émouvant.

Animation/Design/Character Design: 3/3
Là, je suis obligé de mettre 3. L’animation n’est pas ce qui s’est fait de mieux, mais l’ambiance générale en jette, avec beaucoup de mélange de styles, et ça reste cohérent. Le character design de Murata Range n’est pas son meilleur, mais il reste bon. (Il n’y aura pas de bonus par contre).

Réalisation/Emotion/Ressenti: 3,5/5
Il y a de bonnes scènes tout le long, et peu d’épisodes faibles, mais la fin, franchement…..

Personnages: 2/3
Les méchants sont excellents, et Kunihito est un bon personnage, même si il reste dans l’ombre de Kuniko tout le temps. Par contre, les autres, je ne les ai pas trouvé à la hauteur de leur design.

Bonus: 1/3
Bonus « Univers » 

23 août, 2009

Résumés de la semaine (1)

En attendant que je finisse de reparler de toutes les séries que je regarde en ce moment, parlons juste des épisodes que j’ai regardés cette semaine. C’était une semaine chargée en émotions, tant du point de vue de ma vie réelle, que des épisodes. C’est normal, certaines séries du printemps font leur sprint final vers leur dernier épisode. En tout cas, nous téléspectateurs, on se régale.

Je mets de côté Guin Saga et Aoi Hana que je regarde par paquet de 3 ou 4 épisodes quand il m’en prend l’envie. A noter que Mouryou no Hako a pratiquement fini d’être traduite. Il manque juste le dernier épisode (13) qui met un peu de temps. Mais bon, ça faisait 6 mois qu’on avait pas eu de nouvelles, donc je ne suis plus à quelques semaines près. A noter que je regarde aussi Himitsu the Revelation, une série de l’année dernière dont je parlerai bientôt, et dont le manga paraît en France (« The Top Secret »). Je ne l’ai pas lu, mais s’ il est au niveau de la série, c’est du très lourd.  Je m’apprête à regarder dans le mois qui arrive quelques séries (sûrement quand j’aurais fini Himitsu): Utena (un vieux classique), Tytania (une série récente), et Hi-no-tori (Phoenix en anglais).

 

Full Metal Alchemist 2- Brotherhood (20)

Résumés de la semaine (1) dans CANAAN fmasemaine3vlcsnap355201 dans FMA 2 - Brotherhood

Après un épisode 19 qui est le meilleur épisode jusqu’à présent (aucune contestation possible, Roy Mustang a mis la barre très haut), voilà l’épisode 20 qui va avoir du mal à faire mieux que son prédecesseur. Il apporte quand même son lot de temps forts avec la première confrontation Honenheim/Edward, qui manque un peu d’intensité. Je ne veux pas parraître vieux grincheux-fanatique-du-manga, mais là, le manga réussit mieux à rendre la rencontre intense. L’animé réussit quand même à garder la froideur déconcertante de Honenheim, et tout le mystère qui l’entoure. La scène de l’exhumation vaut aussi son pesant de cacahouètes.

Umineko no naku koro ni (07)

uminekosemaine2 dans Pandora Heartsuminekosemaine1 dans Phantom -Requiem of the Phantom

Alors que Higurashi no naku koro ni mettait du temps à dévoiler son coté surnaturel, et au final tentait de ne pas insister dessus, Umineko semble prendre le chemin inverse. On a droit à un grand moment de WTF!! avec Shanon qui sort un Katar magique de son bras, et se bat contre des minotaures crées par Beatrice la sorcière. Il est à présent certain que Umineko restera inférieur en terme de qualité à Higurashi. La raison principale étant qu’il y a trop de personnages, et que leur mort m’indiffère. Umineko ne peut pas passer autant de temps à décrire le background de tous les personnages que Higurashi ne l’a fait. Dès lors on s’attache beaucoup moins aux personnages. Il reste quand même le coté « Phoenix Wright », et le jeu entre Beatrice et Battler. Les règles commencent à s’éclaircir. On y gagne donc en compréhension, mais on y perd aussi en mystère. Pour l’instant, la série a un peu le cul entre deux chaises (pardonnez moi l’expression), et n’assume aucun des registres qu’elle emploie. A suivre.

Shangri-La (20)

shangrilasemaine2 dans Shangri Lashangrilasemaine1 dans Umineko no naku koro ni

Alors que la série avait commencé lentement, le rythme s’est rapidement soutenu, et Shangri-La est devenu une des valeurs sures du moment. Cet épisode tranche pas mal avec les épisodes précédents, avec l’évolution de la relation ambigue entre Kunito et Kunihito (frères/soeurs? amants?). Il en résulte des scènes comiques et attendrissantes. Le couple marche bien car les deux personnages se considèrent comme égaux (même si Kuniko porte la culotte). Momoko se place de plus en plus en retrait par rapport à Kuniko: normal, elle/il la laisse s’épanouir et grandir. On aperçoit enfin les « pouvoirs » des Digma, même si il n’est pas très impressionant pour l’instant. Les couteaux qu’ils transportent semblent être une sorte de clé pour diriger Atlas, et Mikuni se les approprie à l’aide de Karin (beaucoup de spectateurs aiment beaucoup Karin, ben moi pas trop). Plus que quatre épisodes pour la conclusion qui pourrait être énorme si la série continue sur sa lancée.

Phantom-Requiem of the Phantom (20-21)

phantomsemaine2 dans [*Animés en cours*]phantomsemaine1

Qui aurait cru que Phantom deviendrait ma série préférée de l’année. C’est pourtant le cas. Phantom me réconcilie avec Bee Train dont je pensais qu’ils ne fairaient que des séries soporifiques. Ca fait 10 épisodes maintenant que tous les épisodes de Phantom me laissent le cul vissé sur la chaise. Les créateurs arrivent à placer des moments anthologiques dans chaque épisode. Le scénario est béton, et les personnages sont torturés mais réalistes, et ne pleurent pas tout le temps sur leur sort. La série entame son dernier arc depuis l’épisode 20, l’arc Tokyo. Nouveaux génériques, qui marquent une ellipse temporelle. L’opening est complètement déconcertant, à la manière d’un opening de Druaga no To. (la musique est signée Ali Project, capable du pire comme du meilleur, et là ça se rapproche plutôt du premier cas). Je dois avouer que je me suis demandé si tout cela n’était pas juste un rêve de Reiji. Je ne rejette d’ailleurs pas encore totalement cette hypothèse; c’est 1 ou 2% probable, et j’espère qu’il ne s’agit pas de ça. Cet arc est vraiment étrange à tout point de vue: la vie quasi normale de Reiji et Elen, leurs nouveaux copains, leur vie lycéenne??? WTF? Et à coté de ça, Cal qui revient de nulle part (ou presque), et en deux ans, elle a pris 30cm, et 5 tailles de bonnet de soutien gorge. Ce dernier détail me fait vraiment tiquer, et du coup on a l’impression que Reiji est plus jeune qu’elle. En plus de ça, elle est vraiment devenu très méchante. Quelle ingrate! Ca me fait du mal de la voir en assassin, et ça me fait d’autant plus de mal qu’elle va devoir affronter les deux héros. Ca me met mal à l’aise, mais en même temps, la confrontation s’annonce tellement excitante!!! Ca va être HUUUUUGE!

Pandora Hearts (20)

pandorasemaine2pandorasemaine1

Un épisode très drôle. En dehors du petit Cliffanger de fin d’épisode, l’épisode ne sert à rien au niveau de la narration. Par contre, il présente une scène de beuverie entre tous les héros. Seuls Break, Oz et son oncle tiennent bien l’alcool. Les autres par contre sont complètement ronds. A voir!

CANAAN (7)

canaansemaine2canaansemaine1

J’aurais dû attendre avant de juger Canaan. Ce n’est pas la série de l’année loin de là. Mais en 3 épisodes, elle a réussi à me faire changer d’opinion. Canaan n’est pas juste un joli emballage. L’histoire ainsi que le background des personnages n’est pas très important, ni très étoffé. On sait à peu près tout, et on devine déjà les motivations des différents protagonistes. Mais les personnages eux mêmes se sont étoffés, car ils sont moins creux qu’ils n’en avaient l’air, et prennent leur responsabilité (j’adore cette expression). Ce qui aide encore plus à faire passer la pilule, c’est l’humour. Etrangement, je trouve même que c’est le point fort de la série. Les gags sont très droles je trouve, et arrivent toujours au moment où le spectateur aurait pu commencer à s’ennuyer. Merci à la serveuse chinoise espionne et au chauffeur de taxi! Cet épisode n’était pas très drôle, lui. Je l’ai d’ailleurs trouvé moins bien que les précédents. J’ai juste bien aimé le petit truc du père de Maria qui a simulé sa mort. C’était bien joué.

 

La suite demain (Bakemonogatari 7, Spice and wolf 7, Umi Monogatari 7, Haruhi 21, Tokyo Magnitude 8.0 7, Cross Game 20, Sora no Manimani 4, GA)

24 avril, 2009

Shangri-La 02-03

Classé dans : Shangri La — immelman @ 12:08

Episode 02

Shangri-La 02-03 dans Shangri La shangrila0201shangrila0202 dans Shangri La
shangrila0203shangrila0204

Bien que le character design et l’ambiance ne soient pas la même que dans Last Exile, on retrouve quand même un brillant background avec 4 factions différentes avec leur propre objectif. Cela ammène évidemment des twists, et des situations vraiment intéressantes, et un univers dans lequel s’épanouissent tous les personnages.

Suite à la résonance entre l’arme de Kuniko et celle du lieutenant, le village de Duomo s’est fait bombardé par d’étranges projectiles. L’épisode raconte comment Kuniko, Momoko et Takehiko, représentant Metal Age d’un coté, et l’armée de Tokyo avec le lieutenant et Akiko (l’homme aux cheveux violets) de leur coté, enquêtent pour savoir qui a bien pu envoyer ses « missiles ». La jungle autour de Tokyo est apparement toxique donc il n’est pas question d’y partir en exploration sans combinaison. Malgré son apparence de jeune bleu, le lieutenant n’est pas là que pour la frime, il fait presque jeu égal avec Kuniko, la leader de Metal Age. De leur coté, une mystérieuse compagnie de traders menée par une fillette nomée Karin continue à planifier leurs arnaques boursières en spéculant sur les émissions de carbonne, hautement surveillées.

Pour l’instant, j’aime cette série. Elle garde encore tous ses mystères, et présente ses personnages comme si on les connaissait déjà. On est donc forcé d’apprendre sur le tas en tant que spectateur. Pour l’instant, pas mal d’actions nous restent incompréhensibles, mais c’est ce qui donne le charme à cette série. Tout finira par avoir un sens tôt ou tard. Pur l’instant, en dehors de l’armée et de Metal Age, les deux autres factions que sont les traders, et l’espèce de temple menée pr la fille aux yeux de couleurs différentes, Mikuni Sama, ne se sont pas rencontrées ni intéragies entre elles. Au bout de deux épisodes, j’ai l’impression qu’on connait déjà tous  les protagonistes. Il ne leur reste plus qu’à jouer leur rôle.

Episode 3

shangrila0301shangrila0302
shangrila0303shangrila0304

Encore un épisode d’exploration, comme le précédent. Cette fois ci, Kuniko, Momoko, et Takehiko, le trio inséparabe, décident de s’infiltrer dans la mégalopole Atlas, à l’initiative de Kuniko. Mais avant ça, on découvre comment Metal Age opère dans ses actions de terrorisme. Ils interceptent en fait des trains de marchandises à destination d’Atlas pour leur prendre leurs médicaments et nourriture, et les distribuer à la population locale. De son coté, Mikko, l’autre travesti, a été tiré au sort pour aller vivre dans Atlas, le rêve de toute personne vivant à l’extérieur.

A chaque épisode, on découvre un nouveau lieu de l’univers qui compose Shangri La. La dernière fois, c’était la jungle, cette fois ci, on a pu voir une partie d’Atlas, qui m’a bien fait penser à Bienvenue à Gataca, lorsqu’ils doivent tous badger à la queue. La lotterie d’Atlas est aussi un piège, il ne sert qu’à recruter des servantes pour Mikuni sama, l’étrange fille du temple. La sélection est assez rude, et celles qui ne conviennent pas sont éliminés assez cruellement.
Autre chose, les quatres généraux qui s’occupent de Ryoko, la chef d’Atlas apparemment, ne s’appellent jamais par les mêmes noms. C’est assez déroutant.
En bref, encore un solide épisode.

 

 

 

manga |
les jeunes acteurs célèbre |
DOCTEUR WHO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Casting de Scrubs
| patitofeodtmc190
| jeffhardy59100